Education : l’école doit être au service des familles

Publié le 19 Sep 2023
école directeurs Attal

Le directeur d'école a un rôle central et est un soutien pour les professeurs. Visite d'une école dans le Var, novembre 2022.

Michel Valadier, directeur général de la Fondation pour l’école, commente le décret pris en août  par le nouveau ministre de l’Éducation nationale, concernant les directeurs d’école primaire. Il souligne l’importance pour eux d’avoir la responsabilité entière du personnel et des orientations générales d’un établissement, pour pouvoir agir pour le bien commun des enfants, des familles et des professeurs. Entretien.

 

Vous avez récemment salué dans la presse le décret du 14 août dernier attribuant davantage d’autorité aux directeurs des écoles primaires publiques. Quelles sont les principales avancées dans ce domaine pour cette rentrée ?

  Ce décret porte sur les « dispositions relatives aux missions du directeur d’école primaire ». Il est très important car, s’il reprend en partie un décret de 1989, il présente plusieurs évolutions qui vont dans le bon sens. En effet, désormais, le directeur «a autorité sur l’ensemble des personnes présentes dans l’école pendant le temps scolaire […] pour la bonne marche de l’école ». C’est une affirmation claire : le directeur d’école publique est appelé à diriger toutes les personnes qui travaillent dans son école, y compris les professeurs, ce qui est nouveau. Un pas est franchi pour aller vers la création d’un vrai corps de directeurs dans le primaire, alors qu’actuellement ces directeurs sont choisis parmi les professeurs et bénéficient d’une décharge d’heures de cours plus ou moins importante en fonction de la taille de l’école. De ce fait, beaucoup d’entre eux faisaient jusqu’ici de la gestion et de la simple coordination – ce qui n’est pas négligeable – mais n’avaient pas le temps et parfois pas le goût ou la force d’aller plus loin, c’est-à-dire de donner une direction, partager une vision commune, suivre et encourager le personnel, le recadrer aussi. Bref : être un chef qui dirige. Ceci n’a d’ailleurs pas été sans réactions de la part de certains professeurs des écoles ; ses détracteurs accusent même le gouvernement d’avoir « abattu la petite république des professeurs voulue par Jules Ferry » en mettant à la tête de l’école un chef, ce qui serait «contraire au fonctionnement démocratique voulu par les pères fondateurs » …

Les directeurs sont-ils les seuls mentionnés dans ce décret pour l’exercice de l’autorité auprès des enfants ?

  Non, le deuxième point significatif de ce décret, pourtant passé presque inaperçu, est la place des parents qui est un peu mieux reconnue : « Le directeur organise l’accueil et la surveillance des élèves ainsi que le…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Maitena Urbistondoy

Maitena Urbistondoy

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement