La nouvelle crise du Mali

Publié le 17 Oct 2023
Mali MNLA Touaregs Chevalérias

En juin, les forces de la Minusma ont été priées de quitter le pays par le pouvoir malien, qui remet la guerre au goût du jour.

Le 2 octobre, l’armée malienne formait une colonne d’une centaine de véhicules et remontait de sa base de Gao vers le nord. Elle s’aventurerait dans les régions désertiques à forte implantation touarègue. Officiellement, il s’agit d’un déplacement destiné à prendre en charge les casernements occupés par la Minusma, les forces des Nations unies, priées par Bamako de quitter le pays. Néanmoins, les militaires parlent aussi de reprendre le territoire tombé, selon eux, « aux mains des terroristes ». À première vue, cela apparaît incompréhensible. En effet, la majorité des Touaregs, loin d’être terroriste, faisait partie de l’alliance militaire qui, en 2013, avec les armées française et malienne, a chassé les jihadistes des villes, les repoussant dans le désert. De plus, cette vaste zone désertique, loin d’avoir fait sécession, jouit d’une autonomie restreinte tout en reconnaissant l’autorité de Bamako. Alors pourquoi cette offensive ? Tout a commencé à la charnière des XIXe et XXe siècles, quand la France a conquis ses colonies du Mali et du Niger. Au nord de ces pays, faisant passer la frontière avec l’Algérie en plein Sahara, la puissance coloniale incluait des populations arabes et touarègues dans des ensembles à majorité noire. Après l’indépendance, cette coexistence s’avéra vite difficile et plusieurs rébellions touarègues se produisirent. La dernière de ces rébellions a éclaté en janvier 2012 dans un contexte complexe. Les attaquants étaient d’une part des groupes jihadistes de toutes ethnies, d’autre part, les Touaregs divisés en deux tendances : les jihadistes du groupe armé Ansar Eddine, menés par Iyad Ag Ghali, et le MNLA (Mouvement national de libération de l’Azawad, l’Azawad étant le nom donné par les rebelles au Nord du pays), héritier des mouvements nationalistes du passé. Ajoutant encore à la confusion, le 22 mars, un putsch militaire éclatait et, sous la direction du capitaine Amadou Haya Sanogo, devenait le pouvoir de fait à Bamako. Dans cette année 2012, notre diplomatie a effectué un travail remarquable pour préparer les bases d’un retour à la légalité et à la sécurité au Mali. Notre ambassadeur à Ouagadougou (Burkina Faso), Emmanuel Beth, gérait le dossier. Beth n’était pas un diplomate comme les autres. Général, il avait servi dans la Légion et avait commandé la 11e brigade parachutiste à Toulouse. Fin connaisseur de l’Afrique, il avait été recruté par le Quai d’Orsay à sa retraite de l’armée. Il parvint tout d’abord à faire accepter au capitaine Sanogo…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Alain Chevalérias

Ce contenu pourrait vous intéresser

International

Élections européennes et nationalismes européens

Décryptage | Les citoyens des pays membres de l’Union européenne vont voter le 9 juin pour élire le Parlement. C’est l’affolement à gauche et dans l’establishment politico-médiatique : partout les nationalistes montent dans les sondages. En France, le Rassemblement national arrive en tête. Devant même le parti présidentiel qui s’est arrogé le titre de « Renaissance ». Dans le débat d’idées, plus que jamais, deux camps se font face : la gauche et la droite. Les tenants de la première s’inscrivent dans la logique d’une Union européenne aux normes de plus en plus oppressantes. Ceux de la droite veulent au contraire une évolution vers une forme d’Europe des nations.

+

élections européennes
International

Iran-Israël : Des frères ennemis

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, l’Iran lançait une offensive aérienne contre Israël avec une nuée de drones et plus de cent missiles de longue portée. Cette attaque visait des cibles militaires mais n'a pas fait de dégâts, alors qu'elle faisait suite à un premier raid israélien meurtrier le 1er avril.

+

iran
International

L’Autriche de « la culture dominante »

Fin mars, le Parti populaire autrichien (ÖVP) larguait une bombe au milieu du paysage politique. Il créait une commission afin de « définir la culture dominante » de l’Autriche. Cela ressemble à une manœuvre de rapprochement avec la tendance de l'extrême-droite, le FPO affichant 30 % dans les sondages.

+

Autriche