Un nouveau “modérateur” pour l’Emmanuel

Publié le 13 Juil 2009
Un nouveau “modérateur” pour l'Emmanuel L'Homme Nouveau

Depuis le 12 juillet, Laurent Landete est le nouveau responsable de la Communauté de l’Emmanuel.
Élu pour trois années par le conseil international de la Communauté, ce père de six enfants, infirmier à Bordeaux, était jusqu’à présent délégué du modérateur pour la France, notamment responsable des sessions d’été à Paray-le-Monial. Il succède à Dominique Vermersch – professeur d’économie et d’éthique à Agrocampus Ouest – arrivé au terme de ses trois mandats consécutifs possibles.

Le changement de modérateur intervient alors que la Communauté de l’Emmanuel vient d’être érigée en association publique internationale de fidèles, par décision du Conseil pontifical pour les Laïcs, le 20 juin 2009.
La Communauté était, jusqu’à ce jour, une association privée de fidèles de droit pontifical (par décret du Conseil pontifical pour les Laïcs le 8 déc. 1998).

Les 400 délégués de la Communauté de l’Emmanuel – représentant ses 8 000 membres répartis dans les différentes provinces et pays à travers le monde – se sont tous réunis à Paris en présence du cardinal André Vingt-Trois, assistant ecclésiastique de la Communauté de l’Emmanuel, pour élire les 17 membres du conseil international. C’est ce nouveau conseil qui a élu Laurent Landete, le nouveau modérateur.

La Communauté de l’Emmanuel est née à Paris en 1972, au sein du renouveau charismatique dans l’Église catholique, à la suite du Concile Vatican II. Aujourd’hui, avec plus de 8 000 membres, la Communauté est présente dans 57 pays. Tous les états de vie sont représentés : familles, célibataires, prêtres (223), séminaristes (100), laïcs consacrés dans le célibat (25 frères et 170 sœurs). Ensemble, dans la complémentarité de leur état de vie, ils s’efforcent de répondre à l’appel de Dieu : servir et annoncer le Christ dans le monde contemporain.

Le charisme de fondation de la Communauté tient en cette communion profonde entre sacerdoce commun (des laïcs) et sacerdoce ministériel (des prêtres), dans une même vie spirituelle marqué par l’adoration eucharistique, adoration de Dieu « Emmanuel », c’est-à-dire « Dieu avec nous », adoration de laquelle naît la compassion, elle-même source du désir d’évangéliser, d’annoncer au monde entier la Bonne Nouvelle du salut.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

L’Institut du Christ Roi reçu au Vatican

COMMUNIQUÉ | Monseigneur Wach, prieur général de l'Institut du Christ Roi Souverain Prêtre était reçu hier, 24 juin 2024, par le Pape. L'ICRSP a été fondé en 1990, sous le patronage notamment de saint François de Sales. Associées à l'Institut depuis leur création en 2001, les Sœurs Adoratrices prient pour la sanctification des prêtres, notamment ceux de l’Institut, et les soutiennent dans leur apostolat. Ce communiqué a été publié par l'ICRSP à l'occasion de l'audience de Monseigneur Wach au Vatican.

+

Institut du Christ Roi Souverain Prêtre ICRSP
A la uneEgliseSociété

Les catholiques et le sport (1/3) | Un dominicain très moderne : le père Didon et les Jeux olympiques

Dossier « Les catholiques et le sport : des patronages aux Jeux olympiques » 1/3 | Entretien | Au moment où vont s’ouvrir les Jeux olympiques de 2024 à Paris, l’historien Yvon Tranvouez publie un ouvrage sur le père Henri Didon, inspirateur de la devise des Jeux et proche du baron de Coubertin. La vie du dominicain est passionnante à plus d’un titre, reflétant les tensions du catholicisme français à son époque et la pénétration de nombre de valeurs modernes dans un milieu antirépublicain.

+

jeux olympique Didon