Une manifestation silencieuse contre le projet de constitutionnalisation de l’avortement

Publié le 28 Fév 2024
constitutionnalisation avortement

Sans aucun doute, cette défaite pour la vie aura des conséquences dans les mois ou les années à venir. © Peter Potrowl / CC 4.0

Le projet de constitutionnalisation de l’avortement passe au Sénat ce mercredi 28 février. La Marche pour la Vie organise donc une manifestation silencieuse à Port-Royal (Paris), ce jour-même de 18 heures à 20 heures.

 

Le Sénat se réunit cet après-midi pour débattre à nouveau du projet de constitutionnalisation de l’avortement. Les sénateurs doivent se prononcer sur l’inscription de « l’interruption volontaire de grossesse » dans la Constitution. Le 30 janvier dernier, l’Assemblée nationale avait adopté à une majorité écrasante la réforme initiée en octobre 2022 par le gouvernement : 493 voix contre 30.

La commission des Lois de la chambre haute avait ensuite décidé le 14 février dernier de ne pas s’opposer à la réforme gouvernementale portant le vote au Sénat. « La Commission a décidé de ne pas s’opposer à la constitutionnalisation de la liberté de recourir à l’interruption volontaire de grossesse et prend acte du texte qui est proposé par le gouvernement », avait expliqué Agnès Canayer, rattachée au groupe Les Républicains, ajoutant « à cette étape-là, nous ne sommes pas défavorables, mais la rédaction proposée a encore un certain nombre d’irritants et nous aurons le débat en séance ». 

La Marche pour la Vie organise donc une manifestation à Port-Royal (Paris), de 18 heures à 20 heures, pour défendre la liberté de conscience des médecins, la protection des enfants à naître, la liberté de s’opposer à l’avortement en France et encourager les sénateurs à voter contre ce projet de loi. 

Marie-Lys Pellissier, directrice de la communication du collectif, explique que « nous aimerions demander aux sénateurs d’avoir le courage de voter contre ce projet de loi. » Le rassemblement sera silencieux, « nous serons là bâillonnés car cette mesure aura forcément un impact sur tous ceux qui sont contre l’avortement dans notre pays », explique-t-elle.  

Les conséquences concrètes de cette constitutionnalisation dépendront du texte final qui sera adopté, mais le collectif estime que « dans les faits, il sera très difficile de préserver la liberté de conscience des soignants notamment dans un contexte de pénuries des médecins, nous savons qu’il y aura des conséquences. » Il semblera en effet plus difficile de s’opposer à un droit devenu constitutionnel.

Marie-Lys Pellisier insiste également sur la souffrance des femmes ayant déjà avorté qui deviendra encore plus tabou : « constitutionnaliser l’avortement va encore plus les bâillonner et les culpabiliser : comment assumer souffrir d’un acte qui est autant “sacralisé” ? »

Mais la mobilisation de ce soir ne sera évidemment pas suffisante pour ralentir le processus législatif. Le collectif encourage donc ses soutiens à écrire à leur sénateur afin qu’ils puissent tous « recevoir de nombreux messages. » 

Si le texte est adopté aujourd’hui, il sera amené au Congrès, cette fois à Versailles. La Marche pour la Vie organisera une mobilisation, plus large si le calendrier le permet.  

En 2022, il y a eu 243 000 avortements, soit 17 000 de plus qu’en 2021. Le collectif encourage de son côté à mettre en place des solutions pour favoriser l’accueil de la vie et développer davantage les alternatives plutôt que de constitutionnaliser l’avortement.  

 

>> à lire également : 40 Jours pour la Vie, une initiative pour le Carême 

Maitena Urbistondoy

Maitena Urbistondoy

Ce contenu pourrait vous intéresser

SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage