Création et évolution

Publié le 27 Oct 2023
évolution création Wilkie pères de l'église

La création d'Eve par Adriaen van Stalbemt, vers 1620, Budapest

La théorie de l’évolution, formulée par Lamarck en 1800 puis par Darwin en 1859, a contredit la doctrine catholique qui dit que Dieu créa le Ciel et la Terre, et toutes les créatures, y compris l’homme formé à partir « du limon de la terre ». Le concile provincial de Cologne, en 1860, a condamné « l’opinion de ceux qui ne rougissent pas d’affirmer que l’homme est issu, du moins en ce qui regarde le corps, d’une transformation spontanée d’une nature moins parfaite en d’autres de plus en plus parfaites, et finalement en la nature humaine ». En 1877, le pape Pie IX adressait un bref de félicitation à un auteur, Constantin James, qui venait de réfuter le darwinisme. Pie IX voyait dans la théorie de l’évolution non seulement la négation de Dieu comme créateur, mais aussi une affirmation matérialiste. Au XXe siècle, Pie XII, par l’encyclique Humani Generis, consacrée à diverses erreurs théologiques et philosophiques de notre temps, « n’interdit pas que la doctrine de l’évolutionnisme » soit discutée, y compris par les théologiens. Mais il maintient comme une vérité de foi que les âmes humaines sont créées directement par Dieu et il estime que le « polygénisme » – les êtres humains ne descendent pas d’un seul homme, Adam, mais de plusieurs hommes qui sont apparus en différents points du globe – n’est pas une « opinion conjecturelle » mais une affirmation qui contredit la Révélation. Anne-Edgar Wilke, qui rappelle les éléments de ce débat, apporte un faisceau de lumières très utiles et intéressantes tirées des Pères de l’Église. Il offre un florilège de textes des Pères (neuf grecs, neuf latins, un syriaque) auxquels il ajoute saint Thomas d’Aquin, le « Docteur commun ». La création de l’homme, par Dieu, est un événement qui dépasse la raison humaine (saint Athanase d’Alexandrie, saint Cyrille de Jérusalem, saint Jean Chrysostome). C’est une manifestation de la volonté de Dieu (saint Basile le Grand) et de sa toute-puissance (saint Grégoire de Nysse, saint Jean Damascène, saint Jérôme de Stridon). En créant Adam à partir de la terre et Ève à partir d’Adam, Dieu a « accompli un plus grand miracle qu’en ressuscitant des morts » (saint Augustin). Dieu « a mis au monde Adam en le faisant sortir de la terre vierge, a aussi formé sans lien charnel le second Adam dans le sein de la Vierge » (saint Éphrem de Nisibe). On ne peut citer tous les textes admirables qu’Anne-Edgar Wilke publie et qu’il…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Yves Chiron

Ce contenu pourrait vous intéresser

CultureLectures

Cap sur le Cœur de Jésus : Un joli conte pour se préparer à la Première Communion

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire. Les Petits Allongés de Berck est un joli roman d'Isabelle Davy sur le monde des enfants tuberculeux. Cap sur le Cœur de Jésus permet aux enfants de se préparer à la première communion en neuf chapitres. Le Pardon du Morbihan relate l'histoire d'Élisabeth, engagée comme intendante au manoir de Kervrech en 1915. Paru dans le n°1808.

+

roman jeunesse première communion
CultureLectures

Côté édition : Pénombres, Glanes et approches théologiques

Côté éditions | Malgré une carrière tôt brisée par la mort, Joseph Malègue est l’auteur de ce que certains considèrent comme le plus grand roman du XXe siècle mais d’un seul autre roman. Les éditions de L’Homme Nouveau rééditent un ensemble de quatre textes, parus en 1939 sous le titre Pénombres, dans lesquels l’écrivain manifeste son souci du salut.

+

Piemonte 337 scaled e1715867758849 pénombres
CultureLecturesThéologie

« La Croix de Jésus » de Louis Chardon, une leçon de tendresse divine

Culture | Le dominicain Louis Chardon, théologien et prédicateur du XVIIe siècle aujourd’hui bien oublié, est l’auteur de La Croix de Jésus dont Les Belles Lettres proposent ces temps-ci une réédition, avec une introduction de l’écrivain et philosophe Romain Debluë. Celui-ci éclaire pour nous le mariage de la théologie et de la mystique, de la souffrance et de l’amour chanté par le religieux. Entretien.

+

croix de jésus création
EgliseMagistèreThéologie

Jean Madiran : lecteur critique de Gustave Thibon

Dossier « Jean Madiran et Gustave Thibon, un compagnonnage intellectuel ? » | Considéré par les lecteurs d’Itinéraires comme un collaborateur régulier de la revue, Gustave Thibon n’y donna en réalité qu’épisodiquement des articles, marquant toujours une certaine réserve par rapport au contenu. Directeur de la revue, Jean Madiran le sollicita à de nombreuses reprises mais s’éloigna de plus en plus du philosophe. Retour sur la rencontre de deux grandes figures qui évoluèrent différemment.

+

gustave thibon jean madiran