Déradicalisation

Déradicalisation L'Homme Nouveau

Il faut être socialiste pour croire que l’on peut déradicaliser, il faut être de gauche et de cette gauche décadente, impuissante, renonçante, pour croire que l’on peut mettre du vide à la place du plein. Il faut être de cette gauche laïciste et orgueilleuse pour s’interposer dans l’âme de l’autre et prétendre l’amener de Dieu à rien, il faut être de gauche pour penser que l’on peut transformer l’âme d’un guerrier en ronronnement de chatte. De cette gauche émolliente et naïve pour croire que l’on peut transformer un soldat d’Allah, prêt à donner sa vie et à en prendre sans aucun effroi, en smicard de grandes surfaces au service de la consommation de masse. Il faut être de gauche et de cette gauche méprisante pour supposer que le djihadiste qui a traversé la moitié du monde en clandestin, voyagé kalach en main dans des pick-up surarmés acceptera de livrer des pizzas en banlieue.

Croire que l’on peut faire ça c’est humilier l’autre, c‘est nier l’immense capacité de don et de réalisation de soi, de courage, de détermination, de renoncement, d’espérance d’un monde radicalement meilleur, de soif d’absolu et d’aspiration spirituelle, fussent-elles tordues. Confier les djihadistes à ce monde gauchi de sociologues du CNRS, de psychologues d’université, d’éducs spé de banlieue, d’ONG de circonstance, c’est les condamner à la haine durable ou à la dépression suicidaire. Heureusement que saint Paul, du temps où il était Saul de Tarse cogneur de chrétiens, n’a pas rencontré ces équipes de branquignols : il aurait fini rouleur de cornes de gazelles en banlieue de Damas. C’est Dieu qui était sur son chemin, et Dieu, lui, ne déradicalise pas. Il convertit, il retourne les cœurs qui ont soif d’absolu.

Ce contenu pourrait vous intéresser

Chroniques

Jean Breton n’en pense pas moins | L’essentiel, c’est l’affichage

En deux minutes devant la machine à café de l’entreprise, j’ai compté quarante-deux affichettes sur le palier où je déambulais. Près de trois mètres carrés occupés par des avis en tout genre, obligations, interdictions, sensibilisations et autres annonces syndicales. Autant le papier peint nécessite un rafraichissement, autant ce patchwork informatif en camaï...

+

Jean Breton n'en pense pas moins | L’essentiel
Chroniques

Jean Breton n’en pense pas moins | Refuser les règles

On ne peut plus rien dire à la télé. La réalité est islamophobe, les statistiques sont patriarcales, les faits divers une incitation à la haine. Depuis un demi-siècle, c’est acté : tout constat public hors progressisme officiel doit être précautionneusement entouré d’une couche de vaseline oratoire, saupoudrée de paratonnerres à amalgame. On fait gaffe à ce qu’on dit, on évite...

+

Jean Breton n'en pense pas moins | Refuser les règles L'Homme Nouveau