Que veut dire le mot « Noël » ?

Publié le 10 Déc 2018
Que veut dire le mot « Noël » ? L'Homme Nouveau

Mais, pourquoi donc la fête de Noël s’appelle-t-elle ainsi ? La question paraîtra oiseuse, surtout pour des chrétiens qui savent (encore !) que ce jour célèbre la naissance du Christ. Mais il est toujours bon de revenir aux origines, et dans les origines, à l’étymologie, qui permet d’un coup d’évacuer le Père Noël Coca-Cola (la célèbre marque de soda ayant popularisé le personnage et son habit rouge) et la marchandisation si prégnante aujourd’hui. 

Et, de fait, le mot « Noël » découle d’une évolution phonétique de l’ancien français « nael » (Nael Deu – la Nativité-Dieu) et d’une modification du mot latin « natalis », qui veut dire naissance ou relatif à la naissance. On trouvait effectivement à Rome et à Milan le « Dies Natalis Domini » qui sera à l’origine des noms de la fête de Noël dans les différentes langues romanes : Il Natale, la Natividad, Natal, Nadal.

Attestée au XIIe siècle, cette évolution lexicale a aussi donné naissance, en latin ecclésiastique, à « nativitas » dont le français a fait « nativité », terme très spécifiquement relié à la naissance du Christ. 

Selon les spécialistes, il semblerait que les plus anciennes traces du mot « Noël » se trouvent dans le Comput de Philippe de Thaon, un écrivain anglo-normand du XIIe siècle alors que le terme « nael » se lit, pour sa part, dans Le voyage de saint Brendan, datant du premier quart du XIIe siècle. L’auteur de ce récit est anonyme, mais se qualifiant lui-même d’« apostoiles danz Benediz » (l’émissaire Dom Benoît), il s’agit probablement d’un clerc anglo-normand, appelé Benedeit. Celui-ci aurait adapté en ancien français le texte latin de la Navigatio Brendani. 

Aux vers 616 de sa transcription, on débusque bien le mot « nael » :

Ainz que puisset entrer païs,

Ainz qu’a l’isle vengent Albeu

U estreient al Nael Deu.

(« ll devra attendre huit longs mois avant de pouvoir accoster à l’île d’Ailbe à Noël. »)

Quand au tréma sur le « e » de Noël, il est pour sa part plus récent, bien qu’il remonte quand même à 1718. 

Mais si les Français célèbrent Noël, le même jour les Anglais fêtent, pour leur part, le « Christmas Day » qui découlerait du vieil anglais : « cristes mæsse ». Au fond, qu’importe le mot, puisqu’il est toujours question de la naissance du Christ. L’aurore de notre salut !

Ce contenu pourrait vous intéresser

Eglise

Mobilisation à Quimper : les fidèles attendent que la porte de l’évêque s’ouvre

Ce dimanche 16 juin, 350 catholiques fidèles au rite tridentin ont manifesté dans les rues de Quimper. Arborant des drapeaux bretons, des bannières, et entonnant des cantiques traditionnels accompagnés de sonneurs, ils se sont rassemblés à 15 h sur le parvis de la cathédrale Saint-Corentin. Cette manifestation visait à protester contre les décisions de Monseigneur Dognin, évêque de Quimper et Léon, prises le 19 mai, qui affectent les fidèles du diocèse attachés à la liturgie traditionnelle, notamment l'expulsion des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. 

+

Capture decran 2024 06 17 153242 quimper
EglisePhilosophie

La vérité des paraboles ?

C'est logique ! de Bruno Couillaud | Nos politiques, journalistes et maîtres à penser du moment maîtrisent l’art de la communication, bien souvent pour répandre une idéologie ou travestir la vérité. Le Christ, lui, usait de courtes histoires, paraboles simples et tirées de la vie quotidienne pour que ses auditeurs se rapprochent du Royaume des Cieux. Mais pour quelles raisons ?

+

paraboles