La vertu des vertus oubliées

Publié le 21 Jan 2024
vertu

Un vrai dévot est un homme joyeux mais aussi un pénitent. Saint Jérôme dans le désert par Cima da Conegliano, Museum of Fine Arts (Budapest).

Dominicain, théologien, directeur de la Revue thomiste, le père Philippe-Marie Margelidon, après plusieurs ouvrages sur la grâce, les fins dernières ou le mal, vient de publier De quelques vertus oubliées. Il y explique, en suivant l’enseignement de saint Thomas d’Aquin, l’urgence de remettre au goût du jour trois de ces vertus « démodées » qui pourtant fondent la sainteté. Entretien.

 

Quelles sont ces vertus que vous considérez comme oubliées ? 

Il y a des vertus méconnues, celles dont nous parlerons dans un prochain livre, et il y a des vertus oubliées, trois exactement : la religion, qui est une vertu fondamentale pour l’homme qui est par nature un être religieux, ce que nos sociétés méconnaissent ; la chasteté, qui règle l’exercice de la sexualité, n’a pas la faveur du temps où la liberté sexuelle est une valeur majeure ; quant à la pénitence, hormis les repentances commandées, on ne peut pas dire qu’elle a la faveur des catholiques. Ce sont trois vertus, profondément humaines, ascétiques sans aucun doute, pour notre époque peu portée à l’ascèse, encore moins à la mortification, pourtant elles façonnent de belles humanités, mieux encore des saints.   

Plus largement, les vertus dans leur ensemble n’appartiennent-elles pas à un monde passé ? 

Le monde des vertus n’a pas la côte c’est vrai, ça ne date pas d’aujourd’hui, mais encore une fois on ne peut s’en passer. La vie morale ça se construit, on l’éduque par l’acquisition des bonnes dispositions. Ce n’est pas théorique, c’est pratique. Le sens du bien consiste non seulement à éviter de faire le mal, mais à former en nous ce qui est bel et bon, voilà ce que font les vertus.  

Qu’est-ce que la vertu de religion exactement ?

C’est la vertu du culte à rendre à Dieu, ce que nous lui devons en justice. Nous l’honorons par des actes cultuels d’adoration, par des prières et des sacrifices, qui sont l’expression de notre dévotion. Le mot dévotion qui est religion exprime cette ferveur, cet empressement, que la foi et la charité théologale suscitent et animent.   

La chasteté a complètement disparu jusque dans les discours chrétiens. 

La chasteté semble ridicule. On n’en parle pas à l’heure de la liberté sexuelle, ou si peu. Les comportements sexuels qui ne sont pas réglés par la vertu de chasteté conduisent à des aberrations dont les médias nous…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Philippe Maxence

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureDoctrine socialeLettre Reconstruire

La Bibliothèque politique et sociale | Aristote : éthique et politique

Reconstruire n°36 | Reconstruire propose une nouvelle rubrique intitulée « La Bibliothèque politique et sociale », pour remplacer les recensions de livre, avec comme premiers titres : l’Éthique à Nicomaque et Les Politiques d'Aristote dans l'édition de Garnier Flammarion. Il existe plusieurs traductions de ces deux ouvrages actuellement sur le marché. Nous recommandons pour notre part la traduction de l’Éthique à Nicomaque de Richard Bodéüs et celle des Politiques par Pierre Pellegrin. Outre le texte d’Aristote, leur intérêt principal réside dans leur exposition de la pensée d’Aristote et de sa compréhension.

+

égalité mythe aristote
A la uneEgliseSpiritualité

Réception des sacrements, une question de Salut (2/4)

Dossier « Faisons-nous bon usage des sacrements ? » 2/4 | Prêtre du diocèse de Nanterre, l'abbé Thibaud Guespereau a codirigé chez Artège l'ouvrage intitulé Les Sacrements en question, dans lequel il s’interroge sur le peu de fruits que semblent produire les sacrements. Une question grave qui selon lui devrait conduire à s’interroger sur la pastorale, l’enseignement des fins dernières et le rôle du prêtre.

+

sacrement
A la uneCultureLectures

4 livres d’histoire pour son mois de juin

Recension adulte | Dans notre page culture, nous vous parlons de Pie VII, le pape qui défia Napoléon par Xavier Maréchaux, Jean-Marie Perrot, 12 décembre 1943, un crime communiste d'Yves Mervin, une Nouvelle histoire du Japon de Pierre-François Souyri et enfin une BD sur la bataille de Verdun. Paru dans le n°1808.

+

livre histoire
CultureLectures

Cap sur le Cœur de Jésus : Un joli conte pour se préparer à la Première Communion

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire. Les Petits Allongés de Berck est un joli roman d'Isabelle Davy sur le monde des enfants tuberculeux. Cap sur le Cœur de Jésus permet aux enfants de se préparer à la première communion en neuf chapitres. Le Pardon du Morbihan relate l'histoire d'Élisabeth, engagée comme intendante au manoir de Kervrech en 1915. Paru dans le n°1808.

+

roman jeunesse première communion
CultureLectures

Côté édition : Pénombres, Glanes et approches théologiques

Côté éditions | Malgré une carrière tôt brisée par la mort, Joseph Malègue est l’auteur de ce que certains considèrent comme le plus grand roman du XXe siècle mais d’un seul autre roman. Les éditions de L’Homme Nouveau rééditent un ensemble de quatre textes, parus en 1939 sous le titre Pénombres, dans lesquels l’écrivain manifeste son souci du salut.

+

Piemonte 337 scaled e1715867758849 pénombres