Le chevalier de Limoëlan : de la chouannerie à la prêtrise

Publié le 21 Nov 2023

L'attentat de la rue Saint-Nicaise contre Napoléon, le 24 décembre 1800. © Collection Michel Hennin. Estampes relatives à l'Histoire de France. Tome 144.

Joseph de Limoëlan est né en 1768, deux mois après Chateaubriand, qui sera son condisciple au collège, et neuf mois avant Bonaparte, celui qu’il essaiera de tuer, le 3 nivôse an IX, dans l’attentat de la rue Saint-Nicaise, à l’aide de la fameuse « machine infernale ». Il revit sous la plume précise de René d’Ambrières, son biographe.

 

Qu’est-ce qui vous a conduit à vous intéresser au personnage de Joseph de Limoëlan ?

C’est d’abord le pays de Saint-Malo et de Lamballe, que je connais fort bien, qui m’a fait découvrir cette illustre famille d’armateurs malouins, les Picot, dont sont issus le père Pierre Picot de Clorivière et Joseph Picot de Limoëlan. C’est ensuite le destin incroyable de Joseph, sur lequel les historiens comme Lenotre se sont penchés, mais qui nécessitait un approfondissement sur plusieurs aspects, en particulier sur le rapport de Joseph avec la religion. Enfin c’est la richesse des archives que j’ai trouvées, tant en France qu’aux États-Unis, en commençant ce travail, et qui m’a assuré de pouvoir faire une biographie sans impasse.  

Quelles furent les réactions des divers membres de cette famille malouine à l’arrivée de la Révolution ?

À l’approche de la Révolution, le père de Joseph de Limoëlan avait depuis longtemps quitté le commerce maritime et vivait noblement dans sa campagne bretonne qu’il avait embellie d’un beau manoir. Il était ouvert aux idées philosophiques et accueillit aussi favorablement que paisiblement le début de la Révolution en participant aux nouvelles institutions locales. Au contraire, le frère de son père, le père de Clorivière, dès les États généraux, pressentit qu’il n’y aurait rien de bon à attendre pour l’Église, et même pour la France, de ce mouvement. Inversement, la mère de Limoëlan adhéra au parti de la Révolution à Nantes, où Fouché commença sa carrière politique. Sans s’associer aux excès, elle encourageait la Révolution naissante. Dès l’époque de la fuite à Varennes, la famille Picot prit ses distances avec la Révolution, en particulier à cause des atteintes à la liberté de la religion, à tel point que le père de Joseph adhéra à la conjuration de La Rouërie et fut guillotiné le 18 juin 1793.  

Son oncle paternel, le père de Clorivière, a-t-il eu une grande influence sur Joseph ?

Le père de Clorivière devint dès le début de la Révolution le directeur de conscience de Joseph. Avec patience, il lui indiquait au fil de longues lettres les chemins de la foi et…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Anne Le Pape

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureLectures

Le génocide vendéen : la preuve par les colonnes infernales

ENTRETIEN | Haut fonctionnaire aux Affaires étrangères, juriste spécialiste de droit pénal international, Jacques Villemain poursuit ses recherches avec, après Vendée 1793-1794 (2017) et Génocide en Vendée (2020), un nouvel ouvrage en deux volumes, Histoire politique des colonnes infernales. Avant et après le 9 Thermidor et Papiers et Rapports. Il y poursuit sa démonstration du caractère génocidaire de ce qui s’est passé dans ce département.

+

Vendée
Culture

L’exposition : Chana Orloff. Sculpter l’époque

Le musée Zadkine (Paris 6) accueille une exposition consacrée à la sculptrice Chana Orloff jusqu'au 31 mars. Cet ancien atelier du sculpteur d’origine russe Ossip Zadkine a été légué par son épouse Valentine Prax, et est devenu un atelier-musée au cœur du quartier artiste de Montparnasse.

+

Chana orloff
SociétéLectures

Juan Branco ou la préparation du coup d’État

L’avocat Juan Branco monopolise l’actualité entre ses prises de position radicales et ses mésaventures dignes d’un « people » : affaire de mœurs, démêlés judiciaires, rivalité entre lui et le nouveau Premier ministre, Gabriel Attal. Un traitement médiatique de ce type mérite sans doute qu’on s’attarde sur le personnage. À 34 ans, Branco possède un parcours étonnant. Son dernier livre, Coup d’État, manuel insurrectionnel, paru en 2023, apporte un éclairage intéressant sur sa pensée.

+

juan branco