Une somme sur la direction spirituelle

Publié le 07 Sep 2017
Une somme sur la direction spirituelle L'Homme Nouveau

Sous la forme d’une anthologie très complète, l’abbé Jean-Pierre Putois publie un bel éloge de la direction spirituelle qui apportera une aide appréciable aux prêtres et aux laïcs.

Parmi tous ceux qui admirent (à raison) sainte Thérèse de Lisieux, combien se souviennent de cette parole de la sainte normande : « Que d’âmes arriveraient à une haute sainteté si, dès le principe elles étaient bien dirigées » ? Cette phrase, extraite de l’Histoire d’une âme, appartient aussi aux centaines de sentences contenues dans l’Éloge de la direction spirituelle de l’abbé Jean-Pierre Putois.

Cette anthologie unique en son genre paraît pour la deuxième fois dans une version revue et augmentée, le terme exact serait d’ailleurs plutôt « enrichie ». Son objet est en effet une perle : la relation de l’âme à Dieu. Or, cette relation, toute la tradition chrétienne le confirme depuis la formation même donnée par le Christ à ses disciples, a besoin d’être dirigée, conduite, aidée, afin de progresser et d’atteindre sa finalité. Dans ce but, l’apport d’un directeur spirituel est non seulement une aide appréciable, mais nécessaire. Il permet de s’engager dans la bonne voie, d’être soutenu dans les étapes difficiles, apaisé dans les heures de tempête, de cheminer en paix et de trouver les conseils nécessaires. Depuis les origines, donc, les saints et les grands maîtres spirituels de la vie chrétienne ont soutenu les âmes dans leur désir de perfection et ils ont retiré de ce contact une expérience et des leçons que l’abbé Jean-Pierre Putois met ici à disposition afin de puiser aux meilleures sources.

Pour les prêtres comme pour les laïcs

Eloge de la direction spi

À qui s’adresse cet ouvrage ? Aux prêtres, bien sûr, chargés en raison de leur sacerdoce d’aider les âmes dans cette vie spirituelle à laquelle nous devons tous tendre afin que notre christianisme ne soit pas seulement un vernis qui ne résistera pas aux temps de persécution. Et de ce fait, ce livre s’adresse également aux laïcs qui souhaitent entrer vraiment dans la vie chrétienne par ce contact le plus fréquent possible et personnel avec Dieu.

Cette véritable petite somme de la vie spirituelle s’organise finalement comme une sorte de catéchisme, en ce sens que son Anthologie (deuxième partie du livre) répond aux questions concernant la direction spirituelle à l’aide des saints et des grands auteurs spirituels, éprouvés par le temps et d’une stricte orthodoxie doctrinale (en cette matière, il faut se référer aux grands auteurs et éviter les modes et les nouveautés).

Le directeur spirituel est-il nécessaire à la vie intérieure ? En quoi consiste son office ? Quelle conduite tenir à son égard ? Ce ne sont ici que quelques exemples de ces interrogations auxquelles répondent de manière ordonnée l’Écriture sainte, saint François de Sales, les deux saintes Thérèse, saint Jean de la Croix, le Père Faber ou Mme Cécile Bruyère ainsi que beaucoup d’autres, à travers les textes collectés avec précision par l’auteur. La troisième partie de l’ouvrage complète merveilleusement bien ce recueil de textes en apportant des « Jalons pour une direction » qui s’appuient principalement sur saint Jean de La Croix et saint Ignace de Loyola.

Des textes de référence

Les deux parties mentionnées sont encadrées par un important extrait du livre Théologie de la vie ascétique du R.P. Meynard et par un texte sur l’office du directeur spirituel du R.P. Faber, célèbre oratorien anglais. Sur le premier, la préfacière, Dominique Millet-Gérard, grande spécialiste de Paul Claudel (dont elle cite d’ailleurs un texte frappant) écrit : « le R.P. André-Marie Meynard (+1904), op, fournit outre l’architecture de l’anthologie, une mise au point introductive qui permet une meilleure intelligence des citations ensuite rassemblées dans une perspective qui les éclaire l’une par rapport à l’autre. » Enfin, l’ouvrage s’achève (avant les très utiles et complets index) par un texte de l’abbé Berto.

Très justement, l’auteur souligne que le véritable guide en la matière reste le Saint-Esprit et que le directeur spirituel doit non seulement se mettre à son écoute, mais discerner son action dans l’âme particulière qui se confie à lui. Fort de son immense travail concernant les catéchismes diocésains (dont L’Homme Nouveau parlera prochainement), l’abbé Putois a pu enrichir la première version de ce livre, accroissant ainsi chez le lecteur le goût pour les choses divines.

Jean-Pierre Putois, Éloge de la direction spirituelle sous forme d’anthologie, Artège/Lethielleux, 500 p., 24,90€.

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneSociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation