Hommage à la reine Elizabeth

Publié le 26 Oct 2022

La mort d’Elizabeth II a ébranlé le Royaume-Uni et l’a également rassemblé dans le deuil. L’union des couronnes d’Angleterre et d’Écosse, menacée dit-on par la décentralisation, a semblé même se renforcer depuis sa mort, contrairement à ce que les gros titres avaient longtemps suggéré, comme si c’était la Reine elle-même qui était le vrai catalyseur de l’unité nationale. Ce n’est qu’un aspect de son trépas qui intrigue l’observateur ; le fait que les vestiges de l’Empire britannique aient été pour la plupart pacifiquement regroupés pendant son règne dans le Commonwealth – un accord fondé sur l’amitié, le respect mutuel et le commerce – serait un autre exemple de son influence unique pour l’unité au-delà des frontières. Voilà pour un monarque constitutionnel sans poids politique. Pour moi, religieux, patriote britannique et prêtre catholique, tout cela est sans doute dû en grande partie à ses qualités personnelles de femme, de chrétienne et de mère ; mère d’une famille dysfonctionnelle, certes, et mère d’une nation souvent en ébullition : elle semblait insuffler la paix et la stabilité aux deux. Encore une raison pour mettre en valeur l’essentiel de son rôle ainsi que ses qualités uniques en tant qu’individu. Car, comme cela a été dit à maintes reprises depuis sa mort, elle fut le meilleur monarque que nous aurions pu imaginer avoir dans cette époque moderne – et au début de sa longue vie, c’était en effet un parcours inimaginable. Il était alors impensable que son oncle Edouard VIII ait pu abdiquer… Mais une fois le père d’Elizabeth devenu George VI, la jeune princesse accéda au rang d’héritière présomptive. Si son père avait vécu plus longtemps, elle ne serait peut-être pas montée sur le trône avant de profiter d’une vingtaine d’années paisibles de vie familiale ; en l’occurrence, une jeune fille de 25 ans fut couronnée et son fringant jeune marin de mari fut contraint de sacrifier sa carrière navale pour marcher le reste de sa vie à deux pas de sa femme et de sa reine. À mieux comprendre alors ce rôle qui nécessitait tant de sacrifices.

Fruit de la rébellion

La monarchie constitutionnelle n’est pas à dédaigner ; alors que les légitimistes européens peuvent (à juste titre) aspirer aux jours des monarchies d’autrefois et chercher à s’inspirer encore du principe héréditaire, notre monarchie britannique tellement admirée est pourtant le fruit de la rébellion, du régicide et du compromis. La Couronne reste un…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Father Stephen Morrison, o.praem, Ordre des chanoines réguliers de Prémontré

Ce contenu pourrait vous intéresser

EgliseTribune libreLectures

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (3/3)

3 - La démarche synodale comme processus du changement. | C’est bien toute la démarche synodale sur la synodalité qui, par son processus lui-même, est une machine à mettre en œuvre une Église plastique, compatible avec la modernité, c’est-à-dire sans contenu. Et cette démarche synodale trouve sa source, puise son inspiration et sa légitimité dans le concile Vatican II. Quelle lecture faire du Maître de la terre ? Ratzigérienne, bergoglienne ? Au lecteur de se faire une opinion, mais il faut lire Benson. 

+

synode évangélisation église
EgliseTribune libre

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (2/3)

Une volonté farouche de changer de paradigme (2/3) | Tout d’abord, et en amont de l’élection, la volonté farouche de changement de ceux qui ont préparé le règne. En 2007 paraissait un livre très éclairant et remarquablement conçu dans la plus pure tradition de la manipulation de l’opinion. La thèse de ce livre-programme qui devait se révéler prophétique peut se résumer ainsi : l’Église, depuis Constantin et avec pertinacité, s’est éloignée du message évangélique. Ce phénomène s’accentue à partir de la Renaissance quand l’Église s’entête de plus en plus en s’opposant à la modernité. Constatant au XXe siècle que des génocides ont été perpétrés dans des pays chrétiens (Allemagne, Rwanda), il faut en tirer la conclusion que cette manière ancienne d’être chrétien était fausse et qu’il faut refuser les préoccupations dérisoires que sont la connaissance de la foi, le nombre d’entrées au séminaire ou de sacrements célébrés, car tout cela détourne de l’essentiel qui consiste à apporter davantage d’humanité.

+

pape François synode
EgliseTribune libreLectures

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (1/3)

Nous nous interrogions en 2019 (1) sur le regard porté par Benoît XVI et François sur ce roman d’anticipation de tout premier rang qu’est Le Maître de la Terre de Benson. Plus personne (plus personne de sain d’esprit en tous cas) ne prétend à présent à la continuité entre les deux pontificats. Leurs ambitions, leurs idées, leurs spiritualités, leurs tempéraments que tout oppose trouveraient dans ce livre un point commun ? Non, décidément nous ne parvenons pas à comprendre. Si les deux pontifes ont recommandé ce livre puissant, les motifs en sont forcément différents. 

+

François maitre de la terre Benson
Tribune libre

Nietzsche : du biologisme par l’amoralisme à la subversion de la notion de vérité

IDÉES par Jean-Marie VERNIER, professeur agrégé de philosophie | Depuis quelques décennies, devant la décadence, voire l’effondrement progressif des sociétés occidentales et, notamment, de la France, certains courants de pensée prétendant faire école vont chercher chez Nietzsche les principes de leur analyse et en appellent à ces mêmes principes pour sortir de la crise de civilisation. Premier volet de notre présentation de la philosophie nietzchienne.

+

nietzsche
Tribune libre

De la nouvelle traduction du Pater

Tribune Libre | La mauvaise traduction du Notre Père dans la messe de Paul VI en français a fait en 2013 l’objet d’une juste rectification, entrée en vigueur en 2017. L’occasion pour les fidèles traditionalistes, restés attachés à l’ancienne formule, de faire un pas vers les autres catholiques en adoptant la nouvelle traduction, encore plus exacte.

+

pater
Tribune libreFiducia Supplicans

Liberté religieuse et licence morale

Tribune libre de Rémi Fontaine | Dans l’Église contemporaine on manifeste de plus en plus de répugnance à la désignation comme criminels de comportements gravement peccamineux, au nom de la dignité ontologique de la personne humaine. Une confusion qui découle du glissement de sens de la liberté religieuse.

+

wintzer liberté religieuse