Sœur Lucie dos Santos déclarée vénérable

Publié le 01 Juil 2023
Lucie

Sœur Lucie dos Santos, une des voyantes de Fatima, vient d’être déclarée vénérable. Le jeudi 22 juin dernier, le Saint-Père a autorisé la promulgation du décret. Le processus de béatification est enfin lancé. Née en 1907 et morte en 2005, celle que l’on appelait sœur Marie Lucie de Jésus et du Cœur Immaculé a été témoin des apparitions de la Sainte Vierge. La jeune Portugaise d’Aljustre gardait les moutons avec ses cousins, saints Francisco et Jacinta Marto, lorsque l’Ange du Portugal, aussi appelé l’Ange de la paix, puis la Sainte Vierge leur sont apparus entre 1915 et 1917. Sœur Lucie est ensuite devenue religieuse chez les Sœurs de Sainte-Dorothée. En 1948, avec une autorisation spéciale du Vatican, elle entre au carmel de Sainte-Thérèse à Coimbra, où elle demeure jusqu’à sa mort. Durant toute sa vie, elle cherche à faire connaître Notre-Dame. Malgré les mesures d’isolement imposées par le Vatican en 1952, sœur Lucie répand la dévotion au Cœur Immaculé. Au moment indiqué par la Sainte Vierge, la voyante révélera par écrit les trois secrets confiés. Ses deux cousins, Francisco et Jacinta, sont morts à un an d’intervalle (1919 et 1920) des conséquences de la grippe espagnole. Ils ont été béatifiés en 2000 par saint Jean-Paul II et canonisés en 2017 par le pape François. Être déclaré « vénérable » est la deuxième étape dans le processus de canonisation. Ce titre  est donné après celui de « serviteur de Dieu ». L’héroïcité des vertus de celui qui est déclaré vénérable est reconnue par l’Église. L’évêque du lieu nomme une commission canonique composée de théologiens et d’historiens pour diriger une étude critique de la vie et des écrits du serviteur de Dieu. Un postulateur, avocat du candidat à la sainteté, est choisi par l’évêque, pour suivre le déroulement de l’enquête. Le document final est ensuite transmis à la Congrégation des Causes des Saints à Rome, qui prend la décision dans un délai de cinq ans maximum, afin de couper court à tout zèle ou enthousiasme excessif. Une fois le dossier accepté, un rapporteur est désigné par la Congrégation pour faire une synthèse de tous les miracles, écrits, biographies du candidat à la sainteté. La synthèse s’appelle la positio (en latin, positio super virtutibus : « position sur les vertus »). Le rapporteur discute avec le postulateur et « l’avocat du diable », chargé d’argumenter contre le dossier pour en tester la résistance. La positio est ensuite étudiée par un collège…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Domitille de Brü

Ce contenu pourrait vous intéresser

CultureEglise

Les mémoires du cardinal Consalvi

Carte Blanche d'Yves Chiron | Le cardinal Consalvi, secrétaire d'État du Saint-Siège à partir de 1806, a rédigé ses Mémoires. Celles-ci viennent d'être retraduites et rééditées par Bernard Ardura, le président du Conseil pontifical des Sciences historiques, aux éditions du Cerf, sous le titre Mémoires. Un diplomate dans la bourrasque.

+

Cardinal Consalvi