Quelle est l’importance de Rerum Novarum ?

Publié le 15 Mai 2021
rerum novarum

Souvent présentée comme l’origine de la doctrine sociale de l’Église, l’encyclique Rerum Novarum du pape Léon XIII marque moins un début qu’un renouveau et une actualisation de l’enseignement de l’Église face aux nouveautés radicales, nées de la Révolution de 1789 et de la Révolution industrielle, et qui ne sont plus de simples idées, mais des idées instituées. Notre premier volet sur cette encyclique capitale.   Pourquoi ce titre de « Rerum Novarum » ? Comme il est d’usage pour les écrits pontificaux de ce type, le nom donné à l’encyclique est formé des premiers mots latins du texte de Léon XIII. On traduit généralement Rerum Novarum par « les choses nouvelles », mais en fait Léon XIII est plus précis : « La soif d’innovation qui depuis longtemps s’est emparée des sociétés et les tient dans une agitation fiévreuse devait, tôt ou tard, passer des régions de la politique dans la sphère voisine de l’économie sociale. » Le Souverain pontife établit donc un lien entre les changements politiques qui ont bouleversé les anciennes sociétés chrétiennes avec la Révolution française et les conséquences qui se sont fait jour au plan économique et social, notamment avec la Révolution industrielle. Cependant, l’objet de l’encyclique consistera bien à répondre à l’ordre nouveau établi au plan social et économique. Léon XIII rappelle d’ailleurs qu’il a déjà publié au moins trois encycliques de philosophie politique. Il leur apporte avec Rerum Novarum un complément parce que « l’industrie s’est développée et ses méthodes se sont complètement renouvelées. Les rapports entre patrons et ouvriers se sont modifiés. La richesse a afflué entre les mains d’un petit nombre et la multitude a été laissée dans l’indigence. Les ouvriers ont conçu une opinion plus haute d’eux-mêmes et ont contracté entre eux une union plus intime. Tous ces faits, sans parler de la corruption des mœurs, ont eu pour résultat un redoutable conflit. » Quel est l’objet de Rerum Novarum ? Dans le cadre défini, appréhendé comme étant totalement nouveau, en raison des principes qui régissent désormais les sociétés et qui s’incarnent dans des institutions, Léon XIII traite de la condition ouvrière. Il pointe particulièrement deux dangers. Le premier est celui des effets du libéralisme économique qui a eu pour conséquence cette disparité criante entre les bénéficiaires de la Révolution (politique et industrielle) et les ouvriers. Dis autrement, Léon XIII affronte ici la question de la séparation entre le capital et le travail.…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

La Rédaction de Reconstruire

Ce contenu pourrait vous intéresser

Eglise

Mobilisation à Quimper : les fidèles attendent que la porte de l’évêque s’ouvre

Ce dimanche 16 juin, 350 catholiques fidèles au rite tridentin ont manifesté dans les rues de Quimper. Arborant des drapeaux bretons, des bannières, et entonnant des cantiques traditionnels accompagnés de sonneurs, ils se sont rassemblés à 15 h sur le parvis de la cathédrale Saint-Corentin. Cette manifestation visait à protester contre les décisions de Monseigneur Dognin, évêque de Quimper et Léon, prises le 19 mai, qui affectent les fidèles du diocèse attachés à la liturgie traditionnelle, notamment l'expulsion des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. 

+

Capture decran 2024 06 17 153242 quimper
EglisePhilosophie

La vérité des paraboles ?

C'est logique ! de Bruno Couillaud | Nos politiques, journalistes et maîtres à penser du moment maîtrisent l’art de la communication, bien souvent pour répandre une idéologie ou travestir la vérité. Le Christ, lui, usait de courtes histoires, paraboles simples et tirées de la vie quotidienne pour que ses auditeurs se rapprochent du Royaume des Cieux. Mais pour quelles raisons ?

+

paraboles