Quadragesimo anno (VII) : Le socialisme

Publié le 18 Juin 2023
socialisme

VLADIMIR LENIN (1870-1924). /nVladimir Ilich Ulyanov Lenin. Russian Communist leader. Undated Soviet poster.

Dans son encyclique Quadragesimo anno, le pape Pie XI n’aborde pas seulement la question du capitalisme (cf. Reconstruire n° 23 et 24) mais aussi celle posée par le socialisme.   La situation a-t-elle changé depuis Rerum novarum ? Comme son nom l’indique, la raison prochaine de la publication de Quadragesimo anno par Pie XI est le quarantième anniversaire de Rerum novarum de Léon XIII. Pie XI en profite pour marquer ce qui reste de permanent de l’enseignement de son prédécesseur tout en proposant une analyse de la situation politique et économique à laquelle son époque est confrontée. Une situation qui a considérablement évolué depuis 1891. Outre la crise financière (1929), le monde a connu la Première Guerre mondiale, un événement immense qui a non seulement déstabilisé nombre de nations, entraîné la mort de millions de personnes mais qui a marqué, en quelque sorte, la fin d’une époque. Avec le premier conflit mondial, l’ancien monde, déjà profondément bousculé par la Révolution française, a complètement disparu. Parmi les signes les plus évocateurs de ce temps se trouvent le renversement de la monarchie russe et la prise de pouvoir par les communistes, lesquels ont réussi à écraser leurs adversaires et à s’installer durablement, créant le premier État marxiste-léniniste. Quelles sont les conséquences de ce nouvel état de fait ? Pie XI constate que le camp socialiste, uni sur le fond à l’époque de Rerum novarum, s’est séparé en deux camps antagonistes. D’un côté, les communistes qui cherchent par la lutte des classes et l’action révolutionnaire violente la disparition pure et simple de la propriété privée en vue d’établir une société communiste. De l’autre, des socialistes, qualifiés par Pie XI de tenants d’un « socialisme mitigé », qui, repoussant la violence, se montrent attentifs à une réforme de la société plus conforme à la justice au point, écrit le Pape, que « les choses peuvent en arriver insensiblement à ce que les idées de ce socialisme mitigé ne diffèrent plus de ce que souhaitent et demandent ceux qui cherchent à réformer la société sur la base des principes chrétiens. Car il y a certaines catégories de biens pour lesquels on peut soutenir avec raison qu’ils doivent être réservés à la collectivité, lorsqu’ils en viennent à conférer une puissance économique telle qu’elle ne peut, sans danger pour le bien public, être laissée entre les mains des personnes privées. » Ce constat implique-t-il une collaboration possible avec la social-démocratie ? La réponse…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

La Rédaction de Reconstruire

Ce contenu pourrait vous intéresser

Eglise

Mobilisation à Quimper : les fidèles attendent que la porte de l’évêque s’ouvre

Ce dimanche 16 juin, 350 catholiques fidèles au rite tridentin ont manifesté dans les rues de Quimper. Arborant des drapeaux bretons, des bannières, et entonnant des cantiques traditionnels accompagnés de sonneurs, ils se sont rassemblés à 15 h sur le parvis de la cathédrale Saint-Corentin. Cette manifestation visait à protester contre les décisions de Monseigneur Dognin, évêque de Quimper et Léon, prises le 19 mai, qui affectent les fidèles du diocèse attachés à la liturgie traditionnelle, notamment l'expulsion des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. 

+

Capture decran 2024 06 17 153242 quimper
EglisePhilosophie

La vérité des paraboles ?

C'est logique ! de Bruno Couillaud | Nos politiques, journalistes et maîtres à penser du moment maîtrisent l’art de la communication, bien souvent pour répandre une idéologie ou travestir la vérité. Le Christ, lui, usait de courtes histoires, paraboles simples et tirées de la vie quotidienne pour que ses auditeurs se rapprochent du Royaume des Cieux. Mais pour quelles raisons ?

+

paraboles