Le père Chenu, « l’incurable optimiste »

Publié le 21 Oct 2022

Avec son confrère dominicain Yves Congar et le jésuite Henri de Lubac, le père Marie-Dominique Chenu (1895-1990), soutien du mouvement des prêtres-ouvriers, auteur plusieurs fois mis à l’Index, passe pourtant pour l’un des théologiens français qui ont le plus influencé Vatican II. Sa dernière biographie qui vient de paraître fait le point sur cette idée. Étienne Fouilloux, historien du catholicisme contemporain, déjà biographe du père Congar et du cardinal Tisserant, livre une biographie enlevée du père Chenu. Enlevée parce qu’en quelque 260 pages il restitue un itinéraire riche et tourmenté. C’est davantage une biographie intellectuelle qu’une biographie religieuse ou spirituelle. L’auteur s’intéresse surtout aux travaux du père Chenu, à la part qu’il a prise aux débats religieux et politiques de son temps et aux condamnations qui l’ont frappé (en 1942 et 1954).

Tourné vers l’intérieur

On aurait aimé comprendre davantage la vie religieuse du père Chenu et la naissance de sa vocation. Dans une interview donnée en 1985, à la veille de ses 90 ans, et non citée par Étienne Fouilloux, il expliquait : « Adolescent, je lisais tous les jours le fameux petit livre L’Imitation de Jésus-Christ, un ouvrage génial du début du XIVe siècle [en fait, fin XVe-début XVIe]. C’est dire que mon attitude était alors tout entière tournée vers l’intériorité. » C’est l’attrait pour la contemplation qui l’a fait entrer dans l’Ordre dominicain en 1913. Il lui consacrera sa thèse de théologie soutenue à Rome. Au couvent du Saulchoir, en Belgique, alors siège du noviciat et du studendat, il avait découvert, dira-t-il, « une très belle liturgie, qui s’articulait avec une vie d’études et une discipline communautaire ». Hormis ce souvenir, relevé par Étienne Fouilloux, il ne sera plus question dans l’ouvrage de la messe et seulement très occasionnellement de l’office dominicain. On aurait aimé savoir comment le père Chenu a vécu les transformations de la liturgie et de l’office dominicain dans les années conciliaires et postconciliaires. Il sera professeur au Saulchoir à partir de 1920, sans qu’on puisse dire qu’il fut « un grand professeur », relève l’auteur qui note qu’« il était trop mal organisé et trop peu rigoureux pour cela ». Il sera néanmoins promu père maître des étudiants en 1928. Son enseignement comme ses travaux l’orientent vers l’histoire de la théologie, mais une histoire qui mène à la théologie. Il écrira plus tard : « L’histoire de la théologie est intérieure à la…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Yves Chiron

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCultureLectures

Cap sur le Cœur de Jésus : Un joli conte pour se préparer à la Première Communion

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire. Les Petits Allongés de Berck est un joli roman d'Isabelle Davy sur le monde des enfants tuberculeux. Cap sur le Cœur de Jésus permet aux enfants de se préparer à la première communion en neuf chapitres. Le Pardon du Morbihan relate l'histoire d'Élisabeth, engagée comme intendante au manoir de Kervrech en 1915. Paru dans le n°1808.

+

roman jeunesse première communion
A la uneCultureLectures

Côté édition : Pénombres, Glanes et approches théologiques

Côté éditions | Malgré une carrière tôt brisée par la mort, Joseph Malègue est l’auteur de ce que certains considèrent comme le plus grand roman du XXe siècle mais d’un seul autre roman. Les éditions de L’Homme Nouveau rééditent un ensemble de quatre textes, parus en 1939 sous le titre Pénombres, dans lesquels l’écrivain manifeste son souci du salut.

+

Piemonte 337 scaled e1715867758849 pénombres
A la uneCultureLecturesThéologie

« La Croix de Jésus » de Louis Chardon, une leçon de tendresse divine

Culture | Le dominicain Louis Chardon, théologien et prédicateur du XVIIe siècle aujourd’hui bien oublié, est l’auteur de La Croix de Jésus dont Les Belles Lettres proposent ces temps-ci une réédition, avec une introduction de l’écrivain et philosophe Romain Debluë. Celui-ci éclaire pour nous le mariage de la théologie et de la mystique, de la souffrance et de l’amour chanté par le religieux. Entretien.

+

croix de jésus création
CultureLectures

Guerre, propagande et politique

Lectures | Deux livres rédigés par d'anciens militaires et s'intéressant à la propagande dans le contexte de la guerre en Ukraine viennent de paraître. Il s'agit de L’Art de la guerre russe, par Jacques Baud, ancien membre du renseignement stratégique suisse, et de La Guerre en Ukraine, par Jacques Hogard, ancien officier français reconverti dans l’intelligence stratégique.

+

propagande