Le pape Pie XII, au-delà de la légende noire

Publié le 02 Mar 2015
Le pape Pie XII, au-delà de la légende noire L'Homme Nouveau

Ce 2 mars est un double anniversaire pour le pape Pie XII : celui de sa naussance et celui de son élection pontificale. L’occasion de revenir sur plusieurs ouvrages publiés sur ce pape. De valeurs inégales, ces biographies mettent l’accent sur tel ou tel aspect de la riche personnalité de Pie XII. Parmi elles, celles de Pierre Milza ou de Gordon Thomas méritent une analyse plus approfondie.

Des livres sur Pie XII paraissent régulièrement, en diverses langues. Certains apportent des lumières nouvelles sur tel ou tel aspect, d’autres sont décevants parce qu’ils ne prennent pas la mesure de pontificat qui aura duré près de vingt ans. Le Secret de Pie XII de Gordon Thomas, historien de l’espionnage, appartient à la première catégorie parce qu’il met en lumière, comme l’indique son sous-titre, « le réseau secret du Vatican pour sauver les Juifs de Rome ». Le Pie XII de Pierre Milza relève, hélas, de la seconde catégorie.

Manque de connaissance

Milza, ancien professeur à l’École des Sciences politiques, est un spécialiste de l’Italie contemporaine et de l’Histoire des relations internationales. L’Histoire de l’Église lui est très largement étrangère comme il le reconnaît (p. 445). Ce qui le conduit à commettre un nombre vraiment trop élevé de bourdes et d’erreurs et à présenter de façon obscure certains faits ou situations.

Sans s’attarder à faire une critique point par point de ce livre, on peut relever sa thèse centrale : « montrer combien a joué sur le prélat son attachement viscéral à sa Rome natale, combien son ascétisme et son mysticisme ont pesé sur l’Histoire ». Le futur Pie XII appartenait à ce qu’on appelait la « noblesse noire », au service des papes de génération en génération. Son père, Filippo, était avocat à la Rote romaine et avocat consistorial. Un de ses cousins, Ernesto, eut un rôle important dans les finances pontificales sous Léon XIII. Son frère, Francesco, lui aussi avocat consistorial, sera un des principaux négociateurs des accords du Latran qui ont réglé la « Question romaine » en 1929. Mais la romanité d’Eugenio Pacelli ne fut pas que géographique et historique. Elle était aussi spirituelle et doctrinale, ce que ne perçoit pas du tout Pierre Milza. Il y a eu, à partir du milieu du XIXe siècle, donc à partir du…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Ce contenu pourrait vous intéresser

Culture

L’exposition : Chana Orloff. Sculpter l’époque

Le musée Zadkine (Paris 6) accueille une exposition consacrée à la sculptrice Chana Orloff jusqu'au 31 mars. Cet ancien atelier du sculpteur d’origine russe Ossip Zadkine a été légué par son épouse Valentine Prax, et est devenu un atelier-musée au cœur du quartier artiste de Montparnasse.

+

Chana orloff
CultureEglise

Les mémoires du cardinal Consalvi

Carte Blanche d'Yves Chiron | Le cardinal Consalvi, secrétaire d'État du Saint-Siège à partir de 1806, a rédigé ses Mémoires. Celles-ci viennent d'être retraduites et rééditées par Bernard Ardura, le président du Conseil pontifical des Sciences historiques, aux éditions du Cerf, sous le titre Mémoires. Un diplomate dans la bourrasque.

+

Cardinal Consalvi
Culture

Figurer Jeanne d’Arc à Orléans

À l'occasion de la sortie de notre dernier hors-série Jeanne d'Arc, une jeune sainte pour notre temps (n°54-55), nous donnons la parole à Bénédicte Baranger, présidente du comité Jeanne d'Arc d'Orléans, et ancienne Jeanne 1975. Elle nous raconte le rôle de la Jeanne et l'importance de cette figuration pour le public et la jeune fille désignée. La Jeanne 2024 sera présentée le 12 février prochain.

+

jeanne d'arc