Au quotidien n°214 : la lèpre toujours présente

Publié le 26 Mai 2021
Au quotidien n°214 : la lèpre toujours présente L'Homme Nouveau

On la croyait disparue, mais la lèpre sévit toujours. La Croix (25 mai 2021) évoque à ce sujet l’existence de 2,8 millions de lépreux dans le monde.

« Si on a parfois tendance à croire cette maladie disparue, c’est en partie dû à un malentendu », explique le professeur Antoine Mahé, dermatologue et vénérologue à l’hôpital Pasteur de Colmar. « À la fin du XXe siècle, un gros effort d’élimination de la lèpre en tant que problème de santé publique a été fait par l’OMS. Il s’agissait non pas de l’éradiquer, mais de faire baisser sa prévalence à 1 pour 10 000 à l’échelle mondiale. L’objectif atteint, cette pathologie a été reléguée à la périphérie, bien qu’il en reste des foyers importants dans certains pays », résume le médecin, rédacteur en chef du Bulletin de l’association des léprologues de langue française. (…)

S’il n’existe toujours pas de test fiable pour la diagnostiquer ni de vaccin pour la prévenir, l’arsenal thérapeutique s’est étoffé. Depuis le début des années 1980, une polychimiothérapie alliant trois antibiotiques (dapsone, rifampicine et clofazimine), permet de guérir en six à douze mois. « C’est efficace dans 99,9 % des cas, affirme le professeur Francis Chaise. Encore faut-il y avoir accès aux médicaments et être en mesure de les prendre correctement, ce qui n’est pas évident quand on habite dans un village d’Afrique ou d’Asie, sans dispensaire à proximité. » (…)

Ces dernières années, c’est probablement sur le front de la contagiosité que les progrès sont le plus impressionnants. « Contrairement aux idées reçues, la lèpre (qui se transmet par des gouttelettes du nez ou de la bouche, NDLR) est une maladie assez peu contagieuse et souvent circonscrite au cercle familial », souligne le professeur Mahé. Mais elle présente une difficulté majeure : sa durée d’incubation très longue, qui peut aller jusqu’à vingt ans chez certaines personnes. Autant d’années durant lesquelles le malade infecte son entourage…

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneChroniquesSociété

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
Société

Les Maisons d’Alliance, des béguinages modernes

Initiative chrétienne | Au moment où le projet de loi sur la fin de vie promet de renvoyer les personnes âgées à leur poids financier sur la société, avec la possibilité de les euthanasier, des initiatives se développent pour leur permettre d’avancer sereinement vers la mort en restant autonomes aussi longtemps que possible, reliées aux autres et soutenues spirituellement. Entretien avec Frédéric Zack, directeur général de l’association « Maisons d'Alliance ».

+

maisons d'alliance
SociétéBioéthique

« La loi sur la fin de vie ne fait qu’aggraver le sentiment de culpabilité de certains handicapés. »

Entretien | La proposition de loi sur la fin de vie ayant été adoptée par les députés jeudi 16 mai, elle sera débattue au Sénat à partir du 26. Afin d'alerter sur les enjeux et conséquences de cette loi, l'Office Chrétien des personnes Handicapées (OCH) a publié lundi 13 mai, un communiqué intitulé « Fin de vie : Et les plus fragiles dans tout ça ? » et signé par une quinzaine d'associations et d'organismes du domaine de la santé engagés pour la vie des plus fragiles. Emmanuel Belluteau, président de l'OCH, nous éclaire sur les raisons de cette tribune et les enjeux de la proposition de loi.

+

old patient suffering from parkinson projet de loi fin de vie
SociétéBioéthique

L’IA générative : rivale ou alliée de l’homme ?

Entretien | Devant les progrès fulgurants de l’intelligence artificielle (IA), la question qui vient d’abord à l’esprit est celle de sa capacité à remplacer l’être humain. Mais au-delà des performances de plus en plus sidérantes des machines, la question reste celle de leur utilisation vertueuse et surtout de la puissance unique de l’intelligence humaine, seule ordonnée à la vérité. Analyse du Doyen de l’IPC, Emmanuel Brochier.

+

IA intelligence artificielle