Carême chez les Orientaux 1/5 : Saint-Julien-le-Pauvre, Byzance en terre latine

Publié le 22 Mar 2023

Située à Paris, construite au Moyen Âge, Saint-Julien-le-Pauvre abrite une communauté catholique de rite grec-melkite depuis le XIXe siècle : un curieux choc de cultures entre les pierres gothiques et la liturgie orientale. Sur le parvis de l’église Saint-Julien-le-Pauvre, éclairé par les échafaudages de Notre-Dame de Paris, de l’autre côté de la Seine, les derniers fidèles se pressent pour assister à l’office du vendredi soir. Dans cette paroisse affectée au rite grec-melkite catholique depuis 1889, une des plus anciennes paroisses orientales de France, la communauté a entamé le Saint Carême.

L’office de l’Acathiste

Ce soir-là, comme tous les vendredis, l’office de l’Acathiste est mené par l’archimandrite (1), monseigneur Nadim Ignace Haddad. Johnny se tient à ses côtés dans le chœur. Sa puissante voix psalmodiant en arabe les strophes de l’hymne à la Mère de Dieu transporte l’église gothique aux confins de l’Orient. Jeune Libanais étudiant le droit, il a reçu sa formation musicale au sein de sa famille. Mais ses amis lui reconnaissent, au-delà d’une parfaite maîtrise technique, un talent particulier et lui ont d’ailleurs octroyé officieusement le titre de « Patriarche du chant ». La prière se déroule principalement debout car le chant est une hymne « acathiste », signifiant en grec « non assis ». L’hymne à la Vierge, organisée en vingt-quatre strophes qui représentent les lettres de l’alphabet grec, est la première de ce type mais aussi la plus célèbre. Elle aurait été composée au VIIe siècle pour remercier la Mère de Dieu d’avoir protégé Constantinople lors du siège de 626. « Un ange éminent fut envoyé du ciel, Réjouis-toi ! La sainte, connaissant son état, Alléluia ! » L’acclamation n’est pas omise pendant ce temps de pénitence. Mgr Haddad nous explique que cette prière célébrant le mystère de l’Annonciation, récitée pendant ce temps liturgique, est particulièrement appréciée par les paroissiens : « Ils viennent tous avec joie, c’est un moment de tendresse avec la Vierge, pour le Seigneur. » Et en effet, les places se font rares sur les chaises car ils sont nombreux pour un soir de semaine. Les générations se mélangent, des aînés aux jeunes familles accompagnées de leurs enfants en bas âge, en passant par les étudiants et jeunes professionnels.

La Divine Liturgie de Saint Basile

Le dimanche suivant, l’église déborde pour la Divine Liturgie de saint Basile. Cette liturgie est célébrée dix fois dans l’année, dont les cinq dimanches du Carême.…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Maitena Urbistondoy

Maitena Urbistondoy

Ce contenu pourrait vous intéresser

Eglise

Mobilisation à Quimper : les fidèles attendent que la porte de l’évêque s’ouvre

Ce dimanche 16 juin, 350 catholiques fidèles au rite tridentin ont manifesté dans les rues de Quimper. Arborant des drapeaux bretons, des bannières, et entonnant des cantiques traditionnels accompagnés de sonneurs, ils se sont rassemblés à 15 h sur le parvis de la cathédrale Saint-Corentin. Cette manifestation visait à protester contre les décisions de Monseigneur Dognin, évêque de Quimper et Léon, prises le 19 mai, qui affectent les fidèles du diocèse attachés à la liturgie traditionnelle, notamment l'expulsion des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. 

+

Capture decran 2024 06 17 153242 quimper
EglisePhilosophie

La vérité des paraboles ?

C'est logique ! de Bruno Couillaud | Nos politiques, journalistes et maîtres à penser du moment maîtrisent l’art de la communication, bien souvent pour répandre une idéologie ou travestir la vérité. Le Christ, lui, usait de courtes histoires, paraboles simples et tirées de la vie quotidienne pour que ses auditeurs se rapprochent du Royaume des Cieux. Mais pour quelles raisons ?

+

paraboles