Quel parallèle entre les Croisades des chrétiens et le djihad des musulmans ?

Publié le 13 Juil 2023
djihad

© Gordito 1869

S’agissant du djihad résurgent et des croisades si décriées, certains esprits ont voulu les englober sous le même terme de guerre de religion. C’est ignorer la différence radicale entre le dieu coranique, qui assujettit le « mécréant » par la conquête et l’agression, et le Dieu Un et Trine, dont l’amour guidait jadis les croisés dans la Reconquête, guerre juste, et la libération des Lieux saints. Ce même amour de Dieu et la défense de la Croix animent aujourd’hui comme hier le combat intérieur du chrétien.   Le parallèle entre le djihad, la « guerre sainte » islamique, et cette forme de guerre juste chrétienne qui a pris, dans l’histoire, le nom de croisade, est fréquemment fait. Il existerait – affirme-t-on – un rapport spéculaire entre la croisade, « guerre sainte » chrétienne, et le djihad, « guerre sainte islamique », à l’intérieur d’une même catégorie conceptuelle, celle de la « guerre de religion ». La différence entre le djihad et la croisade a pour racine la profonde diversité entre le Dieu chrétien et celui de l’islam. Au centre du christianisme, se trouve le Mystère de la Très Sainte Trinité et de l’Incarnation du Verbe. Jésus-Christ, vrai Dieu et vrai Homme, en s’incarnant, a racheté l’humanité du péché et lui a ouvert les portes de la grâce. La grâce est l’inhabitation de l’Esprit Saint, troisième Personne de la Très Sainte Trinité, dans l’âme du chrétien : la foi qu’elle suscite est bien différente du sentiment religieux humain du musulman. Le monothéisme coranique n’a rien à voir avec le christianisme mais constitue en revanche une alternative diamétralement opposée à ce dernier : les musulmans sont les premiers à l’affirmer, en récitant avec le Coran que « sont mécréants ceux qui disent, en vérité Dieu est un tiers de trois » (Cor. 5, 73). Allah non seulement n’est pas un et trine mais il n’est pas Être et il n’est pas Personne. Il est une Volonté en action qui exige la soumission. Soumettre le monde entier L’islam est condamné à demeurer une religion rituelle et extérieure, parce que privée de l’influx surnaturel de la grâce qui a sa source dans la Deuxième Personne de la Très Sainte Trinité. Le djihad, à la différence de la guerre juste chrétienne, est une guerre offensive, une guerre d’agression justement parce que l’islam, ne connaissant pas la dimension intérieure typique du christianisme, ne peut s’étendre que par la force. Le dieu coranique n’aime pas les hommes et ne…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Roberto de Mattei, Historien et universitaire italien.

Ce contenu pourrait vous intéresser

Culture

L’exposition : Chana Orloff. Sculpter l’époque

Le musée Zadkine (Paris 6) accueille une exposition consacrée à la sculptrice Chana Orloff jusqu'au 31 mars. Cet ancien atelier du sculpteur d’origine russe Ossip Zadkine a été légué par son épouse Valentine Prax, et est devenu un atelier-musée au cœur du quartier artiste de Montparnasse.

+

Chana orloff
CultureEglise

Les mémoires du cardinal Consalvi

Carte Blanche d'Yves Chiron | Le cardinal Consalvi, secrétaire d'État du Saint-Siège à partir de 1806, a rédigé ses Mémoires. Celles-ci viennent d'être retraduites et rééditées par Bernard Ardura, le président du Conseil pontifical des Sciences historiques, aux éditions du Cerf, sous le titre Mémoires. Un diplomate dans la bourrasque.

+

Cardinal Consalvi
Culture

Figurer Jeanne d’Arc à Orléans

À l'occasion de la sortie de notre dernier hors-série Jeanne d'Arc, une jeune sainte pour notre temps (n°54-55), nous donnons la parole à Bénédicte Baranger, présidente du comité Jeanne d'Arc d'Orléans, et ancienne Jeanne 1975. Elle nous raconte le rôle de la Jeanne et l'importance de cette figuration pour le public et la jeune fille désignée. La Jeanne 2024 sera présentée le 12 février prochain.

+

jeanne d'arc