Le printemps de la doctrine sociale de l’Église

Publié le 27 Fév 2014
Le printemps de la doctrine sociale de l’Église L'Homme Nouveau

Effet de la mobilisation forte des familles pour défendre le vrai mariage, la doctrine sociale de l’Église tente les jeunes générations désireuses d’œuvrer pour le bien commun. Un patrimoine à découvrir et à incarner dans toute la société.

Après le printemps des familles

Le printemps s’annonce tôt cette année et c’est une bonne nouvelle. Cela devient même presque une habitude après le printemps des familles françaises, unies l’an dernier pour défendre dans un grand élan en faveur du bien commun, le socle de toute société durable.

Mais, justement, pour un véritable printemps durable, qui soit autre chose qu’une flambée sans lendemain ou qu’une envolée de moineaux à l’approche de l’hiver, nombreux sont ceux qui se tournent vers l’Église et qui lui disent en substance : l’heure est venue de nous transmettre – enfin – les indications données par la doctrine sociale dont on connaît le nom sans rien en savoir.

Renaissance

C’est qu’elle sort, étrangement, d’une longue glaciation pratique, cette doctrine sociale de l’Église. En 1979, un sérieux et savant théologien dominicain la réduisait à une espèce d’idéologie conservatrice qu’il fallait s’empresser de jeter aux orties. Dans le même temps, un jeune pape, venu des pays de l’Est, rappelait que cette fameuse doctrine appartenait au patrimoine de l’Église et qu’elle était apte à répondre aux défis du temps présent. Lui et ses successeurs n’ont pas manqué par la suite de développer ce corpus doctrinal à travers un certain nombre d’encycliques et de textes divers émanant du magistère.

Résultat ? Une effervescence au moment de la publication des fameuses encycliques. Deux ou trois débats entre les interprètes libéraux et socialisants, chacun tirant la couverture papale à soi. Et puis ? Rien, ou presque ! Chacun repartait avec son petit bout de doctrine sociale de l’Église en poche. La propriété privée et la liberté d’entreprise pour les tenants de l’économie de marché ; la solidarité, la destination universelle des biens, l’aide aux plus pauvres, pour les tenants de l’économie socialiste. Et le respect de la Création et de la nature pour les écolos chrétiens qui pointaient alors dans le débat public. C’était juste oublier que la doctrine sociale de l’Église constitue un tout cohérent et organique…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneSociétéPhilosophie

La tradition primordiale, de René Guénon à Julius Evola

L'Essentiel de Joël Hautebert | Les doctrines de René Guénon et Julius Evola, deux auteurs pourtant fondamentalement antichrétiens, bénéficient d’une image positive chez certains catholiques. À la faveur d’une confusion autour du mot "tradition", d’un refus commun de la modernité, de la séduction de l’ésotérisme ou d’une certaine vision de l’Histoire. 

+

tradition
A la uneSociété

Retour du loup : le défi des éleveurs français

Entretien | La réapparition du loup dans les forêts et montagnes françaises ces dernières années nécessite aujourd’hui une vigilance accrue des éleveurs, qui voient leurs troupeaux attaqués, leurs bêtes blessées, ou dévorées. À la fois éleveur de brebis et maire de sa commune, Olivier Maurin a publié un livre dans lequel il retrace l’histoire de la présence du loup en France. Il évoque aussi le décalage entre les écologistes et les ruraux qui, comme lui, en subissent aujourd’hui les conséquences. Entretien avec Olivier Maurin, auteur du Festin des loups.

+

loup
SociétéBioéthique

GPA et filiation (3/4) : La gestation pour autrui est-elle bien féministe ? 

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (3/4) | À un moment de l’histoire humaine où les frontières biologiques sont bousculées par de nouvelles technologies et où la « dignité » est instrumentalisée pour s’affranchir des barrières morales, un philosophe revient sur la GPA et sur la dégradation qu’elle représente pour la mère, l’enfant et les « parents d’intention ».

+

gpa féminisme
SociétéBioéthique

GPA et filiation (2/4) : L’humanité de la maternité

Dossier « GPA : la filiation niée par un nouvel esclavagisme » (2/4) | On ne peut nier biologiquement le lien qui s’instaure entre la mère et le fœtus lors de la grossesse, point de départ indissociable de la maternité et de la vie d’un enfant. Dans le cadre d’un contrat de gestation pour autrui (GPA), la mère n’est plus que gestatrice, et l’enfant est brutalement soustrait à celle qu’il a appris à reconnaître durant les neuf mois.

+

gpa
SociétéFin de vie

L’euthanasie repoussée par la dissolution de l’Assemblée nationale  

Le 7 juin dernier, jour du Sacré-Cœur, l’Assemblé nationale a débattu sur le projet de loi de fin de vie. Cette proposition de loi est en arrêt temporaire dû à la dissolution de l’Assemblé nationale. Ce dimanche 9 juin, au soir du scrutin des élections européennes, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblé Nationale. Cette décision a entraîné l'arrêt immédiat de tous les travaux en cours au Palais Bourbon.  

+

euthanasie