Prison 3/4 : « Fraternité du Bon Larron », prière et écoute pour les détenus

Publié le 24 Sep 2022
fraternité du bon larron

Comment répondre aux besoins des détenus ? La « Fraternité du Bon Larron » leur offre un soutien par la prière et la correspondance. Deux moyens à la portée de tous, complétés, pour ceux qui peuvent s’engager plus, par les visites et une aide à la réinsertion. Une discrète œuvre de miséricorde dont la présidente explique le rôle. Entretien avec Aude Siméon, présidente de la « Fraternité du Bon Larron ».   En quoi la « Fraternité du Bon Larron » se différencie-t-elle d’une aumônerie de prison ? La « Fraternité du Bon Larron » a été fondée par un aumônier de prison, le père Yves Aubry, premier aumônier de la prison de Bois-d’Arcy. Il a reçu un appel lui enjoignant de témoigner de la Bonne Nouvelle auprès des prisonniers et a souhaité créer un groupe de prière près de chaque prison. La Fraternité qui est née de cet appel est constituée de bénévoles (à peu près 1 000 aujourd’hui) qui agissent principalement en dehors de la prison. Notre aspect modeste permet à notre Fraternité de rester « familiale » mais nous faisons partie de la grande « Société de Saint-Vincent-de-Paul » comme « association spécialisée » dans le domaine carcéral. La dimension explicitement chrétienne et catholique de notre Fraternité peut s’avérer un frein pour entrer dans les prisons puisqu’elle entre en confrontation avec une approche fermée de la laïcité. Votre premier rôle est donc la prière ? Nous proposons des engagements de prière individuelle : prier le vendredi vers midi pour les détenus, leurs familles, leurs victimes et tout le personnel pénitentiaire et judiciaire, en union avec les membres de la Fraternité, ceux qui sont morts en prison et ont le plus besoin de notre prière (nous pouvons ici penser aux suicidés qui sont malheureusement nombreux). D’autre part nous essayons de réunir les bénévoles disséminés sur l’ensemble du territoire en petits groupes de prière. Le rythme de prière et les modalités de celle-ci sont laissés à l’appréciation de chacun. Certains prient le chapelet, d’autres chantent, il y a des temps d’oraison, d’adoration, des méditations du chemin de croix, consécration à la Vierge… Chaque mois nous proposons une liste d’intentions qui s’intéressent à la condition carcérale française et s’élargissent au monde entier. Vous avez du mal à accéder aux prisons. Organisez-vous également des visites ? Nous avons des bénévoles également visiteurs de prison qui peuvent donc rencontrer des détenus.…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Propos recueillis par Odon de Cacquereay

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
A la uneSociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement
SociétéLectures

Faire durer son mariage, un état d’esprit

Entretien | Ancien officier devenu psychologue clinicien, Marc d’Anselme milite pour l’amour durable, titre de son livre. Sa perspective originale consiste à voir le mariage comme une mise à l’épreuve des conjoints pour une restauration de leur personnalité, à travers quatre processus psychiques. Un chemin qui fait écho à la vision chrétienne du mariage comme voie de sainteté.

+

mariage