Saint-Saturnin de Merville, une restauration exemplaire

Publié le 09 Juin 2024
saint-saturnin

© Laurent Toffanello

C’est grâce à une association dynamique qu’une église de la région de Toulouse est en train d’achever sa remise en état, avec la restauration d’une grande peinture. Un modèle à suivre, avec des fonds provenant des adhérents mais aussi de généreux dona-teurs, une vraie vie paroissiale, un patrimoine mis en valeur, une communication efficace et des acteurs locaux dévoués. Entretien avec Laurent Toffanello, trésorier-adjoint de l’association « les Amis de Saint-Saturnin » et responsable du suivi de la restauration.

 

| Le 15 mai dernier, vous avez achevé la restauration d’un tableau représentant une Descente de Croix, placé au-dessus du maître-autel de l’église Saint-Saturnin (31). Quelle est l’histoire de cette œuvre ? 

Ce tableau a été peint entre 1830 et 1840, juste après la construction de l’église Saint-Saturnin, qui date de 1830. Tandis que les peintures des murs et du plafond ont été réalisées par les frères Pedoya, celle-ci n’a pas été signée. François Pedoya peignait aussi sur toile et peut donc être l’auteur de ce tableau, mais nous n’en sommes pas sûrs. C’est une œuvre monumentale, de 4,6 m de hauteur et 3,5 m de largeur, représentant la Sainte Vierge tenant son Fils lors de la descente de la Croix.  En faisant des recherches sur les tableaux illustrant la Descente de Croix, j’ai trouvé par hasard une œuvre ressemblant de très près à celle de Saint-Saturnin. Il s’agit d’un tableau de Nicolas Poussin, aujourd’hui exposé au musée de l’ermitage à Saint-Pétersbourg, en Russie. Le tableau de l’église est une copie-miroir de cette peinture réalisée vers 1630.   

| Comment s’est passée la restauration ? 

Cela fait une dizaine d’années que nous rénovons le mobilier et la décoration de l’église. Ce tableau, pourtant au centre, n’avait pas encore été remis en état. En 2023, le curé de la paroisse nous a alors invités à entreprendre sa restauration.  Avec l’association « les Amis de Saint-Saturnin », nous avons donc lancé une campagne de dons et les travaux ont pu commencer le 11 septembre dernier.  À l’origine, nous prévoyions des dépenses allant jusqu’à 15 000 euros. Mais, en descendant le tableau, nous avons remarqué que l’entretien demanderait beaucoup plus de travail : le châssis était complètement délabré, la toile était presque transparente, trouée, la peinture était défraîchie… Si nous avions attendu quelques années, le tableau aurait été complètement perdu.  Nous avons donc fait…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Aymeric Rabany

Ce contenu pourrait vous intéresser

Eglise

Mobilisation à Quimper : les fidèles attendent que la porte de l’évêque s’ouvre

Ce dimanche 16 juin, 350 catholiques fidèles au rite tridentin ont manifesté dans les rues de Quimper. Arborant des drapeaux bretons, des bannières, et entonnant des cantiques traditionnels accompagnés de sonneurs, ils se sont rassemblés à 15 h sur le parvis de la cathédrale Saint-Corentin. Cette manifestation visait à protester contre les décisions de Monseigneur Dognin, évêque de Quimper et Léon, prises le 19 mai, qui affectent les fidèles du diocèse attachés à la liturgie traditionnelle, notamment l'expulsion des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. 

+

Capture decran 2024 06 17 153242 quimper
EglisePhilosophie

La vérité des paraboles ?

C'est logique ! de Bruno Couillaud | Nos politiques, journalistes et maîtres à penser du moment maîtrisent l’art de la communication, bien souvent pour répandre une idéologie ou travestir la vérité. Le Christ, lui, usait de courtes histoires, paraboles simples et tirées de la vie quotidienne pour que ses auditeurs se rapprochent du Royaume des Cieux. Mais pour quelles raisons ?

+

paraboles