Ils le disaient avec des fleurs

Publié le 01 Juin 2019
Ils le disaient avec des fleurs L'Homme Nouveau

Les printemps maussades, frisquets et capricieux, tel celui que nous vivons cette année, donnent la nostalgie de saisons plus heureuses, où l’air était doux, le ciel bleu et les jardins fleuris. L’on n’est, au vrai, pas très assuré que ces instants délicieux, avant-goût du paradis, aient jamais existé, sinon dans des nostalgies d’enfance et de jeunesse mensongèrement revisités, pas même sous des climats plus favorables puisqu’il faisait, cette année, un temps affreux en Italie.

Peu importe d’ailleurs, puisque ce sont les souvenirs, pour fallacieux qu’ils soient, qui l’emportent et que nous finissons tous par nous persuader nous être promenés jadis en des coins de campagne, des parcs, des jardins où l’herbe était plus verte, plus douce, plus couverte de pâquerettes, violettes, coucous, primevères, jacinthes sauvages et narcisses qu’aujourdhui, où les arbres croulaient sous des floraisons roses, blanches ou mauves parmi lesquelles les oiseaux chantaient à perdre haleine.

Ce rêve ne date pas d’hier et, à l’aube de notre civilisation, Grecs et Romains l’entretenaient déjà. Ce rêve avait un visage, entrevu sur les peintures murales de Pompéi mais auquel Botticelli donnerait un jour les traits de Simonetta Vespucci, délicieuse maîtresse, rongée de tuberculose, de Julien de Médicis, lui aussi promis à une mort prématurée sous les poignards d’assassins.

Cette divinité qui sourit, vêtue d’une robe tissée de fleurs au centre de La Primavera au Musée des Offices, les Grecs l’appelaient Chloris, la Verdoyante. C’était une nymphe, épouse de Zéphyr, le vent léger et insouciant, et leur retour à tous deux annonçait les beaux jours.

Les Romains l’adoptèrent assez tard, et la nommèrent Flora ; elle présida dès lors aux fêtes, salaces, des Floralia. Le poète chrétien Lactance, quand il s’attacherait à déconstruire les mythes païens, affirmerait trouver à ces célébrations une tout autre origine.

À l’en croire, Flora était une courtisane en vogue, célèbre en son temps dans Rome, qui, à son lit de mort, légua à la Ville une fortune aussi considérable que mal acquise. Afin de l’en remercier, le Sénat avait institué en sa mémoire des célébrations licencieuses qui rappelaient sa profession, et les grâces éphémères de la dame, que Villon célébrerait dans La Ballade des Dames du temps jadis : « Dictes-moi où, n’en quel pays est Flora la belle Romaine … » 

Aux jouissances charnelles masculines, les Floralia joignaient des corsos fleuris le long de rues ornées de guirlandes car, comme les Grecs, les Romains raffolaient des fleurs, symboles de la jeunesse, la beauté, la grâce et de leur immense fragilité. A travers les plantes méditerranéenne, les poètes chantaient l’amour, ses promesses, ses souffrances, la vie et le bonheur destiné à périr.

Ce sont ces textes où rose, hyacinthe, narcisse symbolisent les destinées humaines que Delphine Lauritzen a réunis dans une délicieuse anthologie Flora, les fleurs dans l’Antiquité (Les Belles Lettres Signet ; 320 p . 15 €)

Voici réunis, accompagnés d’un appareil de notes explicatives, les plus beaux textes, ou les plus pertinents, des littératures grecque et latine où il est question de fleurs et de floraisons : mythes, déclarations d’amour, botanique, pratiques de dévotion, coutumes de noces ou de funérailles, inquiétantes menées des sorcières se retrouvent mêlés dans ces pages et racontent l’Antiquité sous un aspects en apparence souriant.

En apparence seulement … Ces fleurs sont souvent celles du Mal et Héliogabale fit, dit-on, pour plaisanter, étouffer un soir les convives d’un de ses banquets orgiaques, sous les tonnes de roses pourpre soudain déversées du plafond …

Le monde chrétien conserva l’usage des couronnes de fleurs mais, désormais, ce fut afin de les offrir à Notre-Dame, en entrelaçant les Ave Maria, tels des boutons de roses destinés à ne jamais faner. Le rosaire était né. Certains couvents italiens fabriquent encore des chapelets faits de pétales de roses rouges dont l’enivrant parfum monte vers le Ciel avec vos prières.

Flora, les fleurs dans l’Antiquité, Delphine Lauritzen, Mars 2017, Les Belles Lettres Signet ; 320 p . 15 €.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureLectures

4 livres d’histoire pour son mois de juin

Recension adulte | Dans notre page culture, nous vous parlons de Pie VII, le pape qui défia Napoléon par Xavier Maréchaux, Jean-Marie Perrot, 12 décembre 1943, un crime communiste d'Yves Mervin, une Nouvelle histoire du Japon de Pierre-François Souyri et enfin une BD sur la bataille de Verdun. Paru dans le n°1808.

+

livre histoire
CultureLectures

Cap sur le Cœur de Jésus : Un joli conte pour se préparer à la Première Communion

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire. Les Petits Allongés de Berck est un joli roman d'Isabelle Davy sur le monde des enfants tuberculeux. Cap sur le Cœur de Jésus permet aux enfants de se préparer à la première communion en neuf chapitres. Le Pardon du Morbihan relate l'histoire d'Élisabeth, engagée comme intendante au manoir de Kervrech en 1915. Paru dans le n°1808.

+

roman jeunesse première communion
CultureLectures

Côté édition : Pénombres, Glanes et approches théologiques

Côté éditions | Malgré une carrière tôt brisée par la mort, Joseph Malègue est l’auteur de ce que certains considèrent comme le plus grand roman du XXe siècle mais d’un seul autre roman. Les éditions de L’Homme Nouveau rééditent un ensemble de quatre textes, parus en 1939 sous le titre Pénombres, dans lesquels l’écrivain manifeste son souci du salut.

+

Piemonte 337 scaled e1715867758849 pénombres
CultureLecturesThéologie

« La Croix de Jésus » de Louis Chardon, une leçon de tendresse divine

Culture | Le dominicain Louis Chardon, théologien et prédicateur du XVIIe siècle aujourd’hui bien oublié, est l’auteur de La Croix de Jésus dont Les Belles Lettres proposent ces temps-ci une réédition, avec une introduction de l’écrivain et philosophe Romain Debluë. Celui-ci éclaire pour nous le mariage de la théologie et de la mystique, de la souffrance et de l’amour chanté par le religieux. Entretien.

+

croix de jésus création