Goums : une foi rayonnante

Publié le 20 Juil 2023
foi

La spiritualité de l’aventure Goum pourrait se définir comme « une sorte de… mystique de raid » (1). Il ne s’agit pas d’une mystique de l’effort, mais à force de dépouillement, d’humilité devant les difficultés, de fidélité et d’endurance tout au long des jours, le goumier s’élève toujours plus vers Dieu.   Le raid, selon Michel Menu, est « une expédition en pleine nature, dont l’objectif, bien déterminé, doit être atteint avec les seules ressources de l’intelligence… et de courage de l’opérateur, sans faire appel à des techniques ou à des engins qui réduiraient l’aventure à une prouesse artificielle. C’est, en somme, une école… de vérité » (2). L’aventure, chez les Goums, passe par le raid. Dès lors, pourquoi parler de « mystique de raid » ? Il ne faudrait pas se méprendre sur le sens de cette expression. L’aventure elle-même n’est pas la religion des Goums, au contraire des grands mouvements athées du XXe siècle pour lesquels le volontarisme et l’épopée prenaient des allures mystiques, et qui causèrent les dégâts qu’on connaît. La seule foi des Goums est en Jésus-Christ. Les Goumiers ne sont pas non plus des mythomanes qui partiraient au désert pour exploser leurs limites, se sentir plus forts et vivre avec arrogance une expérience de l’extrême. Ceux qui partiraient dans cet esprit seraient vite rattrapés par la réalité (3). L’aventure Goum est un départ, qui suppose un abandon dans le dépouillement (4), motivé par un « besoin de plus » (5) (plus loin, plus outre), vers un ailleurs où on se trouvera face à face avec soi-même, avec les autres, avec Dieu. Tout ceci les deux pieds plus que jamais ancrés dans le réel, dans une démarche de vérité vécue. Au désert, on ne peut ni tricher, ni dissimuler. Les Goumiers, en vivant une aventure qu’ils ne se seraient peut-être jamais crus capables de mener à son terme (ah, le doute du deuxième jour de raid !), apprennent à trouver leurs limites, mais les trouvent plus lointaines qu’ils ne l’imaginaient. Ils en reviennent grandis, dans l’humilité. Cette abondance de fruits n’est pas l’œuvre du hasard et explique la portée de l’expression « mystique de raid ». La naissance des Goums a été inspirée avant d’être construite. C’est pour cette raison que l’aventure Goum fait autant sens : en effet, on repart d’un raid Goum différent que si on avait fait le même trajet en simple randonnée. La…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Christophe Courage

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureLectures

4 livres d’histoire pour son mois de juin

Recension adulte | Dans notre page culture, nous vous parlons de Pie VII, le pape qui défia Napoléon par Xavier Maréchaux, Jean-Marie Perrot, 12 décembre 1943, un crime communiste d'Yves Mervin, une Nouvelle histoire du Japon de Pierre-François Souyri et enfin une BD sur la bataille de Verdun. Paru dans le n°1808.

+

livre histoire
CultureLectures

Cap sur le Cœur de Jésus : Un joli conte pour se préparer à la Première Communion

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire. Les Petits Allongés de Berck est un joli roman d'Isabelle Davy sur le monde des enfants tuberculeux. Cap sur le Cœur de Jésus permet aux enfants de se préparer à la première communion en neuf chapitres. Le Pardon du Morbihan relate l'histoire d'Élisabeth, engagée comme intendante au manoir de Kervrech en 1915. Paru dans le n°1808.

+

roman jeunesse première communion
CultureLectures

Côté édition : Pénombres, Glanes et approches théologiques

Côté éditions | Malgré une carrière tôt brisée par la mort, Joseph Malègue est l’auteur de ce que certains considèrent comme le plus grand roman du XXe siècle mais d’un seul autre roman. Les éditions de L’Homme Nouveau rééditent un ensemble de quatre textes, parus en 1939 sous le titre Pénombres, dans lesquels l’écrivain manifeste son souci du salut.

+

Piemonte 337 scaled e1715867758849 pénombres
CultureLecturesThéologie

« La Croix de Jésus » de Louis Chardon, une leçon de tendresse divine

Culture | Le dominicain Louis Chardon, théologien et prédicateur du XVIIe siècle aujourd’hui bien oublié, est l’auteur de La Croix de Jésus dont Les Belles Lettres proposent ces temps-ci une réédition, avec une introduction de l’écrivain et philosophe Romain Debluë. Celui-ci éclaire pour nous le mariage de la théologie et de la mystique, de la souffrance et de l’amour chanté par le religieux. Entretien.

+

croix de jésus création