Franc-maçonnerie et politique  : la religion de la République ? (1/3)

Publié le 10 Mai 2023
Franc-Maçonnerie
Ancien franc-maçon, converti, Serge Abad-Gallardo a passé vingt ans au sein de la loge des Droits humains. Depuis son retour au catholicisme, il s’attache à révéler la face cachée de la franc-maçonnerie dont il dénonce les manœuvres occultes dans les sphères politiques, visant à instaurer une religion universelle, progressiste et mondialiste en lutte contre l’Église. 

 

Dans votre ouvrage Franc-maçonnerie et politique, vous retracez le combat de la maçonnerie contre l’Église catholique. Comment décririez-vous les rapports entre la franc-maçonnerie et la religion ?   

  La franc-maçonnerie est en elle-même une religion. Je le démontre dans un précédent ouvrage intitulé Secret maçonnique ou vérité catholique (Artège, 2019). Mais la maçonnerie refuse une telle appellation. Car elle est à l’origine de la loi de 1905 qui interdit expressément l’intervention de la religion dans le débat politique, donc nier l’aspect religieux de leurs assemblées permet aux obédiences les plus politiques d’interférer librement dans les discussions publiques. L’ancien ministre socialiste Vincent Peillon l’a très bien décrit lorsqu’il s’est exprimé sur la question. Il n’est pas prouvé qu’il soit franc-maçon, mais il en a épousé les idées, et peut être considéré comme ce que l’on appelle un « maçon sans tablier ». Il a expliqué que la maçonnerie est la religion de la République française.  Par ailleurs, les spécialistes des religions définissent plusieurs critères permettant d’affirmer le caractère religieux d’un phénomène philosophique ou courant de pensée. Ils se retrouvent tous dans les pratiques maçonniques.   

Quels éléments vous permettent-ils de définir la franc-maçonnerie comme une religion ? 

  D’abord, les loges partagent un idéal commun, celui d’apporter le bonheur à l’humanité par la lumière de la franc-maçonnerie. Ensuite, nous observons l’existence de rites ; parmi les plus connus, nous pouvons citer le Rite écossais ancien et accepté, le Rite émulation, etc. Toutes les obédiences utilisent tous les rites maçonniques avec parfois des exclusivités (par exemple, le Droit humain ne pratique que le Rite écossais ancien et accepté). Dans les pratiques maçonniques, nous retrouvons des cérémonies comme le rite d’initiation, puis ceux qui ponctuent le parcours initiatique, mais également la reconnaissance conjugale (mariage maçonnique) ou bien les rites funéraires.  Enfin, nous trouvons des adeptes; et l’existence d’un lien entre eux. Les membres doivent assister au minimum à deux «tenues» (réunions) par mois lorsqu’ils appartiennent aux…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Maitena Urbistondoy

Maitena Urbistondoy

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
A la uneSociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage