Quelle compréhension mutuelle entre christianisme et islam ?

Publié le 10 Juil 2023
islam

Devant le phénomène de l’apparition puis de l’expansion de l’islam au VIIe siècle, les chrétiens ont d’abord cru à des légendes ou avoir affaire à une nouvelle hérésie. Au XXIe siècle, à la présence musulmane grandissante en Occident doit correspondre un effort de connaissance de l’islam tant sur les plans historique, que didactique, psychologique. Le point d’achoppement dans l’approche de l’islam est la fascination qu’exerce le Coran sur les musulmans croyant lire et réciter la parole de Dieu. Aussi les chrétiens doivent-ils user de pédagogie pour expliquer aux musulmans réceptifs au dialogue leurs sérieuses raisons de croire que le Coran est une production humaine, en aucun cas « dictée ».   Avant tout, la difficulté de compréhension mutuelle découle de la simple chronologie : le christianisme est très antérieur à l’islam et ses textes fondamentaux n’en parlent évidemment pas en tant que tel ; au contraire, les textes fondamentaux de l’islam se prononcent explicitement sur des croyances qu’ils attribuent à ceux qu’ils appellent nasâra. Par suite, si le Nouveau Testament des chrétiens condamne par avance les faux prophètes à venir, il s’agit, certes, d’un témoignage inspiré par Dieu, mais néanmoins d’une simple mise en garde générale contre le risque d’être abusé. Le Coran, par contre, est reçu par les musulmans comme la parole même de Dieu et ce qu’il désigne ne saurait donc être discuté. Tout au plus pourra-t-on se demander si le mot nasâra utilisé par le Coran concerne tous les chrétiens, comme la tradition islamique a voulu le comprendre, ou bien seulement une secte parmi eux. Il y a donc déséquilibre : du côté chrétien, ce qui est premier c’est le déroulement historique qui, au gré des vicissitudes des contacts, a conduit à la production de jugements humains dont on a pu éventuellement chercher, a posteriori, une justification dans l’Écriture. Du côté musulman, la parole même de Dieu énonce a priori des condamnations tant doctrinales que morales, et l’histoire n’intervient que pour permettre de distinguer des cas – les plus fréquents – de réception rigoureuse de celles-ci par les « croyants », de cas – très rares – d’effort pour nuancer leur compréhension. Bouleversement sociopolitique Les contacts, à partir de l’apparition de l’islam au VIIe siècle, ont eu lieu essentiellement dans un contexte général de bouleversement sociopolitique. Ce qui explique la prolifération chez les chrétiens de légendes souvent stupides par lesquelles ils cherchaient à s’expliquer ce phénomène. On a eu, par exemple,…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Marie-Thérèse Urvoy, Professeur émérite d’islamologie, d’histoire médiévale de l’islam, d’arabe classique et de philosophie arabe.

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesEgliseLiturgie

La Pause liturgique : Sanctus 5, Messe Magnæ Deus potentiæ (Mémoires des Saints)

Ce Sanctus du 4e mode a quelque chose de mystique et de majestueux, dans sa simplicité. Il alterne heureusement les formules neumatiques et les passages syllabiques, les progressions par degrés conjoints et les intervalles de tierce, de quarte ou même de quinte, les élans vers l’aigu et les détentes vers le grave. Ce Sanctus a la particularité de n’être représenté que par une seule source manuscrite, allemande, datée de la toute fin du XIIe siècle.

+

sanctus
A la uneEgliseLiturgie

Confirmation : La chrismation chez les Orientaux (3/3)

Dossier : « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 3/3 | Le sacrement de confirmation est conféré d’une façon bien différente dans les rites orientaux où il est n’est pas séparé du baptême. La cérémonie, proche de ce qui se faisait en Occident aux premiers siècles, revêt donc une forme spécifique et est accompagnée de prières faisant abondamment référence au baptême du Christ.

+

chrismation confirmation
A la uneEgliseMagistère

Valeur et âge de la confirmation, des pratiques à mettre en question (1/3)

Dossier « Quelle place faut-il donner à la confirmation ? » 1/3 | Auteur de "La Confirmation à sa juste place" (Artège), l’abbé François Dedieu estime qu’il est nécessaire de revenir à la pratique ancienne de conférer ce sacrement avant la première communion. Il détaille ici les raisons et les objectifs de cette pratique, déjà mise en œuvre dans sa paroisse. Entretien avec l’abbé François Dedieu, curé de la paroisse Saint-Urbain-Sainte-Marie (La Garenne-Colombes). 

+

La confirmation à sa juste place