Vacances et prières

Publié le 30 Juil 2018
Vacances et prières L'Homme Nouveau

Le mois d’août s’approche et est pour beaucoup le mois des vacances, le mois du voyage. Se changer les idées, se dépayser, se préparer à attaquer une nouvelle année scolaire, en profiter pour prendre de nouvelles résolutions, tout cela est excellent, mais en changeant notre rythme de vie, attention à ne pas perdre de vue l’essentiel. 

La prière reste le socle de la vie du chrétien en toutes circonstances, Saint Paul ne nous exhorte-t-il pas à prier sans cesse ? (1 Thessaloniciens 5:17) 

Bien sûr il y a la prière du matin et quand cela est possible, la prière familiale du soir, mais ce ne doit pas être nos seules occasions de rendre grâce au Seigneur. Dans cette période de vacances où chacun peut essayer de repenser son rapport au temps, les repas sont souvent plus longs, plus conviviaux, le bénédicité et les grâces sont des prières courtes, accessibles à tous et dont le sens est facilement compréhensible par les enfants. C’est le moment de les réciter en famille. 

Certaines familles profitent également du temps passé ensemble pour réciter l’angélus aux heures prévues, matin, midi et soir, il arrive que les cloches des églises sonnent pour rappeler cette prière, et que nous ne fassions même plus attention. 

L’été doit être aussi ce moment pour lire ce livre pieux qui traîne depuis trop longtemps sans que nous ayons pris le temps de le commencer. Tous les livres sont terminés ? Replongeons-nous dans la Bible ou les évangiles. 

Les vacances ce sont bien souvent de longs déplacements, des occasions excellentes pour prier et méditer le chapelet ou même le rosaire pour les plus courageux. Ce peut-être également un moment pour prier Saint Christophe, cet homme qui, selon la tradition, était d’une taille et d’une force incroyable. Devenu passeur d’un fleuve, il porta le christ enfant sur ses épaules, ressenti le poids du monde et se converti. La suite de son histoire est moins connue, évangélisant et convertissant les foules, il fut capturé par les hommes du roi de Lycie. Celui-ci essaya à plusieurs reprises de le faire abjurer, devant le refus du converti, il le condamna à mort. Alors que plusieurs centaines de flèches lui furent tirées dessus sans l’atteindre, une des flèches toucha le roi à l’œil. Saint Christophe expliqua au roi que lorsqu’on lui aurait tranché la tête, son sang mélangé à la terre et appliqué sur la cécité rendrait la vue au roi. Ce fait miraculeux convertit le roi qui interdit dès lors les blasphèmes contre Dieu. 

Demandons donc à Saint Christophe de veiller sur nos trajets et de nous aider à faire cesser les blasphèmes qui offensent Notre Seigneur. 

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation
A la uneEgliseMagistère

Valeur et âge de la confirmation, des pratiques à mettre en question (1/3)

Dossier « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 1/3 | Auteur de "La Confirmation à sa juste place" (Artège), l’abbé François Dedieu estime qu’il est nécessaire de revenir à la pratique ancienne de conférer ce sacrement avant la première communion. Il détaille ici les raisons et les objectifs de cette pratique, déjà mise en œuvre dans sa paroisse. Entretien avec l’abbé François Dedieu, curé de la paroisse Saint-Urbain-Sainte-Marie (La Garenne-Colombes). 

+

La confirmation à sa juste place