La doctrine sociale de l’Église existe-t-elle ?

Publié le 15 Mar 2022
doctrine sociale

Avant même de présenter les principes qui la constituent, une question s’impose concernant la doctrine sociale de l’Église : existe-t-elle seulement ? L’interrogation pourra sembler étrange. Pourtant, dans les années 1960 et 1970, il n’a pas manqué de théologiens ou de penseurs chrétiens pour en remettre en cause l’existence ou la réduire à une idéologie parmi d’autres.   Une idéologie parmi d’autres ? Très souvent ignorée, ou mise en cause comme idéologie – ce fut le cas dans un livre célèbre du dominicain Marie-Dominique Chenu (1) –, la doctrine sociale de l’Église n’est pas née au XIXe siècle. Dans sa première encyclique sociale, Laborem exercens (2), le pape Jean-Paul II en rappelait la spécificité, l’origine et la richesse : « La doctrine sociale de l’Église, (…) trouve sa source dans l’Écriture sainte, à commencer par le Livre de la Genèse, et particulièrement dans l’Évangile et dans les écrits apostoliques. Elle faisait partie, dès le début, de l’enseigne­ment de l’Église elle-même, de sa conception de l’homme et de la vie sociale, et spécialement de la morale sociale élaborée selon les nécessités des diverses époques. Ce patrimoine traditionnel a été ensuite reçu en héritage et développé par l’enseignement des Souverains Pontifes sur la moderne “question sociale”, à partir de l’encyclique Rerum novarum. » (3) Loin d’être une idéologie, un système clos sur lui-même sans rapport avec la nature des choses, la doctrine sociale catholique contient donc les principes sociaux et politiques nécessaires à la vie des hommes en société en étant clairement ordonnée au règne social du Christ. Comme le rappelle, en effet, le Catéchisme de l’Église catholique (n. 2105) : « Le devoir de rendre à Dieu un culte authentique concerne l’homme individuellement et socialement. C’est là “la doctrine catholique traditionnelle sur le devoir moral des hommes et des sociétés à l’égard de la vraie religion et de l’unique Église du Christ”. (…) L’Église manifeste ainsi la royauté du Christ sur toute la création et en particulier sur les sociétés humaines. » Quelle est la place de Rerum novarum au sein de cette doctrine ? L’encyclique Rerum novarum (« Les choses nouvelles ») du pape Léon XIII (1810-1903) est souvent présentée comme le point de départ de la doctrine sociale de l’Église. Celle-ci prend en fait appui sur tout le patrimoine doctrinal de l’Église, aussi bien théologique que philosophique, pour apporter le jugement et les préconisations de l’Église dans un contexte nouveau…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

La Rédaction de Reconstruire

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneEglise

Mobilisation à Quimper : les fidèles attendent que la porte de l’évêque s’ouvre

Ce dimanche 16 juin, 350 catholiques fidèles au rite tridentin ont manifesté dans les rues de Quimper. Arborant des drapeaux bretons, des bannières, et entonnant des cantiques traditionnels accompagnés de sonneurs, ils se sont rassemblés à 15 h sur le parvis de la cathédrale Saint-Corentin. Cette manifestation visait à protester contre les décisions de Monseigneur Dognin, évêque de Quimper et Léon, prises le 19 mai, qui affectent les fidèles du diocèse attachés à la liturgie traditionnelle, notamment l'expulsion des prêtres de la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre. 

+

Capture decran 2024 06 17 153242 quimper
A la uneEglisePhilosophie

La vérité des paraboles ?

C'est logique ! de Bruno Couillaud | Nos politiques, journalistes et maîtres à penser du moment maîtrisent l’art de la communication, bien souvent pour répandre une idéologie ou travestir la vérité. Le Christ, lui, usait de courtes histoires, paraboles simples et tirées de la vie quotidienne pour que ses auditeurs se rapprochent du Royaume des Cieux. Mais pour quelles raisons ?

+

paraboles
EgliseBioéthiqueSpiritualité

GPA et filiation (4/4) : La filiation dans la Bible, reflet de la filiation divine

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (4/4) | Alors que la société actuelle a perdu ses racines et que les familles sont éclatées, la filiation telle que décrite dans la Bible est vidée de son sens. Dans l’Antiquité, la personne existe par son lien avec la famille, y compris les ancêtres. La dimension de filiation se dessine et se maintient alors par l’éducation et le respect. Elle préfigure la relation entre le Père et le Fils, et entre Dieu et les hommes.

+

gpa filiation