« Devant le tonneau de poudre atomique » (Bernanos)

Publié le 31 Oct 2022

Ernest Gengenbach eut son quart d’heure de gloire warholien en 1925. Séminariste, il avait été une nuit l’amant d’une obscure actrice et s’en était vanté. Rejeté par son séminaire et par sa famille, il alla trouver André Breton, qui publia son histoire dans sa revue La Révolution surréaliste, très hostile à l’Église. Gengenbach retomba vite dans l’obscurité même si, toujours en soutane, il se prétendait mensongèrement prêtre, publiait des romans pornographiques et satanistes et passait de repentirs en rechutes. En 1945, toujours en quête de notoriété, il adressa une lettre à Bernanos pour le piéger, sans doute au sujet de la bombe atomique. Celui-ci ne s’y laissa pas prendre. À la façon de sainte Bernadette répondant à ceux qui lui demandaient, lorsque les Prussiens s’approchaient de Nevers, si elle avait peur d’eux : « Non, mais des mauvais catholiques », Bernanos répondit : « Le plus sûr témoignage de la conquête du monde par Satan, ce n’est pas la bombe atomique, c’est la lâcheté des gens d’Église en face d’une société qui depuis des siècles se fortifie contre Dieu » (N.B. : n’oublions pas que tous les baptisés et non seulement le clergé sont « gens d’Église »). Puis Bernanos se mit à imaginer, un mois jour pour jour après Hiroshima, un « hors-la-loi », auquel il prêta les traits d’un corsaire connu, un « homme seul », capable de « faire trembler demain peut-être New York, Londres et Moscou ». Il le campa, « fumant sa pipe devant le tonneau de poudre atomique » et « disant aux hommes devenus d’irrémédiables salauds : “Un pas de plus et je fais sauter la planète” », et trouva cela « assez consolant » (sic) face aux « colossales organisations économiques qui ne méritent plus depuis longtemps le nom de patries ». On pourrait se rassurer en se disant que toute ressemblance de cette lettre avec la situation présente ne saurait être que fortuite et fort limitée, mais est-ce vraiment le cas ? Quoi que nous pensions des responsabilités dans cette situation, il s’agit aussi de lutte entre de « colossales organisations économiques », « fortifiées contre Dieu » ; cette lettre, écrite au lendemain d’Hiroshima et où il est question de Satan, comme aujourd’hui, est saisissante. Puisse-t-elle surtout nous faire prendre au sérieux la prière à l’archange saint Michel qu’ont demandée en 1884 Léon XIII et cent ans plus tard Jean-Paul II, et commencer dès aujourd’hui à la réciter de tout notre cœur : « Saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat, soyez notre secours…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Didier Rance

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureEglise de France

Mgr Chappoulie, évêque d’Angers

Carte blanche d'Yves Chiron | La nouvelle biographie Mgr Chappoulie, de Vichy à l’épiscopat d’Angers écrite par l'abbé Serge-Daniel Ekani est parue fin 2023 aux éditions de L'Harmattan. Elle décrit la vie de celui qui fut le lien entre l'Église et l'État français entre 1940 et 1944, et qui œuvra longtemps dans les organismes missionnaires.

+

Mgr Chappoulie
ChroniquesLiturgie

La Pause liturgique : Communion Mitte manum tuam (2ème dimanche de Pâques)

« Mets ta main et reconnais l'emplacement des clous, alléluia ! Et ne sois pas incrédule mais fidèle, alléluia, alléluia ! » (Jean, 20, 27). Cette communion nous présente le reproche d'incrédulité fait par le Seigneur à l'apôtre Thomas. La foi de Thomas voit un homme aux mains transpercées, et il croit en Dieu, caché sous cette humanité. Cette petite communion du 6ème mode donne un caractère aimable au reproche du Seigneur. L'atmosphère pascale de joie, de paix, de simplicité, est bien rendue par la mélodie

+

communion