« L’Église est-elle contre la liberté ? » réponse à François Huguenin

Publié le 06 Jan 2020
« L’Église est-elle contre la liberté ? » réponse à François Huguenin L'Homme Nouveau

Dans un entretien accordé à M. l’abbé Tanoüarn dans Monde et Vie (« L’Église est-elle contre la liberté ? », octobre 2019, pp. 22-23), l’essayiste catholique François Huguenin prend la défense de l’Église catholique contre ceux qui l’accusent d’être liberticide. C’est évidemment le contraire qui est vrai. Toutefois certains des arguments qu’emploie M. Huguenin paraissent incompatibles avec l’enseignement moral de l’Église, en particulier avec celui de Paul VI dans Humanae vitae. Vu que la question dépasse la simple opinion d’une personne particulière et qu’elle a une portée générale, le père Antoine-Marie de Araujo, de la Fraternité Saint-Vincent-Ferrier a voulu apporter quelques précisions.

Merci à M. Huguenin de rappeler la conception classique de la liberté, « pouvoir de faire le bien. » En revanche ses critiques contre l’enseignement moral de l’Église nous paraissent indéfendables. Il dit : « Que l’Église donne un certain nombre de principes sur la sexualité ne me paraît pas absurde, mais qu’elle aille voir ce qui se passe dans la chambre à coucher d’époux dûment mariés me paraît très excessif. » Cette phrase est difficile à comprendre. S’il y a un lieu où les principes sur la sexualité devraient s’appliquer, c’est de préférence dans les chambres à coucher. Peut-être M. Huguenin souhaite-t-il que l’Église autorise la contraception artificielle pour les époux ? Pourtant c’est un principe fondamental de la doctrine catholique, que jamais la sexualité ne soit séparée de sa divine fonction procréatrice. C’en est aussi un des plus beaux. La célèbre conversion du protestantisme de Scott Hahn eut pour point de départ sa découverte de l’enseignement catholique sur la contraception (S. et K. Hahn, Rome sweet Home, Paris, Éd. de l’Emmanuel, 1999, p. 30 ss.) : de même que l’alliance entre Dieu et les hommes est une alliance de vie, de même son image, l’union des époux, est ouverte à la vie.

Puis M. Huguenin a d’autres griefs : « Et que le droit canon mette dans le même chapitre des péchés contre la chasteté la masturbation, l’adultère et la pédophilie me paraît une aberration représentative d’une névrose. La masturbation est un acte qui questionne la chasteté. En revanche l’adultère est d’abord un péché contre la fidélité. Quant au viol ou à l’abus sexuel, c’est une atteinte profonde à la dignité de la personne. Aujourd’hui on mélange tout. » Le Code de droit canonique ne parle pas de masturbation. Le Catéchisme de l’Église catholique en traite sous le chapitre commun des « offenses à la chasteté » (n°s 2351-2356) avec l’adultère et les divers abus sexuels. Si ce regroupement traduit une névrose, alors saint Paul est gravement atteint : « Mortifiez donc vos membres terrestres : fornication, impureté, passion coupable, mauvais désirs, et la cupidité qui est une idolâtrie ; voilà ce qui attire la colère divine sur ceux qui résistent. » (Col. 3, 5-6)

Certes, masturbation, adultère et abus sexuel diffèrent par leur gravité. Néanmoins il serait vain d’isoler la masturbation des autres péchés sexuels. Ces actes ont pour traits communs :

  1. l’égoïsme en matière sexuelle : il y a refus du don de soi et de l’ouverture à la vie que Dieu a voulus pour l’acte procréateur. S’y ajoute une injustice plus ou moins grave envers autrui, de la perversité, etc… 
  2. l’intempérance : tout usage légitime et libre des plaisirs liés à la vie (nourriture, sexualité) suppose une maîtrise de soi par la raison, en quoi cette maîtrise se distingue du « refoulement » freudien. 

La masturbation est égoïste et sape la maîtrise de soi. Elle peut devenir un véritable esclavage. Elle dispose ainsi à l’adultère et, de façon plus lointaine mais réelle, à commettre l’abus sexuel. Croit-on vraiment qu’on va lutter efficacement contre les abus en légitimant la masturbation ? Au contraire, celui qui cultive la pureté (ou du moins lutte en ce sens) sera beaucoup moins enclin à tromper son conjoint, et, bien sûr, à perpétrer un abus sexuel. Seulement cela suppose de modérer ses pulsions, et de reprendre toujours le combat sans se décourager malgré les chutes, car la liberté – la vraie, celle que l’Église veut pour ses enfants – se conquiert par une persévérance confiante en la grâce de Dieu. 

Sans aller jusqu’à mettre lui-même l’Église en procès, M. Huguenin a parfois trop tendance à plaider coupable à sa place. 

Ce contenu pourrait vous intéresser

EgliseTribune libreLectures

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (3/3)

3 - La démarche synodale comme processus du changement. | C’est bien toute la démarche synodale sur la synodalité qui, par son processus lui-même, est une machine à mettre en œuvre une Église plastique, compatible avec la modernité, c’est-à-dire sans contenu. Et cette démarche synodale trouve sa source, puise son inspiration et sa légitimité dans le concile Vatican II. Quelle lecture faire du Maître de la terre ? Ratzigérienne, bergoglienne ? Au lecteur de se faire une opinion, mais il faut lire Benson. 

+

synode évangélisation église
EgliseTribune libre

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (2/3)

Une volonté farouche de changer de paradigme (2/3) | Tout d’abord, et en amont de l’élection, la volonté farouche de changement de ceux qui ont préparé le règne. En 2007 paraissait un livre très éclairant et remarquablement conçu dans la plus pure tradition de la manipulation de l’opinion. La thèse de ce livre-programme qui devait se révéler prophétique peut se résumer ainsi : l’Église, depuis Constantin et avec pertinacité, s’est éloignée du message évangélique. Ce phénomène s’accentue à partir de la Renaissance quand l’Église s’entête de plus en plus en s’opposant à la modernité. Constatant au XXe siècle que des génocides ont été perpétrés dans des pays chrétiens (Allemagne, Rwanda), il faut en tirer la conclusion que cette manière ancienne d’être chrétien était fausse et qu’il faut refuser les préoccupations dérisoires que sont la connaissance de la foi, le nombre d’entrées au séminaire ou de sacrements célébrés, car tout cela détourne de l’essentiel qui consiste à apporter davantage d’humanité.

+

pape François synode soins palliatifs euthanasie
EgliseTribune libreLectures

Benoît XVI et François : deux lectures du Maître de la Terre de Benson, deux pontificats, deux églises ? (1/3)

Nous nous interrogions en 2019 (1) sur le regard porté par Benoît XVI et François sur ce roman d’anticipation de tout premier rang qu’est Le Maître de la Terre de Benson. Plus personne (plus personne de sain d’esprit en tous cas) ne prétend à présent à la continuité entre les deux pontificats. Leurs ambitions, leurs idées, leurs spiritualités, leurs tempéraments que tout oppose trouveraient dans ce livre un point commun ? Non, décidément nous ne parvenons pas à comprendre. Si les deux pontifes ont recommandé ce livre puissant, les motifs en sont forcément différents. 

+

François maitre de la terre Benson
Tribune libre

De la nouvelle traduction du Pater

Tribune Libre | La mauvaise traduction du Notre Père dans la messe de Paul VI en français a fait en 2013 l’objet d’une juste rectification, entrée en vigueur en 2017. L’occasion pour les fidèles traditionalistes, restés attachés à l’ancienne formule, de faire un pas vers les autres catholiques en adoptant la nouvelle traduction, encore plus exacte.

+

pater
Tribune libreFiducia Supplicans

Liberté religieuse et licence morale

Tribune libre de Rémi Fontaine | Dans l’Église contemporaine on manifeste de plus en plus de répugnance à la désignation comme criminels de comportements gravement peccamineux, au nom de la dignité ontologique de la personne humaine. Une confusion qui découle du glissement de sens de la liberté religieuse.

+

wintzer liberté religieuse
EgliseTribune libreDoctrine sociale

La liberté religieuse, épine dans la chair

Tribune de l'Abbé Claude Barthe | Comment est-on passé dans l’Église du rejet de la liberté religieuse à son acceptation ? C’est le sujet de l’ouvrage de François Huguenin, La grande conversion. L’Église et la liberté de la Révolution à nos jours. Brillante explicitation sur cinq cents pages d’un changement de cap. L’adoption de la liberté religieuse s’intègre à un infléchissement de l’ecclésiologie consistant à voir hors de l’Église catholique des communautés surnaturelles secondes en quelque sorte.

+

liberté religieuse jubilé bulle