Allégresse et joie selon saint Augustin

Publié le 20 Avr 2014
Allégresse et joie selon saint Augustin L'Homme Nouveau

Docteur de l’Église, saint Augustin reste une lumière théologique et de vie chrétienne proche de l’homme contemporain qui se perd si facilement dans mille fantaisies avant de retrouver parfois le chemin de Dieu. Les lignes ci-dessous sont extraites d’un sermon prononcé le jour de Pâques. Sainte fête de la Résurrection à tous les lecteurs de ce site.

Au commencement était le Verbe

Vous avez entendu prêcher, de Notre-Seigneur Jésus-Christ, qu’ « au commencement il était le Verbe, que ce Verbe était en Dieu et que ce Verbe était Dieu ! « . Car si ce même Jésus-Christ Notre-Seigneur ne s’était humilié et avait voulu rester toujours dans sa grandeur, c’en était fait de l’homme. Nous reconnaissons donc que le Verbe est Dieu et demeure dans le sein de Dieu ; nous reconnaissons que Fils unique il est égal au Père, nous reconnaissons qu’il est lumière de lumière et jour issu du jour.

Il est le jour qui a fait le jour, sans avoir été fait, mais formé lui-même par le jour. Or, si ce jour issu du jour n’a pas été fait mais engendré, quel est le jour qu’a fait le Seigneur? D’abord pourquoi l’appeler jour? Parce qu’il est lumière, et que  » Dieu a donné à la lumière le nom de jour ».

Allégresse et joie

Maintenant quel est le jour qu’a fait le Seigneur pour que nous nous y livrions à l’allégresse et à la joie? A propos de la première formation du monde, nous lisons que  » les ténèbres étaient au-dessus de l’abîme et que d’Esprit de Dieu était porté sur l’eau, Dieu dit ensuite : Que la lumière soit faite, et la lumière fut faite. Et Dieu sépara la lumière d’avec les ténèbres; et il appela la lumière jour et les ténèbres nuit « . Voilà bien le jour qu’a fait le Seigneur. Mais est-ce celui où nous devons nous livrer à l’allégresse et à la joie? Il est un autre jour, formé aussi par le Seigneur, dont nous devons nous occuper davantage pour y exciter en nous la joie et l’allégresse. N’a-t-il pas été dit aux fidèles qui croient au Christ : « Vous êtes la lumière du monde ?  » S’ils sont lumière, ils sont jour, puisqu’à la lumière Dieu a donné le nom de jour. Hier donc encore l’Esprit de Dieu était ici même porté sur l’eau, et les ténèbres étaient au-dessus de l’abîme, puisque ces enfants étaient chargés de leurs péchés. Aussi , quand ces péchés leur furent remis par l’Esprit de Dieu, ce fut alors que  » Dieu dit : Que la lumière soit faite, et la lumière fut faite alors « .

Lumière du monde

Voilà donc  » le jour qu’a fait le Seigneur; livrons-nous à l’allégresse et à la joie qu’il a nous inspire ». Adressons-nous à ce jour avec les paroles mêmes de l’Apôtre : O jour qu’a fait le Seigneur, vous étiez autrefois ténèbres, vous êtes maintenant lumière dans le Seigneur. Oui, dit l’Apôtre,  » vous avez été ténèbres « . L’avez-vous été, oui ou non? Demandez à votre conduite passée si vous ne l’avez pas été, regardez dans vos consciences les oeuvres auxquelles vous avez renoncé. Eh bien! puisque vous étiez autrefois ténèbres et que maintenant vous êtes lumière « . non pas en vous mais  » dans le Seigneur, vivez comme des enfants de lumière ».

Veuillez vous contenter de ces quelques mots, car nous avons à travailler encore et à traiter aujourd’hui même, devant les enfants, des sacrements de l’autel.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

L’Institut du Christ Roi reçu au Vatican

COMMUNIQUÉ | Monseigneur Wach, prieur général de l'Institut du Christ Roi Souverain Prêtre était reçu hier, 24 juin 2024, par le Pape. L'ICRSP a été fondé en 1990, sous le patronage notamment de saint François de Sales. Associées à l'Institut depuis leur création en 2001, les Sœurs Adoratrices prient pour la sanctification des prêtres, notamment ceux de l’Institut, et les soutiennent dans leur apostolat. Ce communiqué a été publié par l'ICRSP à l'occasion de l'audience de Monseigneur Wach au Vatican.

+

Institut du Christ Roi Souverain Prêtre ICRSP
A la uneEgliseSociété

Les catholiques et le sport (1/3) | Un dominicain très moderne : le père Didon et les Jeux olympiques

Dossier « Les catholiques et le sport : des patronages aux Jeux olympiques » 1/3 | Entretien | Au moment où vont s’ouvrir les Jeux olympiques de 2024 à Paris, l’historien Yvon Tranvouez publie un ouvrage sur le père Henri Didon, inspirateur de la devise des Jeux et proche du baron de Coubertin. La vie du dominicain est passionnante à plus d’un titre, reflétant les tensions du catholicisme français à son époque et la pénétration de nombre de valeurs modernes dans un milieu antirépublicain.

+

jeux olympique Didon