Grève de la Maison de la radio : dommage, c’est fini !

Publié le 23 Avr 2015
Grève de la Maison de la radio : dommage, c'est fini ! L'Homme Nouveau

Ah mais que c’était bien, cette grève de la Maison de la radio ! Pourquoi donc ne dure-t-elle pas plus longtemps ? Nous n’avons, comme auditeur, aucune idée des enjeux et revendications, et à vrai dire on s’en fiche ! Vraisemblablement s’agit-il pour eux d’avoir plus d’argent et plus d’emplois pour plus de confort. Comme c’est vous et moi qui payons, ils sont généralement assez à l’aise pour demander plus. Quoi qu’il en soit de leurs griefs, nous nous désolons depuis quelques jours de voir la machine à décérébrer reprendre du service. Quel bonheur ces pauses musicales sur France Info ! Quelle paix ce silence idéologique pendant plus de vingt-cinq jours. C’est la seule fois depuis sa création que France Info n’a pas été de gauche du matin au soir : ils se taisaient entre chaque flash. Comme le silence est d’or, il est alors probablement de droite, et France Info d’extrême droite pendant vingt-cinq jours… Quel repos pour l’intelligence et les nerfs du conducteur qui va au boulot, pour le retraité bricoleur qui laisse la radio en fond. Ne plus avoir ces commentaires orientés, ces personnalités très choisies, ces ficelles énormes de manipulation. L’outil de conditionnement global en carafe, c’est le soulagement général ! France Info en silence, c’est moins de gauche, moins d’Europe bruxellisée, moins de politiquement correct. Tenez par exemple, pas de propagande sur l’euthanasie, pardon d’information sur le mourir dignement, pendant presque un mois ! Nous n’avons pas souvent rêvé d’être délégué syndical, leader vindicatif ou syndicaliste virulent, mais là nous aurions bien aimé, juste pour prolonger le conflit encore et encore jusqu’au silence total. Mais il est une autre façon de ne pas subir les ondes, c’est le bouton arrêt. Nous avons encore cette possibilité-là. Allez, je coupe télé et radio et… je lis et fais lire L’Homme Nouveau !

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesLiturgie

La Pause liturgique : Communion Mitte manum tuam (2ème dimanche de Pâques)

« Mets ta main et reconnais l'emplacement des clous, alléluia ! Et ne sois pas incrédule mais fidèle, alléluia, alléluia ! » (Jean, 20, 27). Cette communion nous présente le reproche d'incrédulité fait par le Seigneur à l'apôtre Thomas. La foi de Thomas voit un homme aux mains transpercées, et il croit en Dieu, caché sous cette humanité. Cette petite communion du 6ème mode donne un caractère aimable au reproche du Seigneur. L'atmosphère pascale de joie, de paix, de simplicité, est bien rendue par la mélodie

+

communion
ChroniquesEgliseLiturgie

Célébrations pascales

L'esprit de la liturgie | Au commencement de ce temps pascal, l’Église célèbre la Résurrection de son Seigneur huit jours durant : c’est l’octave de Pâques. Les jours consacrés à la commémoration de la Résurrection sont remplis de coutumes et de célébrations, passées et actuelles, évoquant la blancheur des âmes des baptisé, le lait et le miel de la Terre promise, la foi de Thomas et, depuis l’an 2000, la miséricorde du Seigneur envers les pécheurs.

+

célébrations pascales thomas
ChroniquesSpiritualité

Les larmes de saint Pierre

Commentaire homélie du Pape | Pendant la messe chrismale du Jeudi Saint, le Pape a prononcé son homélie sur les différents échanges de regards de l'évangile, entre Jésus et les Juifs dans la Synagogue puis entre Jésus et Pierre. C'est par ce regard que Pierre comprend sa trahison.

+

Pierre