Des paradoxes pour mieux comprendre la réalité naturelle et surnaturelle

Publié le 20 Mar 2023

L’Histoire, autrement dit le passé et le présent, détermine en partie notre mode de vie ; les grands principes biologiques et la génétique aussi. Pourtant, ce monde évolue malgré nous par la transformation : la chenille devient papillon, l’enfant devient homme ou femme. Et ce phénomène de changement se déroule selon des lois qui peuvent paraître statiques, mais ne le sont nullement. Depuis que le Créateur de l’univers nous a fait entrevoir son œuvre prodigieuse, il nous laisse deviner ce qui se cache derrière ces paradoxes qui nous enseignent la réalité naturelle et surnaturelle. Aux noces de Cana, la transformation de l’eau en vin ne se termine pas seulement comme une happy end pour un petit problème d’intendance. L’eau changée en vin doit être comprise de façon surnaturelle. Nos âmes sont comparables par la nature à la substance de l’eau et, au contact de la volonté divine, elles peuvent, par la présence du Fils de Dieu, devenir comme le vin, ayant été fermentées par les épreuves de la vie. Même les Psaumes vantent ce vin qui « réjouit le cœur de l’homme », autrement dit, la jubilation de nos âmes au contact de Dieu. Les images et les métaphores de l’Évangile ne s’arrêtent pas là. Au moment de la Transfiguration, les apôtres sont terrassés par une lumière aveuglante émanant de la personne de Jésus : « Son visage resplendit comme le soleil et ses vêtements devinrent blancs comme la lumière. » Ils le voient autrement qu’en homme, ils l’aperçoivent déjà dans sa gloire de Fils de Dieu. Moïse, la Loi, et Élie, le prophète, l’entourent. Enfin, la voix de Dieu invisible tonne : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé […]. Écoutez-le ! » Rien ne manque dans cette scène pour nous apprendre, comme à Pierre, Jacques et Jean, à nous laisser transformer profondément par la présence de Dieu. Enfin, le constat le plus spectaculaire reste l’institution de l’Eucharistie. Le pain et le vin du repas pascal des juifs subissent une transsubstantiation, pour devenir le corps et le sang du Sauveur qui meurt sur la Croix. Cet exemple veut nous unir au divin sacrifice en nous accordant une présence réelle à perpétuité. La religion catholique nous prépare à une transformation à tous les niveaux. Elle ne nous permet pas de posséder la vérité mais, paradoxalement, de la voir en action à travers les êtres et les choses. Le phénomène du paradoxe change de sens. D’objectives, statiques ou rigides, les lois de Dieu…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Judith Cabaud

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureLectures

4 livres d’histoire pour son mois de juin

Recension adulte | Dans notre page culture, nous vous parlons de Pie VII, le pape qui défia Napoléon par Xavier Maréchaux, Jean-Marie Perrot, 12 décembre 1943, un crime communiste d'Yves Mervin, une Nouvelle histoire du Japon de Pierre-François Souyri et enfin une BD sur la bataille de Verdun. Paru dans le n°1808.

+

livre histoire
CultureLectures

Cap sur le Cœur de Jésus : Un joli conte pour se préparer à la Première Communion

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire. Les Petits Allongés de Berck est un joli roman d'Isabelle Davy sur le monde des enfants tuberculeux. Cap sur le Cœur de Jésus permet aux enfants de se préparer à la première communion en neuf chapitres. Le Pardon du Morbihan relate l'histoire d'Élisabeth, engagée comme intendante au manoir de Kervrech en 1915. Paru dans le n°1808.

+

roman jeunesse première communion
CultureLectures

Côté édition : Pénombres, Glanes et approches théologiques

Côté éditions | Malgré une carrière tôt brisée par la mort, Joseph Malègue est l’auteur de ce que certains considèrent comme le plus grand roman du XXe siècle mais d’un seul autre roman. Les éditions de L’Homme Nouveau rééditent un ensemble de quatre textes, parus en 1939 sous le titre Pénombres, dans lesquels l’écrivain manifeste son souci du salut.

+

Piemonte 337 scaled e1715867758849 pénombres
CultureLecturesThéologie

« La Croix de Jésus » de Louis Chardon, une leçon de tendresse divine

Culture | Le dominicain Louis Chardon, théologien et prédicateur du XVIIe siècle aujourd’hui bien oublié, est l’auteur de La Croix de Jésus dont Les Belles Lettres proposent ces temps-ci une réédition, avec une introduction de l’écrivain et philosophe Romain Debluë. Celui-ci éclaire pour nous le mariage de la théologie et de la mystique, de la souffrance et de l’amour chanté par le religieux. Entretien.

+

croix de jésus création