Exposition : Portraits à la cour des Médicis

Publié le 13 Oct 2015
Exposition : Portraits à la cour des Médicis L'Homme Nouveau

Le musée Jacquemart-André lève le voile sur une période de l’histoire de la Renaissance un peu moins célèbre que celle qui s’est achevée par la mort du grand mécène Laurent de Médicis (4 avril 1492).

La quarantaine de portraits exposés, réalisés à Florence entre 1510 et 1600, présentent des figures graves, des mains aux longs doigts gracieux, typiques du « maniérisme » et qui doivent beaucoup à Michel Ange. Suivant un parcours à la fois historique et thématique, certaines évolutions se dessinent. Une belle Dame au voile, attribué à Ridolfo del Ghirlandaio (1483-1561), magnifique peinture rappelant Raphaël, accueille le visiteur. Dans un intérieur dont les fenêtres ouvrent sur un doux paysage, cette jeune femme vêtue avec sobriété, montre le changement radical de vie depuis que Savonarole a prêché une certaine austérité. Après la République de Florence, la reconquête des Médicis est illustrée par des portraits d’hommes portant leurs armures (Portrait d’Alexandre de Médicis, Giorgio Vasari, 1511-1574). Suivent une série de représentations où des personnalités en vêtements somptueux, admirablement peints (Portrait d’Éléonore de Tolède, Angelo Bronzino [1503-1572], arrière-grand-mère de Louis XIII) laissent le souvenir de leur visage, par l’intermédiaire de grands artistes. À découvrir !

Musée Jacquemart-André, 158, bd Haussmann, Paris VIIIe. Ouvert tous les jours de 10 h à 18 h, nocturne le lundi jusqu’à 20 h 30 en période d’exposition. Jusqu’au 25 janvier 2016.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureDoctrine socialeLettre Reconstruire

La Bibliothèque politique et sociale | Aristote : éthique et politique

Reconstruire n°36 | Reconstruire propose une nouvelle rubrique intitulée « La Bibliothèque politique et sociale », pour remplacer les recensions de livre, avec comme premiers titres : l’Éthique à Nicomaque et Les Politiques d'Aristote dans l'édition de Garnier Flammarion. Il existe plusieurs traductions de ces deux ouvrages actuellement sur le marché. Nous recommandons pour notre part la traduction de l’Éthique à Nicomaque de Richard Bodéüs et celle des Politiques par Pierre Pellegrin. Outre le texte d’Aristote, leur intérêt principal réside dans leur exposition de la pensée d’Aristote et de sa compréhension.

+

égalité mythe aristote
A la uneCultureLectures

4 livres d’histoire pour son mois de juin

Recension adulte | Dans notre page culture, nous vous parlons de Pie VII, le pape qui défia Napoléon par Xavier Maréchaux, Jean-Marie Perrot, 12 décembre 1943, un crime communiste d'Yves Mervin, une Nouvelle histoire du Japon de Pierre-François Souyri et enfin une BD sur la bataille de Verdun. Paru dans le n°1808.

+

livre histoire
CultureLectures

Cap sur le Cœur de Jésus : Un joli conte pour se préparer à la Première Communion

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire. Les Petits Allongés de Berck est un joli roman d'Isabelle Davy sur le monde des enfants tuberculeux. Cap sur le Cœur de Jésus permet aux enfants de se préparer à la première communion en neuf chapitres. Le Pardon du Morbihan relate l'histoire d'Élisabeth, engagée comme intendante au manoir de Kervrech en 1915. Paru dans le n°1808.

+

roman jeunesse première communion
CultureLectures

Côté édition : Pénombres, Glanes et approches théologiques

Côté éditions | Malgré une carrière tôt brisée par la mort, Joseph Malègue est l’auteur de ce que certains considèrent comme le plus grand roman du XXe siècle mais d’un seul autre roman. Les éditions de L’Homme Nouveau rééditent un ensemble de quatre textes, parus en 1939 sous le titre Pénombres, dans lesquels l’écrivain manifeste son souci du salut.

+

Piemonte 337 scaled e1715867758849 pénombres
CultureLecturesThéologie

« La Croix de Jésus » de Louis Chardon, une leçon de tendresse divine

Culture | Le dominicain Louis Chardon, théologien et prédicateur du XVIIe siècle aujourd’hui bien oublié, est l’auteur de La Croix de Jésus dont Les Belles Lettres proposent ces temps-ci une réédition, avec une introduction de l’écrivain et philosophe Romain Debluë. Celui-ci éclaire pour nous le mariage de la théologie et de la mystique, de la souffrance et de l’amour chanté par le religieux. Entretien.

+

croix de jésus création