Pendant ce Carême, ne pas se lasser de faire le bien

Publié le 09 Mar 2022
Pendant ce Carême

Chaque Carême nous offre une occasion providentielle pour approfondir le sens et la valeur de notre identité chrétienne et baptismale, et nous stimule à redécouvrir la miséricorde de Dieu pour devenir, à notre tour, plus miséricordieux envers nos frères. Pendant le Carême, l’Église propose trois moyens privilégiés pour accompagner concrètement les fidèles dans ce processus de renouvellement intérieur : la prière, le jeûne et l’aumône. Depuis Pie XII, les papes prirent l’habitude d’adresser chaque année un message à tous les chrétiens pour les engager sur cette voie de pénitence et de conversion. Pour ce temps propice au renouveau personnel et communautaire dans la montée vers Pâques, le Pape nous propose cette année de réfléchir sur l’exhortation de saint Paul : « Ne nous lassons pas de faire le bien » (Gal 6, 9).

Dans ce passage de l’épître aux Galates, l’Apôtre reprend une pensée qui lui est chère, comme elle l’était à son Maître : celle des semailles et de la récolte. Retrouvant l’idée de l’Ecclésiaste, il nous dit qu’il y a un temps pour semer et un temps pour récolter. Et les deux actions doivent se faire au temps favorable. En ce sens le Carême est un temps favorable surtout pour semer la bonne graine dans la bonne terre. Il nous permet de renoncer à la cupidité, à l’orgueil, et au désir de posséder si fréquent dans notre société de consommation. Souvenons-nous toujours de la parabole de l’homme qui avait amassé quantité de biens dans ses greniers et qui s’entend dire par le Maître qui est Dieu : « Insensé, cette nuit même, on va te redemander ton âme. Et ce que tu as amassé, qui l’aura ? » C’est pourquoi le Carême nous invite à la conversion et à un vrai changement de mentalité. N’oublions pas que le premier agriculteur est Dieu lui-même qui sème la bonne semence. L’ivraie, c’est le diable, ennemi de Dieu et du genre humain qui la sème. Pendant le Carême nous sommes appelés non pas à récolter mais à accueillir la semence de Dieu et à l’enfouir dans la bonne terre pour qu’en son temps, elle porte beaucoup de fruit. Pour cela, écoutons la Parole de Dieu, en réservant un temps spécial à la lectio divina, sur laquelle a tant insisté Benoît XVI. Semons le bien par la pratique des 14 œuvres de miséricordes, sans trop nous occuper de la récolte. Dieu nous veut actif pour que la semence pousse dans la bonne terre.

Face à l’amère déception provoquée par tant de rêves brisés, face à l’angoisse et la peur de l’avenir, espérons contre toute espérance en faisant toujours le bien. Pour cela, ne nous lassons pas de prier sans nous décourager. La prière nous permettra d’éliminer peu à peu le mal dans notre vie et par là dans le monde. Ne nous lassons pas de demander pardon, de lutter contre la triple concupiscence. La charité n’a pas de limites N’abandonnons personne. C’est alors que nous pourrons récolter (troisième point), mais pour cela nous ne devons pas perdre courage. Le Carême nous rappelle que le bien comme l’amour, la justice comme la solidarité ne s’obtiennent pas d’un coup. On ne naît pas saint, on le devient par la fidélité persévérante. N’hésitons pas à demander au Père céleste, par Marie, la patiente et persévérante constance du cultivateur. La prière est nécessaire pour ne pas renoncer à faire le bien. Ne nous laissons pas séduire par le diable et si nous sommes tombés ne nous décourageons pas. Allons au tribunal de la miséricorde. Souvenons-nous de Pierre mais aussi de Judas. Que la Vierge Immaculée nous obtienne le don de la patience pour qu’en ce temps propice pour la conversion, nous obtenions des semences qui rejailliront en fruits éternels.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseSpiritualité

Réception des sacrements, une question de Salut (2/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 2/4 | Prêtre du diocèse de Nanterre, l'abbé Thibaud Guespereau a codirigé chez Artège l'ouvrage intitulé Les Sacrements en question, dans lequel il s’interroge sur le peu de fruits que semblent produire les sacrements. Une question grave qui selon lui devrait conduire à s’interroger sur la pastorale, l’enseignement des fins dernières et le rôle du prêtre.

+

sacrement
A la uneEglise

L’innovation au service de la foi : une cartographie des messes traditionnelles

Dans le sillage du pèlerinage de Chartres, et à la suite du succès retentissant de la messe organisée par Notre-Dame de Chrétienté, comment trouver la messe Saint-Pie V la plus proche de chez vous ? Cette question, un groupe de fidèles se l’est posée il y a désormais deux ans. Ils se sont alors attelés à une initiative audacieuse : la création d’une cartographie détaillée des messes de Saint Pie V.

+

messes traditionnelles cartographie traditionnelle
A la uneEgliseLiturgie

Pastorale des sacrements : une expérience paroissiale (1/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 1/4 | L'abbé Antoine Michel a participé à l'ouvrage Les sacrements en question, en y présentant une initiative originale. Inspiré par un prêtre américain et troublé par le manque de fécondité des sacrements, il a mis en place dans sa paroisse une nouvelle manière d’offrir le baptême et le mariage, en particulier, qui favorise une vraie démarche de foi et de conversion. Entretien.

+

sacrement
A la uneEglise

Le Pape revient-il sur ses dernières décisions ?

La chaine américaine CBS News a diffusé dimanche 19 mai un entretien exclusif avec le pape François au Vatican. Plusieurs extraits ont été publiés ces dernières semaines, révélant des pans d'un entretien consacré aux sujets d'actualité du monde et de l'Église : femmes diacres, bénédictions des couples homosexuels...

+

Capture decran 2024 05 24 a 12.43.53 pape