Le calice de l’abbé Clavel : une miraculeuse histoire de transmission

Publié le 09 Déc 2023
calice

Image d'illustration. © RobertCheaib

Un curé de village décédé depuis plusieurs dizaines années et un enfant du même village récemment ordonné liés symboliquement par un même calice.

  Au cœur du pittoresque Beaujolais, le petit village du Breuil a récemment été le théâtre d’un événement qui a enchanté les cœurs et les esprits de ses habitants. Et au-delà. L’histoire commence après l’ordination, le 25 juin dernier, d’un jeune séminariste, Vincent Charmet, originaire du Breuil. L’humble localité compte près de 800 habitants. Après plusieurs années d’études, puis de séminaire, le trentenaire s’engage dans le sacerdoce et est nommé, à Belleville, vicaire de la paroisse Saint-Augustin-en-Beaujolais. En mémoire et reconnaissance de son baptême célébré le 1er août 1993, le jeune prêtre choisit comme lieu pour célébrer sa toute première messe Saint-Pancrace, la petite église de son village d’origine où, jadis, il reçut lui-même le premier sacrement.  

La découverte inattendue d’un calice

Pourtant, ce n’est pas pour le simple fait d’être revenu en ces lieux, ouverts à de rares occasions, pour y célébrer sa première messe que l’histoire du Père Vincent a capté l’attention de tous. C’est ce qui a été découvert dans la sacristie de l’église qui a profondément ému la communauté. Alors que des paroissiens font de l’ordre dans la pièce quelque temps avant la venue du nouveau prêtre, ils tombent sur une boîte dans laquelle ils découvrent un calice en or et, glissé à l’intérieur, un bout de papier daté du 24 juin 1968, sur lequel on déchiffre : « Ce Calice appartenait à monsieur l’Abbé Claude Clavel qui le destinait à un enfant de la Famille Dupeuble s’il arrive à la prêtrise, ou à tout autre enfant de la Paroisse qui deviendrait prêtre. » L’abbé Claude Clavel, mentionné dans ce message par la secrétaire paroissiale de l’époque qui le signe, n’est autre que l’ancien curé de Saint-Pancrace du Breuil, décédé en 1968, et dernier à avoir vécu au village. Mais ce qui laisse les paroissiens sans voix, c’est la relation entre Vincent et les Dupeuble. Comble de la surprise, cette famille dont il est question dans la lettre n’est autre que celle de la grand-mère paternelle de Vincent. Un curieux hasard, une prémonition ou un geste de la Providence… En tout cas, il n’en a pas fallu plus pour émouvoir le village tout entier, et c’est l’adjoint au maire lui-même qui a remis à Vincent le calice qui lui était dû.  …

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Aliénor de Pompignan 

Ce contenu pourrait vous intéresser

Eglise

Mobilisation à Quimper : les fidèles attendent que la porte de l’évêque s’ouvre

Ce dimanche 16 juin, 350 catholiques fidèles au rite tridentin ont manifesté dans les rues de Quimper. Arborant des drapeaux bretons, des bannières, et entonnant des cantiques traditionnels accompagnés de sonneurs, ils se sont rassemblés à 15 h sur le parvis de la cathédrale Saint-Corentin. Cette manifestation visait à protester contre les décisions de Monseigneur Dognin, évêque de Quimper et Léon, prises le 19 mai, qui affectent les fidèles du diocèse attachés à la liturgie traditionnelle, notamment l'expulsion des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. 

+

Capture decran 2024 06 17 153242 quimper
EglisePhilosophie

La vérité des paraboles ?

C'est logique ! de Bruno Couillaud | Nos politiques, journalistes et maîtres à penser du moment maîtrisent l’art de la communication, bien souvent pour répandre une idéologie ou travestir la vérité. Le Christ, lui, usait de courtes histoires, paraboles simples et tirées de la vie quotidienne pour que ses auditeurs se rapprochent du Royaume des Cieux. Mais pour quelles raisons ?

+

paraboles