Nuestra Señora de la Cristiandad : « Notre pèlerinage vise à contribuer à la reconstruction de l’esprit du christianisme »

Publié le 01 Sep 2023
Nuestra Señora de la Cristiandad
Inspiré du pèlerinage français Notre-Dame de Chrétienté, un groupe d’amis espagnols a lancé en 2020 une édition espagnole : Nuestra Señora de la Cristiandad. Pour la troisième année consécutive, les pèlerins ont marché du 22 au 24 juillet derniers d’Oviedo au sanctuaire de Notre-Dame de Covadonga (Asturies). Entretien avec Daniel Rubio, secrétaire de leur association.  

 

Comment est né ce pèlerinage ? Pourquoi avoir choisi le nom “Nuestra Señora de la Cristiandad”? 

Notre pèlerinage a commencé à prendre forme en 2020, après que certains d’entre nous aient effectué le pèlerinage de Notre Dame de Chrétienté à Chartres. L’idée de créer quelque chose de similaire en Espagne est venue de notre présidente, Diana Catalán, après avoir constaté le plus grand naturel avec lequel la réalité de la messe traditionnelle était vécue en France.

Bientôt, un groupe d’amis s’est enthousiasmé à l’idée d’exporter le modèle de Chartres en Espagne et, toujours avec l’idée de faire connaître la liturgie du vetus ordo dans notre pays, nous avons entrepris d’organiser la première édition, qui a eu lieu en 2021.

Nous avons décidé de copier le nom de Notre Dame de Chrétienté (déjà également utilisé par le pèlerinage argentin), non seulement parce que nous nous sommes inspirés du modèle vétéran de Chartres, mais aussi parce que nous voulons confier à Notre-Dame (dans sa dédicace à Covadonga) la reconstruction du christianisme dans notre société. 

 

Combien de pèlerins ont marché cette année ? D’où viennent-ils ? 

Dans cette troisième édition, 1 200 personnes ont fait le pèlerinage (le plus grand nombre de participants à ce jour), venant de toute l’Espagne et de l’étranger. Les pèlerins ont été organisés en 26 chapitres, selon leur lieu d’origine. Parmi eux, il convient de noter la présence d’une centaine d’étrangers, dont 30 venus de France et ont marché dans les trois chapitres français (Notre-Dame de Fourvière, Notre-Dame de Terre Sainte et François-Athanase Charette). 

 

Pourquoi marcher jusqu’au sanctuaire de Covadonga ? 

Le sanctuaire de Covadonga est chargé d’une signification spirituelle pour l’Espagne : en 718 ou 722, une petite armée chrétienne, dirigée par le roi Pelage, réussit contre toute attente à vaincre les troupes musulmanes, qui menaçaient de conquérir le petit territoire chrétien qui restait. En Espagne, cette victoire a été possible grâce à l’intervention miraculeuse de la Sainte Vierge, apparue dans la grotte dans laquelle se réfugiaient les chrétiens.

La grotte a reçu le nom de « Cova Domina » (par déformation, Covadonga), et aujourd’hui une image particulièrement appréciée de la Vierge y est vénérée. Notre pèlerinage vise à contribuer à la reconstruction de l’esprit du christianisme, c’est-à-dire d’un ordre social chrétien dans lequel tout est restauré dans le Christ. En faisant un pèlerinage à Covadonga, nous demandons à la Vierge de nous aider dans cette tâche ardue.

Il s’agit d’une nouvelle reconquête de l’Espagne et de notre société déchristianisée. Nous sommes conscients que cela peut paraître quelque peu utopique, mais nous rappelons que la Reconquête de l’Espagne a été un long processus qui a duré huit siècles. C’est pour cette raison que faire un pèlerinage à Covadonga nous remplit d’espérance et nous encourage à continuer à travailler pour le nouveau christianisme. 

 
Quel était le thème de cette troisième édition ? 

Chaque année un thème est choisi sur lequel différentes méditations sont proposées aux pèlerins pour leur approfondissement pendant les jours de marche. Cette année, la devise a été “Reste dans mon amour (Jn 15,9)” et le catéchisme a tourné autour de l’amour de Dieu, de soi-même et du prochain. Méditer sur ce sujet est particulièrement important aujourd’hui, alors que nous vivons dans une société où prédominent l’égoïsme et le manque de charité.

Face aux difficultés que nous vivons dans le monde et dans l’Église, il est facile de sombrer dans le désespoir et de disqualifier les autres. En tant que catholiques engagés dans la restauration de l’esprit du christianisme, nous devons constamment nous exercer à la vertu de charité, à l’exemple de Notre Seigneur, qui nous a commandé de nous aimer les uns les autres comme lui-même nous a aimés. 

 
Quelles sont les intentions de prière de ce pèlerinage ?

Les pèlerinages de Nuestra Señora de la Cristiandad ont pour objectif principal de promouvoir – à partir de nos possibilités limitées – la restauration d’un ordre social chrétien, en revenant aux racines catholiques de notre société. Les pèlerins sont invités à s’unir dans la prière à cette intention tout au long de l’année, en offrant notamment les trois jours de marche jusqu’à Covadonga en esprit de pénitence.

Plus spécifiquement, nous voulons prier pour la ré-évangélisation de notre patrie : l’Espagne a été l’une des grandes nations catholiques, responsable de l’évangélisation de la moitié du monde, et une terre de tant de saints et de martyrs. C’est pour cette raison que nous prions pour que nous, Espagnols, retournions, sans crainte ni honte, à nos racines catholiques, en confessant ouvertement le Christ Notre Seigneur.

De plus, dans ces temps difficiles que nous vivons, nous voulons confier l’Église et ses pasteurs, et en particulier le Pape et nos évêques, qu’ils sachent guider correctement leur troupeau sur le chemin de la foi et du salut. 

 
Les pèlerins sont-ils habitués à la messe traditionnelle ?

En Espagne, la messe traditionnelle n’a pas eu la force avec laquelle elle a été vécue en France au cours des dernières décennies. Pourtant, depuis Summorum Pontificum, de nombreuses villes espagnoles ont vu naître et s’épanouir des communautés autour de la messe traditionnelle. Ces dernières années surtout, ces communautés se sont remarquablement développées, étant largement nourries par de nombreux jeunes, puissamment attirés par le trésor liturgique que représente ce rite immémorial.

Même si une grande partie des pèlerins de Nuestra Señora de la Cristiandad assistent régulièrement (ou du moins avec une certaine assiduité) à la messe traditionnelle, ils sont également nombreux à partir en pèlerinage pour découvrir cette liturgie. L’une des motivations initiales de l’organisation de ce pèlerinage était de faire connaître la messe traditionnelle en Espagne, jusqu’à présent assez méconnue de la grande majorité des catholiques espagnols.

Nous pensons qu’après ces trois années de pèlerinage, certains fruits commencent à être perçus dans ce sens : après avoir participé au pèlerinage, beaucoup ont commencé à s’intéresser à la messe traditionnelle, la recherchant dans leurs villes, créant de nouveaux groupes, ou simplement parler à leurs amis et à leur famille de la perle précieuse qu’ils ont découverte. 

 

Quels autres projets sont proposés pour le reste de l’année ? 

Bien que le pèlerinage annuel d’Oviedo à Covadonga soit l’événement principal que nous organisons et auquel viennent de plus en plus de pèlerins, notre association essaie d’avoir une continuité avec d’autres activités tout au long de l’année. En dehors de trois jours intenses de marche, il est nécessaire de travailler continuellement à promouvoir l’esprit du christianisme. C’est pour cette raison que nous proposons diverses activités tout au long de l’année, dans le but de promouvoir des moments de retraite spirituelle, de formation ou de coexistence pour les pèlerins.

Pour les prochains mois, nous travaillons déjà sur diverses activités, dont une rencontre de jeunes, une rencontre de musique sacrée et une retraite de l’Avent. De plus, Nuestra Señora de la Cristiandad participera en octobre prochain, avec tous les pèlerins qui le souhaitent, au XIIe pèlerinage ad Petri sedem à Rome. 

 

Traduit de l’espagnol par nos soins.

 

>> à lire également : Prière de Mgr Schneider pour le triomphe de la foi catholique

 

 

Maitena Urbistondoy

Maitena Urbistondoy

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

Mobilisation à Quimper : les fidèles attendent que la porte de l’évêque s’ouvre

Ce dimanche 16 juin, 350 catholiques fidèles au rite tridentin ont manifesté dans les rues de Quimper. Arborant des drapeaux bretons, des bannières, et entonnant des cantiques traditionnels accompagnés de sonneurs, ils se sont rassemblés à 15 h sur le parvis de la cathédrale Saint-Corentin. Cette manifestation visait à protester contre les décisions de Monseigneur Dognin, évêque de Quimper et Léon, prises le 19 mai, qui affectent les fidèles du diocèse attachés à la liturgie traditionnelle, notamment l'expulsion des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. 

+

Capture decran 2024 06 17 153242 quimper
EglisePhilosophie

La vérité des paraboles ?

C'est logique ! de Bruno Couillaud | Nos politiques, journalistes et maîtres à penser du moment maîtrisent l’art de la communication, bien souvent pour répandre une idéologie ou travestir la vérité. Le Christ, lui, usait de courtes histoires, paraboles simples et tirées de la vie quotidienne pour que ses auditeurs se rapprochent du Royaume des Cieux. Mais pour quelles raisons ?

+

paraboles