Dans l’attente du Sauveur

Publié le 16 Déc 2023
attente avent

L'ange invite saint Joseph à la confiance : exemple à suivre pour tout chrétien.

Toute la liturgie de ce temps de l’Avent souligne l’attente pleine d’espérance qui nous habite, nous qui désirons la venue de celui qui va se révéler en naissant à Bethléem pour apporter le salut à toute créature.

  En ce temps de l’Avent le plus court qui puisse être (vingt-deux jours), la troisième et dernière semaine est riche du point de vue liturgique et nous fait déjà entrevoir la lumière de Noël. Voyons-en quelques éléments. Du 17 au 23 décembre, l’Église chante, aux vêpres, les antiennes dites « Ô » car elles commencent toutes par cette interjection. Ces mêmes jours, le MR 1970 les reprend à la messe comme versets alléluiatiques. Ces antiennes qui, selon dom Guéranger († 1875), « contiennent toute la moelle de la liturgie de l’Avent » (Année liturgique), remonteraient au VIe siècle. Elles sont formées de deux parties. Tout d’abord, elles invoquent le Messie à venir sous un titre et des prérogatives qui lui sont attribués par l’Écriture. Elles supplient ensuite ce Sauveur : « Viens », avec, chaque jour, le motif espéré de cette venue. Prenons par exemple deux de ces antiennes :

« Ô Clef de David, sceptre de la maison d’Israël, toi qui ouvres ce que nul autre ne fermera et qui clos ce que nul n’ouvrira, viens et tire de sa prison le captif [littéralement : le vaincu] assis dans les ténèbres et l’ombre de la mort » (20 décembre).

Cette clef de David est prédite par Isaïe (22, 22).

« Ô Aurore (Oriens), splendeur de la lumière éternelle, soleil de justice, viens et illumine ceux qui sont assis dans les ténèbres et à l’ombre de la mort » (21 décembre).

Dans ces deux antiennes, on reconnaît le dernier verset du cantique de Siméon, le Benedictus, chanté chaque matin à la fin des Laudes (Lc 1, 79).   

Pas encore Noël mais plus dans l’Avent

Le dernier jour de l’Avent, les communautés suivant le MR 1962 ne célébreront pas le 4e dimanche de l’Avent, mais la Vigile de Noël. Celle-ci, comme le remarque le liturgiste dom Flicoteaux († 1956), « présente un caractère très particulier. Ce n’est pas encore tout à fait Noël, mais ce n’est déjà plus l’Avent. » Le matin, à l’office de prime, dans les monastères, on chante l’annonce de la Nativité. Le Martyrologe romain qui en contient le texte situe l’événement central de l’Histoire par rapport aux grandes…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Pierre Julien

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEgliseLiturgie

Pastorale des sacrements : une expérience paroissiale (1/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 1/4 | L'abbé Antoine Michel a participé à l'ouvrage Les sacrements en question, en y présentant une initiative originale. Inspiré par un prêtre américain et troublé par le manque de fécondité des sacrements, il a mis en place dans sa paroisse une nouvelle manière d’offrir le baptême et le mariage, en particulier, qui favorise une vraie démarche de foi et de conversion. Entretien.

+

sacrement
A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien
Chroniques

L’amour doit remplacer le culte de la Raison

Carte blanche de Judith Cabaud | Depuis le Dieu de l’Ancien Testament qui dicta sa loi humaine et divine à Moïse, les hommes ont trouvé le moyen d’interpréter ces commandements à leur guise. Par des procédés légalistes et juridiques, ils se sont emparés du contrôle de la vie de leurs semblables des mains du Créateur. Cependant, on découvre que tout n’est pas explicable par la raison. À l’heure actuelle, la plus grande qualité de l’Église catholique reste l’humilité et la charité.

+

maires pour le bien commun principes de politique raison