Le chevalier de Limoëlan : de la chouannerie à la prêtrise

Publié le 21 Nov 2023

L'attentat de la rue Saint-Nicaise contre Napoléon, le 24 décembre 1800. © Collection Michel Hennin. Estampes relatives à l'Histoire de France. Tome 144.

Joseph de Limoëlan est né en 1768, deux mois après Chateaubriand, qui sera son condisciple au collège, et neuf mois avant Bonaparte, celui qu’il essaiera de tuer, le 3 nivôse an IX, dans l’attentat de la rue Saint-Nicaise, à l’aide de la fameuse « machine infernale ». Il revit sous la plume précise de René d’Ambrières, son biographe.

 

Qu’est-ce qui vous a conduit à vous intéresser au personnage de Joseph de Limoëlan ?

C’est d’abord le pays de Saint-Malo et de Lamballe, que je connais fort bien, qui m’a fait découvrir cette illustre famille d’armateurs malouins, les Picot, dont sont issus le père Pierre Picot de Clorivière et Joseph Picot de Limoëlan. C’est ensuite le destin incroyable de Joseph, sur lequel les historiens comme Lenotre se sont penchés, mais qui nécessitait un approfondissement sur plusieurs aspects, en particulier sur le rapport de Joseph avec la religion. Enfin c’est la richesse des archives que j’ai trouvées, tant en France qu’aux États-Unis, en commençant ce travail, et qui m’a assuré de pouvoir faire une biographie sans impasse.  

Quelles furent les réactions des divers membres de cette famille malouine à l’arrivée de la Révolution ?

À l’approche de la Révolution, le père de Joseph de Limoëlan avait depuis longtemps quitté le commerce maritime et vivait noblement dans sa campagne bretonne qu’il avait embellie d’un beau manoir. Il était ouvert aux idées philosophiques et accueillit aussi favorablement que paisiblement le début de la Révolution en participant aux nouvelles institutions locales. Au contraire, le frère de son père, le père de Clorivière, dès les États généraux, pressentit qu’il n’y aurait rien de bon à attendre pour l’Église, et même pour la France, de ce mouvement. Inversement, la mère de Limoëlan adhéra au parti de la Révolution à Nantes, où Fouché commença sa carrière politique. Sans s’associer aux excès, elle encourageait la Révolution naissante. Dès l’époque de la fuite à Varennes, la famille Picot prit ses distances avec la Révolution, en particulier à cause des atteintes à la liberté de la religion, à tel point que le père de Joseph adhéra à la conjuration de La Rouërie et fut guillotiné le 18 juin 1793.  

Son oncle paternel, le père de Clorivière, a-t-il eu une grande influence sur Joseph ?

Le père de Clorivière devint dès le début de la Révolution le directeur de conscience de Joseph. Avec patience, il lui indiquait au fil de longues lettres les chemins de la foi et…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Anne Le Pape

Ce contenu pourrait vous intéresser

CultureLectures

Le choix de votre quinzaine : Maggie Smith à Lourdes

Recension adultes | Le Club des Miracles raconte le périple jusqu'à Lourdes de quatre irlandaises (dont Maggie Smith), qui aspirent toutes à un miracle. Dans cette page de recension retrouvez aussi des livres de spiritualité, un essai sur Simon Leys, un CD de Lang Lang et quelques autres sélections. Paru dans le n° 1809.

+

Maggie Smith
CultureLectures

Faire découvrir aux enfants sainte Faustine et la Miséricorde Divine

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Le livre Carlo Acutis et les miracles eucharistiques n'est pas une ultime biographie, mais raconte et explique sa grande exposition sur les miracles eucharistiques.Paru dans le n°1809.

+

Carlo Acutis garçon lecture
EgliseLectures

De Fribourg à Rome avec Philippe Chenaux

Carte Blanche d'Yves Chiron | Dans "Un parcours d’historien. Des falaises de la Sarine aux bords du Tibre", Philippe Chenaux, professeur émérite d’histoire de l’Église à l’université pontificale du Latran, propose un retour sur ses travaux et ses rencontres d'historiens. 

+

Philippe Chenaux, professeur émérite d’histoire de l’Église à l’université pontificale du Latran
Culture

L’exposition : Un œil passionné. Douze ans d’acquisitions de Ger Luijten

La Fondation Custodia, un lieu unique dans Paris, un peu confidentiel, où sont présentées des expositions remarquables, rend hommage à son précédent directeur Ger Luijten, disparu prématurément en décembre 2022. Cet homme passionné, érudit et fin connaisseur a toujours cherché à être fidèle à l’esprit du grand collectionneur Frits Lugt (1884-1970) à l’origine de cette Fondation. Pendant douze années il dirigea ce lieu et mena une politique d’acquisition intense. Environ 10 000 œuvres sont entrées dans les collections de ce superbe hôtel particulier. Une sélection de 140 œuvres est proposée au regard du visiteur.

+

Ger Luijten
CultureDoctrine socialeLettre ReconstruirePhilosophie

La Bibliothèque politique et sociale | Aristote : éthique et politique

Reconstruire n°36 | Reconstruire propose une nouvelle rubrique intitulée « La Bibliothèque politique et sociale », pour remplacer les recensions de livre, avec comme premiers titres : l’Éthique à Nicomaque et Les Politiques d'Aristote dans l'édition de Garnier Flammarion. Il existe plusieurs traductions de ces deux ouvrages actuellement sur le marché. Nous recommandons pour notre part la traduction de l’Éthique à Nicomaque de Richard Bodéüs et celle des Politiques par Pierre Pellegrin. Outre le texte d’Aristote, leur intérêt principal réside dans leur exposition de la pensée d’Aristote et de sa compréhension.

+

égalité mythe aristote
CultureLectures

4 livres d’histoire pour son mois de juin

Recension adulte | Dans notre page culture, nous vous parlons de Pie VII, le pape qui défia Napoléon par Xavier Maréchaux, Jean-Marie Perrot, 12 décembre 1943, un crime communiste d'Yves Mervin, une Nouvelle histoire du Japon de Pierre-François Souyri et enfin une BD sur la bataille de Verdun. Paru dans le n°1808.

+

livre histoire