Une neuvaine pour notre pays

Publié le 20 Nov 2014
Une neuvaine pour notre pays L'Homme Nouveau

Sur le modèle de la neuvaine d’année de prière lancée dans les années cinquante du siècle dernier par l’épiscopat polonais, des cardinaux et évêques français, des responsables de communautés religieuses et des prêtres diocésains, soutenus par des laïcs, invitent depuis le 15 novembre dernier à une prière pour la France. Une neuvaine de neuf mois jusqu’au 15 août pour que notre pays retrouve la fidélité à sa vocation.

La prière avant l’action

L’Homme Nouveau, fidèle à la tradition transmise par ses fondateurs et par Marcel Clément, qui avait offert en son temps un riche enseignement sur la vocation des nations, s’associe entièrement à cette initiative de nos pasteurs. Certes, la prière n’est pas suffisante, ou plus exactement, elle ne doit pas être le prétexte à une inaction alors que l’heure est grave. Mais l’action, cette « charité politique » à laquelle nous invitent les souverains pontifes contemporains, doit être le fruit surabondant de la prière, de cette indispensable contemplation des réalités divines, qui gardera toujours la nécessaire primauté.

À nous laïcs, comme nous le rappellent les derniers papes, et le Catéchisme de l’Église catholique, appartiennent la rénovation et la gérance de l’ordre temporel pour le conduire entièrement à Dieu. L’universalité de Dieu n’abolit pas la particularité des nations, mais les in­scrit dans l’ordre de sa Providence. Notre première action sera donc la prière, porte d’entrée à la multitude d’actions que nous pourrons entreprendre pour notre patrie selon nos devoirs d’état. 

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneÉditorial

Notre quinzaine : L’enjeu de véritables vacances

Édito du Père Danziec (n° 1812) | À l’heure où vous tiendrez ce magazine entre vos mains, les mois chauds et sympathiques des vacances se seront de nouveau installés. Voici venu le temps de nous délasser des labeurs et des fatigues de l’année académique ! Comment donc ne pas vous souhaiter, chers lecteurs de L’Homme Nouveau, de véritables semaines d’été reposantes ! Car oui, le repos est sacré !

+

vacances
ÉditorialLettre Reconstruire

Retrouver le sens de la vérité

Lettre Reconstruire n° 38 (Juillet 2024) | Éditorial | Dans les moments de trouble comme nous en vivons actuellement, dans les périodes d’accélération dans les remises en cause de tous ordres, il faut au moins, individuelle­ment et familialement, se raccrocher aux points de repère certains aux plans naturel et surnaturel. Contre le doute, il faut entretenir en soi la recherche permanente de la vérité.

+

france 4684488 1280 vérité
Éditorial

Notre quinzaine : Dieu se rit…

Éditorial de Philippe Maxence | Où va la France ? Cette question, nous sommes beaucoup à nous la poser depuis le résultat des élections européennes et la dissolution de l’Assemblée nationale. Ce choix présidentiel, prévu par la Constitution, a entraîné une accélération de l’histoire dont nous ne savons pas où elle mènera notre pays. Bossuet écrit que « Dieu se rit des prières qu’on lui fait pour détourner les malheurs publics, quand on ne s’oppose pas à ce qui se fait pour les attirer. Que dis-je ? quand on l’approuve et qu’on y souscrit, quoique ce soit avec répugnance. »

+

dieu droite gauche
ÉditorialLiturgie

Notre quinzaine : Rester, non pas dans le coup, mais dans le cœur !

Édito du Père Danziec | Tel est le principe du cycle, une continuation, sans arrêt et circulaire, dont le centre est Dieu. En ce mois de juin, comme l’an passé, et l’année qui lui était précédente, et les autres encore qui leur étaient antérieures, et ce depuis des siècles, l’Église militante de la terre invite une nouvelle fois les fidèles à se tourner vers le Sacré Cœur de Jésus. Un cœur source de vie pour nos âmes en manque de palpitations.

+

sacré cœur
Éditorial

Notre quinzaine : « Mon vieux, je suis un homme nouveau »…

Édito de Philippe Maxence | Cette année encore, le pèlerinage de Notre-Dame de chrétienté qui s’est déroulé à la Pentecôte a rencontré un véritable succès avec plus de 18 000 pèlerins inscrits. Des jeunes, beaucoup de jeunes mais aussi des familles réunissant les parents et les enfants, voire parfois les grands-parents. À son ami Joseph Lotte, Péguy avait déclaré : « Mon vieux, je suis un homme nouveau. J’ai tant souffert et tant prié, tu ne peux pas savoir. (…) J’ai fait un pèlerinage à Chartres, 144 kilomètres en trois jours... » Au XXe siècle, Péguy représente la réalisation de la parole évangélique : « Si le grain de blé ne tombe en terre et ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt, il porte beaucoup de fruits » (Jn, 12, 24). 

+

homme nouveau Chartres
ÉditorialEglise de France

Notre quinzaine : Catholiques, un point c’est tout !

Édito du Père Danziec | Ils viennent de partout mais ils ne vont pas nulle part. Ils marchent ensemble, dans la même direction. Leur rayonnement subjugue et l’organisation qui les entoure impressionne. Ils sont de tous les âges et de toutes les conditions. Ils s’agenouillent ensemble et partagent le même Credo. Ils sont pèlerins de Chartres, marcheurs de Dieu et témoins de chrétienté. Ils sont catholiques. Tout simplement catholiques. Non des catholiques à part mais des catholiques à part entière, aspirant bonnement à le devenir toujours plus intégralement, la grâce de Dieu aidant.

+

catholiques Chartres