Travail 3/4 : Colocations « Lazare », travailler à reconnaître ses talents

Publié le 19 Jan 2023
Colocations « Lazare » : pour revivre et se réinsérer

Lazare Lille Juillet 2020

L’association « Lazare » entend venir en aide aux personnes de la rue grâce à la cohabitation organisée avec des jeunes engagés dans la vie active. Ces colocations originales ont pour but de donner un cadre restructurant à ceux à qui la misère a ôté jusqu’à l’estime d’eux-mêmes.  

  • Quelle place occupe le travail dans votre association ?

« Lazare » anime et développe des colocations solidaires entre des personnes qui ont connu la rue (ou de très grandes galères) et des jeunes professionnels (25-35 ans), qui s’engagent pour un an ou plus. Nos volontaires partent le matin pour travailler. À l’inverse, nos personnes de la rue ou en galère le plus souvent ne travaillent pas. Le premier fossé qui saute aux yeux dans nos colocations est donc ce contraste entre nos « jeunes actifs » et d’autres… souvent moins jeunes et moins « actifs », du moins aux yeux de la société !

  • Quelle importance peut avoir une réinsertion professionnelle pour vos colocataires ?

Le travail est une des étapes vers la réinsertion, mais ce n’est pas la seule. Ma première conviction c’est que le travail ne peut pas être l’horizon de tous les profils de ceux que nous accueillons. Certains ont passé l’âge de la retraite et ne retourneront jamais travailler. D’autres sont dans des états de santé ou de handicap tels que l’idée même d’exercer une profession « classique » semble farfelue. Néanmoins, ils peuvent tous faire un pas vers une forme de vie active. À « Lazare », nous essayons de déployer le « DPA », ce qui signifie : développement du pouvoir d’agir. Nous les aidons à retrouver ce qui les anime, leurs rêves, pour entrer dans une dynamique de projet qui aide à aller de l’avant. Concrètement, ce pouvoir d’agir peut être un bénévolat, un passe-temps, ou simplement renouer avec un membre de sa famille. Pour certains, il s’agit du premier pas nécessaire vers la vie professionnelle. Il nous faut encourager « la politique des petits pas », progressivement.

  • Comment est-ce que vous les accompagnez ? 

Nos jeunes actifs sont souvent bien établis dans leur vie professionnelle. Ils ont la tentation de dire aux colocataires sans emploi : « Tu es là depuis quinze jours déjà ! Tu prépares ton CV et je te trouve un entretien d’embauche ». Un travail va même parfois être trouvé mais, au bout d’une ou deux journées seulement, si le colocataire n’est pas…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Maitena Urbistondoy

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéPhilosophie

La tradition primordiale, de René Guénon à Julius Evola

L'Essentiel de Joël Hautebert | Les doctrines de René Guénon et Julius Evola, deux auteurs pourtant fondamentalement antichrétiens, bénéficient d’une image positive chez certains catholiques. À la faveur d’une confusion autour du mot "tradition", d’un refus commun de la modernité, de la séduction de l’ésotérisme ou d’une certaine vision de l’Histoire. 

+

tradition
A la uneSociété

Retour du loup : le défi des éleveurs français

Entretien | La réapparition du loup dans les forêts et montagnes françaises ces dernières années nécessite aujourd’hui une vigilance accrue des éleveurs, qui voient leurs troupeaux attaqués, leurs bêtes blessées, ou dévorées. À la fois éleveur de brebis et maire de sa commune, Olivier Maurin a publié un livre dans lequel il retrace l’histoire de la présence du loup en France. Il évoque aussi le décalage entre les écologistes et les ruraux qui, comme lui, en subissent aujourd’hui les conséquences. Entretien avec Olivier Maurin, auteur du Festin des loups.

+

loup
SociétéBioéthique

GPA et filiation (3/4) : La gestation pour autrui est-elle bien féministe ? 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (3/4) | À un moment de l’histoire humaine où les frontières biologiques sont bousculées par de nouvelles technologies et où la « dignité » est instrumentalisée pour s’affranchir des barrières morales, un philosophe revient sur la GPA et sur la dégradation qu’elle représente pour la mère, l’enfant et les « parents d’intention ».

+

gpa féminisme
SociétéBioéthique

GPA et filiation (2/4) : L’humanité de la maternité

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (2/4) | On ne peut nier biologiquement le lien qui s’instaure entre la mère et le fœtus lors de la grossesse, point de départ indissociable de la maternité et de la vie d’un enfant. Dans le cadre d’un contrat de gestation pour autrui (GPA), la mère n’est plus que gestatrice, et l’enfant est brutalement soustrait à celle qu’il a appris à reconnaître durant les neuf mois.

+

gpa
SociétéFin de vie

L’euthanasie repoussée par la dissolution de l’Assemblée nationale  

Le 7 juin dernier, jour du Sacré-Cœur, l’Assemblé nationale a débattu sur le projet de loi de fin de vie. Cette proposition de loi est en arrêt temporaire dû à la dissolution de l’Assemblé nationale. Ce dimanche 9 juin, au soir du scrutin des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblé Nationale. Cette décision a entraîné l'arrêt immédiat de tous les travaux en cours au Palais Bourbon.  

+

euthanasie