Ordonnance estivale

Publié le 04 Juil 2016
Ordonnance estivale L'Homme Nouveau

C’est médical, l’ordonnance est impérative, question de survie. Trois semaines, un mois pour les plus chanceux. Laissons là : téloche, radios, presse. Fermons l’ordi et laissons derrière nous courriels, réseaux sociaux, fil d’actualités. ­Déconnectons-nous, trouvons l’endroit sans réseau, le plus loin, le plus reculé. Là où ni Hollande, ni Valls, ni Macron, ni El Khomri et toute la clique des jocrisses égocentrés ne pourront nous rejoindre. Un endroit sans syndicalistes, sans casseurs, sans commentateurs experts, politologues, sans Brexit et sans Bruxelles. Mais aussi un endroit sans foot, sans hooligans, sans joueurs mal finis, sans nationalistes de stades, Français de pelouse, identitaires de maillot et bouffeurs de chips américaines, sans hurleurs de buts peinturlurés et pleureurs de scores. Un endroit sans gauche, sans gauchistes, sans socialistes, et sans tous les autres aussi. Oui, trouvons un endroit que nos arrière-grands-­parents auraient pu connaître tel quel et posons-nous là, ­reposons-nous là. Rien ne nous manque, le silence nous convient. Très vite la réalité va réapparaître, occasion bénie pour nous de constater que le bruit de la maisonnée est préférable au tumulte sociétal, que les caprices des moutards sont moins bruyants que les bagarres des candidats aux primaires ; que les cours de moral du grand-père tatillon et ratiocineur se supportent plus

facilement que ceux du Premier ministre, qu’une belle-fille pisse-vinaigre ou qu’une belle-mère acariâtre valent quand même mieux qu’un CGTiste gréviste, que l’adolescent égoïste et frimeur est toujours plus aimable que n’importe quel joueur de foot, que l’ami paresseux, bavard et autosatisfait qui s’invite à dîner est une bénédiction comparée au Président de la République. Reposez-vous, constatez, par comparaisons, que vous n’allez pas si mal que ça et… prenez des forces !

Ce contenu pourrait vous intéresser

Chroniques

L’amour doit remplacer le culte de la Raison

Carte blanche de Judith Cabaud | Depuis le Dieu de l’Ancien Testament qui dicta sa loi humaine et divine à Moïse, les hommes ont trouvé le moyen d’interpréter ces commandements à leur guise. Par des procédés légalistes et juridiques, ils se sont emparés du contrôle de la vie de leurs semblables des mains du Créateur. Cependant, on découvre que tout n’est pas explicable par la raison. À l’heure actuelle, la plus grande qualité de l’Église catholique reste l’humilité et la charité.

+

maires pour le bien commun principes de politique raison
ChroniquesCulture

L’exposition : Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin

La Vierge du Chancelier Rolin de Van Eyck, seul tableau du peintre à être conservé au Louvre, sort tout juste de restauration. Le musée lui consacre jusqu'en juin une exposition exceptionnelle, entouré de six autres œuvres de Van Eyck jamais présentées en France, et pour certaines prêtées pour la première fois. 

+

Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin
ChroniquesEgliseSpiritualité

Ayons un abandon confiant et total dans l’unique Bon Pasteur

Commentaire du Pape | Lors de la récitation du Regina caeli du 21 avril dernier, le Pape a commenté l’épisode évangélique bien connu du Bon Pasteur, lu la semaine auparavant dans la forme extraordinaire. Cette image du Bon Pasteur est très biblique. L’Ancien Testament peint, à plusieurs reprises, les traits caractéristiques du bon et du mauvais pasteur.

+

bon berger bon pasteur
Chroniques

Ni abstrait ni différencié, l’homme enraciné

L'Essentiel de Joël Hautebert | Dans le grand déséquilibre contemporain, deux écueils menacent la juste conception des êtres humains, considérés d’un côté comme des pions interchangeables et de l’autre comme n’ayant en commun que leur « zoologie ». Seule la conception chrétienne tient finalement les deux bouts de la chaîne. Une leçon plus que jamais d’actualité, à l’heure où la Nouvelle Droite pourrait faire figure de remède au mondialisme.

+

homme enraciné