Face aux États-Unis, le poids de la Chine

Publié le 07 Déc 2023
chine états-unis

Mercredi 15 novembre, Joe Biden, le président américain, et Xi Jinping, le Chinois, se sont rencontrés à Woodside, en Californie, à 50 km de San Francisco où se déroulait le sommet de l’APEC (Asia-Pacific Economic Cooperation), le forum de Coopération économique pour l’Asie-Pacifique. Le forum ne concernait les pays européens que de façon marginale. En revanche, la rencontre entre les deux présidents avait une importance plus grande à nos yeux puisqu’elle fait reculer la menace d’un conflit entre la Chine et les États-Unis. Conflit qui aurait des conséquences dramatiques pour les Européens en termes d’approvisionnements, de communications et de sécurité des déplacements. Or, sans être arrivée au point de non-retour, la menace se faisait plus pressante avec la fermeture des canaux de communication militaire entre les deux pays. À cela s’ajoutaient l’affaire du ballon chinois, présumé « espion », abattu au-dessus des États-Unis, les sanctions économiques décrétées contre Pékin par Washington et l’apparition sur le territoire américain du Fentanyl, une drogue de synthèse dont la composante principale, venue de Chine, fait des milliers de morts en Amérique du Nord.  

Un rapprochement réel entre les États-Unis et la Chine

Mais pourquoi ce rapprochement ? N’est-il que gesticulations diplomatiques sans portée réelle ? D’abord, il y a les faits. Xi a lui-même déclaré : « Pour deux grands pays comme la Chine et les États-Unis, se tourner mutuellement le dos n’est pas une option. » Mieux, dernières alternatives au déclenchement d’une guerre en cas de malentendu circonstanciel, les communications militaires vont se rétablir. Oui mais ! Le Chinois a dit qu’il est « irréaliste » pour un camp de chercher à « remodeler » l’autre. En d’autres termes, il exige de Washington de ne plus vouloir faire de la Chine une démocratie à l’occidentale. Cela renvoie aussi au dossier de Taïwan. Xi a quasiment exigé de son homologue américain de « cesser d’armer Taïwan » et, plus incroyable, de « soutenir la réunification de la Chine », autrement dit le rattachement de l’île à Pékin. Cela définit le cadre dans lequel la Chine veut placer ses relations avec Washington, plus largement avec le monde occidental : elle suggère des relations pacifiques mais à condition que nous la laissions faire ce qu’elle veut à l’intérieur, en matière de droits de l’homme, et à l’extérieur, en ce qui concerne Taïwan et, soyons-en sûrs, les archipels qu’elle veut accaparer aux dépens de ses voisins.…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

L’Iran : un preneur d’otages non déclaré

Le jeudi 13 juin, le Français Louis Arnaud était libéré des prisons iraniennes et rentrait en France. Son nom ne dit pas grand-chose au public. Touriste de passage en terre perse, il était pourtant détenu depuis deux ans par le régime iranien, arrêté avec des compagnons de voyage européens sous le prétexte qu’ils auraient participé à des manifestations de l’opposition locale.

+

iran otage
International

L’Afrique du Sud entre passion et raison

Les élections générales en Afrique du Sud avaient lieu fin mai. L'African National Congress, parti historique de Nelson Mandela et au pouvoir depuis 1994, reste premier, mais avec seulement 40 % des voix. Le deuxième parti est dirigé par un Blanc, et le troisième par Jacob Zuma, ancien président du pays.

+

Afrique du Sud
EgliseChrétiens dans le monde

Le problème fondamental de l’Église en Chine : la liberté 

Le 21 mai dernier s’est tenue à Rome une conférence internationale intitulée « 100 ans après le Concile pour la Chine : entre l’histoire et le présent », organisée par l’Université pontificale urbanienne en collaboration avec l’agence de presse Fides et la Commission pastorale pour la Chine. Cette grande conférence a réuni, pour la première fois au Vatican, des autorités de l’Église et des représentants officiels de la République populaire de Chine.

+

concile chine
International

Le nouveau pacte européen sur la migration et l’asile

Décryptage | Le 10 avril, le Parlement européen adoptait un nouveau règlement pour gérer l’immigration : « le Pacte sur la migration et l’asile » dans l’Union européenne. Le 14 mai, les chefs d’État de l’Union le validaient en grande pompe. Sans être complètement mauvais, on peut douter que le pacte suffise à gérer la pression démographique exercée sur l’Union européenne. Simplement parce qu’il ne comble pas, ou mal, les failles du dispositif législatif en vigueur. Néanmoins, la vraie nouveauté est l’installation d’un système de filtrage aux frontières extérieures de l’Europe, y compris dans les aéroports.

+

Hongrie migration
International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes