Le secours militaire, c’est “à pied” que le courage l’attend !

Publié le 14 Déc 2023
militaire

"C’est à pied que nos soldats avaient su vaincre le Vietminh et protéger les populations indochinoises."

Alors que les affrontements se poursuivent au Proche-Orient, le journaliste et philosophe chrétien Hugues Kéraly, auteur notamment de La véritable histoire des Cristeros, propose dans cette tribune libre une réflexion sur le courage militaire français du siècle dernier.

 

Le secours militaire des nations judéo-chrétiennes face à la barbarie des assauts de l’islamisme, ce secours est 100% justifié quand il sauve des vies. Le serait-il encore, lorsque le feu du ciel s’abat nuit et jour en vrac, comme une apocalypse, sur quelques milliers de coupables et… plusieurs centaines de milliers d’innocents, comme on s’inquiète de le voir faire aujourd’hui par nos amis de Tsahal – en vertu d’une loi du Talion multipliée par dix – dans la bande de Gaza ?  

Souvenons-nous de ce que fut, de ce que su faire l’Armée Française, dans les grands rendez-vous militaires du siècle dernier.  

C’est à pied que nos soldats avaient su vaincre le Vietminh et protéger les populations indochinoises contre un malheur beaucoup plus grand que celui des sordides tigresses et des violences policières du Président Kadhafi, contre lequel le prophétique BHL a un jour convaincu Sarkozy d’engager une action fulgurante de nos forces aériennes… Oui, à pied, dans la sueur et le sang des combats d’Indochine, dans la peine et les larmes des familles de soldats.

– Jusqu’à ce que les socialistes français revenus au pouvoir signent une “paix séparée” avec un des plus grands bouchers de la péninsule indochinoise (Ho Chi Minh), puis que les bombardiers US ne viennent transformer le Vietnam du Nord en champ de morts et de ruines, grâce aux fabuleux progrès technologiques de la bombe au phosphore et de la “napalmisation”.  

C’est à pied aussi que nos soldats ont longtemps protégé les trois départements français d’Algérie contre les égorgeurs, les violeurs et les ébouillanteurs du FLN, entraînés en Tunisie par le KGB et financés par Moscou.– Jusqu’à ce qu’un général dit “de droite”, débordant de rancœur envers l’armée française qui l’avait naïvement reconduit au pouvoir, ne vienne trahir sans aucune nécessité politique ni encore moins militaire la parole donnée aux Pieds-Noirs, comme aussi aux Harkis, nos frères d’armes musulmans, et ne détruise à jamais la paix franco-algérienne, des deux côtés de la Méditerranée ! 

C’est à pied encore que les admirables sous-officiers et les jeunes volontaires de nos unités d’élite auront tenté, plus tard, tant bien que mal, de réparer auprès des villageois afghans les innombrables “bavures” aériennes de la glorieuse US Air Force, qui “missilait” à vue sur des cérémonies de mariage mais restait incapable de localiser les états-majors du terrorisme islamique. Oui, à pied, à dix-huit ou vingt ans, et au prix le plus fort, qui est celui du sang…  

Si les Présidents français et américains avaient réellement voulu sauver les populations civiles des exactions de la fureur islamiste au Proche et au Moyen-Orient, plutôt que parader devant les caméras du monde entier, ils se seraient mis d’accord sur l’unique nécessaire : ils y auraient fait débarquer aussitôt leurs régiments de Marines, de Paras, et surtout de Légion ! 

Je mets au défi les lecteurs de L’Homme Nouveau de dénicher un seul Parachutiste français, voire même un seul Marine américain, qui n’aurait pas tenu à grand honneur personnel de risquer sa peau face aux bouchers de l’islamisme pour sauver des vieillards, des adolescentes, des mères de famille, des petites filles et des petits garçons musulmans. Et qui ne tiendrait pas aussi à cœur, aujourd’hui, d’engager son courage et de risquer sa vie en Palestine, dans une chasse aux démons du Hamas réellement économe des millions de civils pris en otage par cette diabolique organisation…

Pour ne rien dire ici de nos régiments de Légion qui se contentent, depuis l’Ancien Régime, d’observer un souverain et silencieux mépris lorsque les politiques et les chefs de corps des autres unités papotent ou popotent en vain sur l’opportunité d’attaquer ! 

 

>> à lire également : Dans l’attente du Sauveur

Hugues Kéraly

Ce contenu pourrait vous intéresser

EgliseTribune libreLectures

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (3/3)

3 - La démarche synodale comme processus du changement. | C’est bien toute la démarche synodale sur la synodalité qui, par son processus lui-même, est une machine à mettre en œuvre une Église plastique, compatible avec la modernité, c’est-à-dire sans contenu. Et cette démarche synodale trouve sa source, puise son inspiration et sa légitimité dans le concile Vatican II. Quelle lecture faire du Maître de la terre ? Ratzigérienne, bergoglienne ? Au lecteur de se faire une opinion, mais il faut lire Benson. 

+

synode évangélisation église
EgliseTribune libre

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (2/3)

Une volonté farouche de changer de paradigme (2/3) | Tout d’abord, et en amont de l’élection, la volonté farouche de changement de ceux qui ont préparé le règne. En 2007 paraissait un livre très éclairant et remarquablement conçu dans la plus pure tradition de la manipulation de l’opinion. La thèse de ce livre-programme qui devait se révéler prophétique peut se résumer ainsi : l’Église, depuis Constantin et avec pertinacité, s’est éloignée du message évangélique. Ce phénomène s’accentue à partir de la Renaissance quand l’Église s’entête de plus en plus en s’opposant à la modernité. Constatant au XXe siècle que des génocides ont été perpétrés dans des pays chrétiens (Allemagne, Rwanda), il faut en tirer la conclusion que cette manière ancienne d’être chrétien était fausse et qu’il faut refuser les préoccupations dérisoires que sont la connaissance de la foi, le nombre d’entrées au séminaire ou de sacrements célébrés, car tout cela détourne de l’essentiel qui consiste à apporter davantage d’humanité.

+

pape François synode soins palliatifs euthanasie
EgliseTribune libreLectures

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (1/3)

Nous nous interrogions en 2019 (1) sur le regard porté par Benoît XVI et François sur ce roman d’anticipation de tout premier rang qu’est Le Maître de la Terre de Benson. Plus personne (plus personne de sain d’esprit en tous cas) ne prétend à présent à la continuité entre les deux pontificats. Leurs ambitions, leurs idées, leurs spiritualités, leurs tempéraments que tout oppose trouveraient dans ce livre un point commun ? Non, décidément nous ne parvenons pas à comprendre. Si les deux pontifes ont recommandé ce livre puissant, les motifs en sont forcément différents. 

+

François maitre de la terre Benson
Tribune libre

De la nouvelle traduction du Pater

Tribune Libre | La mauvaise traduction du Notre Père dans la messe de Paul VI en français a fait en 2013 l’objet d’une juste rectification, entrée en vigueur en 2017. L’occasion pour les fidèles traditionalistes, restés attachés à l’ancienne formule, de faire un pas vers les autres catholiques en adoptant la nouvelle traduction, encore plus exacte.

+

pater
Tribune libreFiducia Supplicans

Liberté religieuse et licence morale

Tribune libre de Rémi Fontaine | Dans l’Église contemporaine on manifeste de plus en plus de répugnance à la désignation comme criminels de comportements gravement peccamineux, au nom de la dignité ontologique de la personne humaine. Une confusion qui découle du glissement de sens de la liberté religieuse.

+

wintzer liberté religieuse
EgliseTribune libreDoctrine sociale

La liberté religieuse, épine dans la chair

Tribune de l'Abbé Claude Barthe | Comment est-on passé dans l’Église du rejet de la liberté religieuse à son acceptation ? C’est le sujet de l’ouvrage de François Huguenin, La grande conversion. L’Église et la liberté de la Révolution à nos jours. Brillante explicitation sur cinq cents pages d’un changement de cap. L’adoption de la liberté religieuse s’intègre à un infléchissement de l’ecclésiologie consistant à voir hors de l’Église catholique des communautés surnaturelles secondes en quelque sorte.

+

liberté religieuse jubilé bulle