La laïcité, boussole de la République

Publié le 22 Déc 2022

Main dans la main avec la franc-maçonnerie, la République française depuis ses origines martèle et impose un prétendu principe de laïcité. En réalité, loin de garantir la séparation des pouvoirs spirituel et temporel, ce « principe » est celui d’un antichristianisme et d’une religion du « progrès humain » affirmant sans trêve l’autonomie de la volonté. Un programme toujours actuel sur lequel on ne peut se faire aucune illusion. Le 23 juin 2003, Jacques Chirac, président de la République, recevait à l’Élysée les obédiences maçonniques afin de célébrer le 275e anniversaire de l’implantation de la franc-maçonnerie en France. Ne voulant pas être en reste, Nicolas Sarkozy avait organisé à son tour une réception en l’honneur des loges au ministère de l’Intérieur. En France, depuis plus de deux siècles, l’histoire de la franc-maçonnerie est étroitement liée à l’histoire de la « régénération » révolutionnaire. Comme le rappelait François Hollande lors de sa venue au siège du Grand Orient, le 27 février 2017 : « Beaucoup de maçons furent […] des artisans des grands textes de la Révolution ». Au XIXe siècle, la franc-maçonnerie a joué un rôle décisif dans la naissance de la République laïque : « Tout au long du XIXe siècle, les maçons se battent pour l’avènement de la République », insistait Hollande. Lorsque les Républicains accédèrent au pouvoir, à la fin des années 1870, la grande majorité des présidents du Conseil et des ministres appartenait à la franc-maçonnerie, à l’instar de Jules Ferry, de Léon Bourgeois, de Camille Pelletan, d’Émile Combes, de René Viviani… Ils épurèrent la fonction publique, la magistrature et l’armée. Ils mirent en œuvre un programme agressif de sécularisation des institutions, de laïcisation de l’école et d’expulsion des congrégations. Cette politique anticléricale conduisit à la destruction programmée de l’école catholique et à la séparation des Églises et de l’État par cette loi du 9 décembre 1905 qui, loin d’être une loi d’apaisement comme on le lit trop souvent, fut une loi de combat ambitionnant d’éradiquer en France l’influence et même la présence du catholicisme afin de mieux lui substituer cette religion du citoyen, imaginée par Jean-Jacques Rousseau avant d’être théorisée par Ferdinand Buisson, qui reposait sur la sacralisation de la République et sur « la sainteté du contrat social et des lois », en un mot, la religion de la Laïcité. Les liens entre régime républicain et franc-maçonnerie étaient alors si étroits que le convent du Grand Orient pouvait affirmer en 1894 : « La franc-maçonnerie…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Philippe PICHOT BRAVARD Maître de conférences HDR

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéLectures

L’inégalité, un outil de civilisation ?

Entretien | Juriste et historien, Jean-Louis Harouel s’attaque dans un livre récemment paru au mythe de l’égalité. Il postule que cette « passion laide » contemporaine, destructrice de la famille, entre autres, ne sert en rien les intérêts d’une population, en montrant que seule l’inégalité, créatrice de richesses, encourage la production et par là-même augmente le niveau de vie et conditionne le progrès moral et scientifique. Entretien avec Jean-Louis Harouel sur son livre Les Mensonges de l’égalité. Ce mal qui ronge la France et l’Occident.

+

égalité mythe
SociétéEglise de France

Pandémie : un avant-goût de la restriction des libertés fondamentales ?

Entretien | Le colloque « Pandémie, Droit et Cultes » s’est tenu à Paris en mars 2022. Ses actes rappellent qu’entre 2020 et 2022, les prérogatives de l’État ont été augmentées de manière extraordinaire au détriment des libertés essentielles, dans un renversement complet de la hiérarchie des biens. Une situation dangereuse qui pourrait bien se reproduire sous des prétextes variés. Entretien avec Guillaume Drago, co-organisateur du colloque et professeur de droit public à l’université de Paris-Panthéon-Assas.

+

pandémie liberté de culte
A la uneSociétéBioéthique

Fraternité et euthanasie : un débat sciemment faussé

Faisant droit aux revendications anciennes et répétées de certaines associations, le président Macron vient d’annoncer une loi sur l’euthanasie. Mais en usant d’un registre lexical détourné qui évoque l'« aide à mourir », l’autonomie de l’individu, les « conditions strictes » et la « fraternité »... Toutes expressions trahissent le sophisme, l’influence des officines francs-maçonnes, la solution miraculeuse aux déficits et surtout la crainte d’un vrai débat.

+

fraternité euthanasie
SociétéBioéthique

50 ans de résistance à l’avortement (3/3) : Combat contre l’avortement et transition postdémocratique

Question disputée | Combattre à temps et à contretemps en faveur de la vie humaine, de sa conception à sa mort naturelle, est une urgence née des lois mortifères mises en place par un système politique qui, loin d'être neutre, a rompu dès ses origines avec les exigences de la loi naturelle. Dès lors, n'est-il pas nécessaire de finaliser ce combat particulier en l'insérant dans une perspective plus large ?

+

AdobeStock 417378513 avortement