Vatican : Le diocèse de Shanghai à nouveau dans la tourmente

Publié le 13 Avr 2023
Vatican Shanghai

Vatican. Le gouvernement chinois a nommé un nouvel évêque à Shanghai, sans l’accord du Saint-Siège. Ce coup de force plonge le diocèse dans la tourmente.    Shanghai est en Chine la ville qui compte le plus d’églises catholiques. Le diocèse a été créé en 1946 et le premier évêque fut un missionnaire jésuite français, Mgr Haouissée. Quelques mois avant la victoire des communistes, prévoyant des temps difficiles, Pie XII nomma le 9 juin 1949 un évêque chinois à Shanghai, Joseph Kung Szu-jung. Celui-ci renonça à sa nomination avant sa consécration. Pie XII nomma alors Mgr Ignatius Kung Pin-mei, qui était jusque-là évêque de Soochow. Durant la vaste persécution qui a frappé l’Église catholique à Shanghai en 1955 – plusieurs centaines de prêtres, de catéchistes et de responsables laïcs arrêtés –, Mgr Kung fut emprisonné. Il resta incarcéré jusqu’en 1986 puis fut placé en résidence surveillée. Le premier geste de Jean-Paul II envers l’Église en Chine fut de le créer cardinal, en 1979. Comme il était toujours en prison, sa nomination fut faite in pectore, c’est-à-dire gardée secrète. Elle ne fut rendue publique qu’en 1991.  Des évêques fidèles au régime furent nommés par les autorités chinoises : Mgr Zhang Jia-shu en 1959, auquel succéda en 1988 Mgr Jin Lu-xian, évêque auxiliaire depuis 1984. Ces deux évêques ayant été nommés et consacrés sans l’accord du Saint-Siège, ils furent excommuniés latae sententiae. L’Église catholique à Shanghai resta divisée pendant des décennies entre « officiels » ou « patriotiques » et « clandestins » ou fidèles au Saint-Siège. En 2005, Mgr Jian Lu-xian s’est réconcilié avec le Saint-Siège et a été confirmé comme évêque de Shanghai par le pape Benoît XVI.  L’apaisement n’a duré que quelques années. En mai 2012, considérant le grand âge de Mgr Jian, Benoît XVI a nommé un évêque auxiliaire, l’abbé Thaddeus Ma Daquin. La nomination s’est faite en accord avec les autorités chinoises. Mgr Ma Daquin a été consacré évêque le 7 juillet suivant. À la fin de la cérémonie, le nouvel évêque déclara qu’il abandonnait ses fonctions au sein de l’Association patriotique des catholiques chinois (organisation inféodée au Parti communiste chinois), voulant se consacrer uniquement à son ministère épiscopal. Le jour-même, il était arrêté par les autorités chinoises, assigné à résidence au séminaire de Sheshan et interdit de tout ministère pastoral ; situation qui persiste aujourd’hui encore.  Un affront au Saint-Siège 

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Yves Chiron

Ce contenu pourrait vous intéresser

EgliseLiturgie

La Pause liturgique : Gloria 6, Rex Génitor, (Mémoires des Saints)

Ce Glória est daté du Xe siècle, et il est utilisé, comme le précédent, pour les fêtes des Saints. Les sources manuscrites de ce Glória, assez peu nombreuses, sont toutes françaises, ce qui semble indiquer son lieu d’origine et de composition. Il emprunte sa mélodie au 8e mode, mais il est tout différent du précédent : tandis que le Glória 5 s’envole à chaque verset vers les hauteurs de la quinte du mode authente, celui-ci se cantonne pour l’essentiel à l’intérieur d’une tierce très modeste, Sol-Si. Bien sûr, il se déploie à l’aigu de temps en temps, mais il est beaucoup plus horizontal que son voisin.

+

gloria grégorien
Eglise

La réparation comme démarche spirituelle

Commentaire du Pape | À l'occasion du 350e anniversaire des apparitions du Sacré Cœur de Paray-le-Monial, le Pape a prononcé quelques mots lors du colloque « Réparer l’irréparable », organisé le 4 mai dernier au Vatican. 

+

réparation France sacré cœur roi
A la uneEgliseMagistèreThéologie

Jean Madiran : lecteur critique de Gustave Thibon

Dossier « Jean Madiran et Gustave Thibon, un compagnonnage intellectuel ? » | Considéré par les lecteurs d’Itinéraires comme un collaborateur régulier de la revue, Gustave Thibon n’y donna en réalité qu’épisodiquement des articles, marquant toujours une certaine réserve par rapport au contenu. Directeur de la revue, Jean Madiran le sollicita à de nombreuses reprises mais s’éloigna de plus en plus du philosophe. Retour sur la rencontre de deux grandes figures qui évoluèrent différemment.

+

gustave thibon jean madiran