EIIL : le silence des imams

Publié le 18 Juin 2014
EIIL : le silence des imams L'Homme Nouveau

Agrégé, docteur en histoire, spécialiste de la naissance de l’islam, chercheur-associé à l’université d’Aix-Marseille, Olivier Hanne lance ici un appel à la communauté musulmane de France. Il est temps de sortir, pour elle, d’un silence complice.

La prise de la moitié nord de l’Irak par les groupes de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) s’ajoute à la longue liste des récentes exactions djihadistes dans le monde arabe mais aussi en Europe. Les massacres à venir écraseront un peu plus les minorités chrétiennes du nord de l’Irak, mais toucheront certainement aussi la majorité musulmane.

La violence absolue de ces groupes et leur absence totale de considération pour les non-combattants doivent inspirer la nausée et susciter enfin une réaction de la part des musulmans français, et plus encore de leurs responsables, qu’il s’agisse du Conseil français du culte musulman, des recteurs des différentes grandes mosquées et de tous les imams. Car plus le djihadisme prend d’ampleur depuis une dizaine d’années, plus le silence de l’islam devient insupportable.

Un silence insupportable

Il ne suffit plus de déclarer avec bonhommie que l’islam est la religion de la paix ou que le Coran rejette le meurtre religieux en se basant toujours sur le même verset isolé (lâ ikrâha fi d-dîn, sourate 2, verset 256 : « pas de contrainte en religion ! »). Il faut – et c’est maintenant – que les imams de France épurent la Sunna, la doctrine traditionnelle, quitte à passer pour des mécréants aux yeux de l’Arabie saoudite ou de leurs cousins algériens. Il faut renoncer explicitement aux autorisations légales du meurtre et dénoncer l’ensemble des hadiths qui décrivent les modes d’action militaire au cours du djihâd, hadiths compilés dans le Livre du djihâd et du comportement guerrier (Kitab al-djihâd wa s-sayari). Plus encore, vous devez expliquer à vos fidèles, et tant pis s’ils ne vous croient pas, que le modèle du prophète Muhammad ne peut plus être suivi pour tout ce qui relève des expéditions militaires qu’il a conduites. Nous ne pouvons plus entendre les formules finales des Maghâzî, les récits des combats menés par Muhammad :

« Il alla, il attaqua, il tua, il fit du butin et il revint indemne. »

Toutes les règles du djihâd mises en place autour des VIIe-Xe siècles sont appliquées avec scrupule par les djihadistes du Sahel et de Syrie, les AK47 ayant toutefois remplacé les épées. Direz-vous enfin si ces règles ont encore, à vos yeux, une quelconque actualité, ou ferez-vous le choix radical et audacieux d’un islam épuré ?

Vers une hostilité grandissante ?

Pour finir, oserez-vous prendre vos distances avec les passages les plus violents du Coran (notamment la sourate neuf, at-Tawba), en valorisant une lecture purement spirituelle ? Vous comptez parmi vous des intellectuels qui ont tracé des voies originales et courageuses, voulant promouvoir un pacifisme musulman que l’on peine à découvrir par ailleurs.

Si vous ne faites rien, si vous ne réagissez pas, les musulmans de France seront l’objet par votre faute, autant que par celle des barbares de l’islamisme, d’une hostilité grandissante. Lorsque nous accueillerons les réfugiés irakiens, quels souvenirs apporteront-ils avec eux de la cohabitation avec l’islam ? Une défiance s’est déjà installée en France envers les musulmans, défiance que nos responsables politiques s’obstinent à nier, mais que trop d’indices dévoilent. Votre silence résonne comme une indifférence. Craignez qu’elle ne soit pas comprise comme un consentement. Changez l’islam, maintenant !

Ce contenu pourrait vous intéresser

EgliseTribune libreLectures

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (3/3)

3 - La démarche synodale comme processus du changement. | C’est bien toute la démarche synodale sur la synodalité qui, par son processus lui-même, est une machine à mettre en œuvre une Église plastique, compatible avec la modernité, c’est-à-dire sans contenu. Et cette démarche synodale trouve sa source, puise son inspiration et sa légitimité dans le concile Vatican II. Quelle lecture faire du Maître de la terre ? Ratzigérienne, bergoglienne ? Au lecteur de se faire une opinion, mais il faut lire Benson. 

+

synode évangélisation église
EgliseTribune libre

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (2/3)

Une volonté farouche de changer de paradigme (2/3) | Tout d’abord, et en amont de l’élection, la volonté farouche de changement de ceux qui ont préparé le règne. En 2007 paraissait un livre très éclairant et remarquablement conçu dans la plus pure tradition de la manipulation de l’opinion. La thèse de ce livre-programme qui devait se révéler prophétique peut se résumer ainsi : l’Église, depuis Constantin et avec pertinacité, s’est éloignée du message évangélique. Ce phénomène s’accentue à partir de la Renaissance quand l’Église s’entête de plus en plus en s’opposant à la modernité. Constatant au XXe siècle que des génocides ont été perpétrés dans des pays chrétiens (Allemagne, Rwanda), il faut en tirer la conclusion que cette manière ancienne d’être chrétien était fausse et qu’il faut refuser les préoccupations dérisoires que sont la connaissance de la foi, le nombre d’entrées au séminaire ou de sacrements célébrés, car tout cela détourne de l’essentiel qui consiste à apporter davantage d’humanité.

+

pape François synode
EgliseTribune libreLectures

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (1/3)

Nous nous interrogions en 2019 (1) sur le regard porté par Benoît XVI et François sur ce roman d’anticipation de tout premier rang qu’est Le Maître de la Terre de Benson. Plus personne (plus personne de sain d’esprit en tous cas) ne prétend à présent à la continuité entre les deux pontificats. Leurs ambitions, leurs idées, leurs spiritualités, leurs tempéraments que tout oppose trouveraient dans ce livre un point commun ? Non, décidément nous ne parvenons pas à comprendre. Si les deux pontifes ont recommandé ce livre puissant, les motifs en sont forcément différents. 

+

François maitre de la terre Benson
Tribune libre

Nietzsche : du biologisme par l’amoralisme à la subversion de la notion de vérité

IDÉES par Jean-Marie VERNIER, professeur agrégé de philosophie | Depuis quelques décennies, devant la décadence, voire l’effondrement progressif des sociétés occidentales et, notamment, de la France, certains courants de pensée prétendant faire école vont chercher chez Nietzsche les principes de leur analyse et en appellent à ces mêmes principes pour sortir de la crise de civilisation. Premier volet de notre présentation de la philosophie nietzchienne.

+

nietzsche
Tribune libre

De la nouvelle traduction du Pater

Tribune Libre | La mauvaise traduction du Notre Père dans la messe de Paul VI en français a fait en 2013 l’objet d’une juste rectification, entrée en vigueur en 2017. L’occasion pour les fidèles traditionalistes, restés attachés à l’ancienne formule, de faire un pas vers les autres catholiques en adoptant la nouvelle traduction, encore plus exacte.

+

pater
Tribune libreFiducia Supplicans

Liberté religieuse et licence morale

Tribune libre de Rémi Fontaine | Dans l’Église contemporaine on manifeste de plus en plus de répugnance à la désignation comme criminels de comportements gravement peccamineux, au nom de la dignité ontologique de la personne humaine. Une confusion qui découle du glissement de sens de la liberté religieuse.

+

wintzer liberté religieuse