Synode : se mettre à l’écoute de l’Esprit dans le monde ? 

Publié le 28 Nov 2023
Synode / concile vatican II

Session du Concile Vatican II

Le synode sur la synodalité, dont la première Assemblée générale s’est achevée le mois dernier, paraît avoir été conçu pour réaliser les espoirs de certains théologiens. Un courant progressiste à l’œuvre depuis Vatican II pousse à des changements sur des « nœuds disciplinaires doctrinaux », toujours les mêmes, grâce à la « pastoralité » et dans une herméneutique que cette session paraît avoir plus ou moins mise en œuvre. 

  Le Synode sur l’avenir de l’Église, précédemment intitulé sur la Synodalité, s’est tenu à Rome au mois d’octobre. Il ne nous appartient pas ici d’en commenter le document final, point d’étape en vue de la dernière session qui aura lieu en octobre 2024. Il s’agit de remonter en amont pour envisager le contexte ecclésial et certains enjeux d’un tel événement. Quelle est la nature de ce synode ? Il est la concrétisation de ce que le pape François a dit dans son important discours du 17 octobre 2015, affirmant que la synodalité « est le chemin que Dieu attend de l’Église du troisième millénaire ». Si tel est le cas, ce synode à haute teneur méthodologique doit être considéré avec attention. Il est effectivement le lieu où se cristallisent un certain nombre de tensions ecclésiales, et au premier chef celles portant sur la réception du concile Vatican II.  

Les deux herméneutiques

Cette question de la réception du Concile est l’objet du célèbre discours de Benoît XVI du 22 décembre 2005, sur les deux herméneutiques, celle de « la discontinuité et de la rupture » et celle « du renouveau dans la continuité de l’unique sujet Église que le Seigneur nous a donné ». Le débat de réception va de pair avec un débat sur la nature dudit concile. Karl Rahner, quelques jours après la clôture de celui-ci, avait affirmé dans une conférence publique qu’il n’était « que le commencement du commencement » (1). Et il ajoutait : « Pour que ce commencement du commencement devienne un début véritable, beaucoup, presque tout reste à faire. » (2) La crise de réception du Concile s’est grosso modo structurée entre ceux qui refusaient tout ou parties de celui-ci, ceux qui affirmaient « tout le Concile, rien que le Concile » et ceux qui militaient pour promouvoir « l’esprit du Concile ».  Dans cette…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Thibaud Collin

Ce contenu pourrait vous intéresser

Eglise

Mobilisation à Quimper : les fidèles attendent que la porte de l’évêque s’ouvre

Ce dimanche 16 juin, 350 catholiques fidèles au rite tridentin ont manifesté dans les rues de Quimper. Arborant des drapeaux bretons, des bannières, et entonnant des cantiques traditionnels accompagnés de sonneurs, ils se sont rassemblés à 15 h sur le parvis de la cathédrale Saint-Corentin. Cette manifestation visait à protester contre les décisions de Monseigneur Dognin, évêque de Quimper et Léon, prises le 19 mai, qui affectent les fidèles du diocèse attachés à la liturgie traditionnelle, notamment l'expulsion des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. 

+

Capture decran 2024 06 17 153242 quimper
EglisePhilosophie

La vérité des paraboles ?

C'est logique ! de Bruno Couillaud | Nos politiques, journalistes et maîtres à penser du moment maîtrisent l’art de la communication, bien souvent pour répandre une idéologie ou travestir la vérité. Le Christ, lui, usait de courtes histoires, paraboles simples et tirées de la vie quotidienne pour que ses auditeurs se rapprochent du Royaume des Cieux. Mais pour quelles raisons ?

+

paraboles