Le Roman de monsieur Molière au théâtre

Publié le 16 Oct 2017
Le Roman de monsieur Molière au théâtre L'Homme Nouveau

Dans cet écrin du Ranelagh, véritable bijou d’architecture intérieure, il est plaisant et agréable de venir entendre un hommage à celui qui incontestablement est et demeure l’un des plus grands maîtres de l’art dramatique, Molière. Cet hommage n’est pas signé par n’importe qui, mais par ce grand écrivain russe, Mikhaïl Boulgakov, qui voyait dans la vie de Molière bien des correspondances avec son propre itinéraire artistique. L’intérêt principal de cette œuvre en ce sens n’est pas à chercher dans l’exactitude historique du travail de biographe, mais plutôt dans la mise en correspondance de deux artistes se débattant l’un et l’autre dans les affres de la création et dans leur combat pour la reconnaissance de leur œuvre.

Maître du fantastique, Boulgakov a une manière de raconter Le Roman de Monsieur Molière comme un conte fantastique, se séparant parfois des faits sans les perdre pour autant pour faire sentir par la force des images l’itinéraire intérieur d’une sensibilité écorchée vive. Cet art à fleur de peau est excellemment rendu par Ronan Rivière qui a adapté le texte et surtout qui joue Molière. Le choix du décor, cette charrette qui évoque à la fois l’itinérance de la troupe, les tréteaux et la scène crée une unité de lieu et de temps très adaptée à la forme de ce récit. La ponctuation musicale de cinq pièces de Lully jouées au piano par Olivier Mazal vient affiner cette composition. Michaël Giorno-Cohen incarne successivement figures et personnages des extraits choisis des pièces même de Molière, Gros-René, Mascarille, Poquelin Père, Louis XIV, le Marquis, le Dévot, dans une complicité de jeu avec Ronan Rivière tout à fait remarquable. Beauté de la langue et qualité d’un jeu à la fois enlevé, fin, d’une très grande qualité de présence, donnent à ce spectacle une élégance qui en fait la grâce au milieu de l’âpreté des combats de la vie de ce grand homme dont il nous rend témoignage.

Théâtre Ranelagh, 5, rue des Vignes, Paris XVIe, jusqu’au 14 janvier, du mercredi au samedi à 19 h et dimanche à 15 h, relâche le 2 décembre. Réservation : 01 42 88 64 44.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneCulture

Que la Croix demeure ! Les aventures de SOS Calvaires, et autres récits

Recensions adultes | La Rédaction de L'Homme Nouveau vous propose une page culture, avec un choix de quelques récits comme Que la Croix demeure ! SOS Calvaires au secours du patrimoine ou bien Des gens sans importance. Petits récits du grand âge, ou encore En Provence sur les traces de Marie Madeleine, mais aussi quelques livres religieux, essais, CD ou DVD. Paru dans le n° 1810.

+

livres récit
Culture

Charette revisité

ENTRETIEN | Revenue sur le devant de la scène au moment de la sortie du film Vaincre ou Mourir, la figure de Charette, général de la Vendée militaire, vient de faire l’objet d’une nouvelle biographie par Anne Bernet. Entretien avec l’auteur sur un personnage clé de l’épopée contre-révolutionnaire, passionnant, controversé, héroïque et qui cache encore quelques mystères.

+

charette
CultureLectures

Le choix de votre quinzaine : Maggie Smith à Lourdes

Recension adultes | Le Club des Miracles raconte le périple jusqu'à Lourdes de quatre irlandaises (dont Maggie Smith), qui aspirent toutes à un miracle. Dans cette page de recension retrouvez aussi des livres de spiritualité, un essai sur Simon Leys, un CD de Lang Lang et quelques autres sélections. Paru dans le n° 1809.

+

Maggie Smith
CultureLectures

Faire découvrir aux enfants sainte Faustine et la Miséricorde Divine

Recension jeunesse | La rédaction de L’Homme Nouveau vous propose une page recension de lectures jeunesse, avec un choix éclairé de quelques histoires à lire ou faire lire, et autres activités. Le livre Carlo Acutis et les miracles eucharistiques n'est pas une ultime biographie, mais raconte et explique sa grande exposition sur les miracles eucharistiques.Paru dans le n°1809.

+

Carlo Acutis garçon lecture
Culture

L’exposition : Un œil passionné. Douze ans d’acquisitions de Ger Luijten

La Fondation Custodia, un lieu unique dans Paris, un peu confidentiel, où sont présentées des expositions remarquables, rend hommage à son précédent directeur Ger Luijten, disparu prématurément en décembre 2022. Cet homme passionné, érudit et fin connaisseur a toujours cherché à être fidèle à l’esprit du grand collectionneur Frits Lugt (1884-1970) à l’origine de cette Fondation. Pendant douze années il dirigea ce lieu et mena une politique d’acquisition intense. Environ 10 000 œuvres sont entrées dans les collections de ce superbe hôtel particulier. Une sélection de 140 œuvres est proposée au regard du visiteur.

+

Ger Luijten