« Je veux voir Dieu ! » (1/3) : Le retour de la prédication sur les fins dernières

Publié le 14 Fév 2024
Le sujet des fins dernières a été choisi cette année par l’association Notre-Dame de Chrétienté pour le thème de sa 42e édition du pèlerinage de Paris à Chartres (les 18, 19 et 20 mai 2024). En ce temps de carême, l’abbé Jean de Massia, aumônier général du pèlerinage, revient sur l’importance de la prédication des fins dernières, et les enjeux de cette doctrine catholique, dans une série de trois articles.

 

Les fins dernières, un sujet tabou ? 

Pour être tout à fait juste, la réflexion sur le Ciel, l’Enfer, le Purgatoire, les jugements et la fin du monde, qui compose la doctrine catholique des « fins dernières », revient sur le devant de la scène et des bonnes librairies (1), et c’est heureux. Nous commençons à sortir, timidement, d’une longue période de silence et de malaise par rapport aux fins dernières, qui a laissé des traces profondes et favorisé une certaine méfiance, parfois inconsciente, par rapport à ces sujets dans le cœur des fidèles. Parler des « fins dernières », cela semble peu attrayant ! Et pourtant la fin, le but chez saint Thomas, c’est justement cela qui devrait attirer et mobiliser l’homme tout entier. En prenant ce thème pour notre prochain pèlerinage, nous voulons montrer que c’est la fin qui donne toute sa profondeur, son sens, à la vie humaine : le chrétien vise un but, comme le pèlerin vise la cathédrale, et ce but est un enjeu magnifique, qui vaut le coup de ne pas être manqué ; mais il peut être manqué.  Avant de survoler certains de ces thèmes, il peut être bon de comprendre pourquoi, à partir du milieu des années 1960, on a brusquement cessé de parler des fins dernières.  

L’évolution de notre rapport à l’au-delà

« Amnésie de l’éternel » (2) : c’est ainsi que Charles Péguy décrivait la maladie de notre siècle. Pour résumer très grossièrement, on peut dire qu’il y a eu un premier basculement lorsque nous sommes passés d’une société chrétienne, orientée vers l’espérance d’un au-delà bienheureux, à la société moderne. Fasciné par les progrès de la technique, séduit par les idéologies révolutionnaires promettant le bonheur parfait sur terre, l’homme moderne a mis son espérance en lui plutôt qu’en Dieu. Le paradis chrétien est dénoncé comme l’« opium du peuple » inventé pour distraire des gens malheureux et garder une emprise sur les foules. Il faut ici comprendre l’influence très forte qu’a eu ce discours sur une partie des prédicateurs…

Pour continuer à lire cet article
et de nombreux autres

Abonnez-vous dès à présent

Abbé Jean de Massia

Ce contenu pourrait vous intéresser

ChroniquesPhilosophie

Nietzsche : Généalogie historique ou continuités illusoires ?

IDÉES | Philosophie nietzschéenne 4 | L’une des thèses principales du philosophe allemand prétend établir des filiations historiques et morales entre Rome, la Renaissance et Napoléon, la Judée, la Réforme et la Révolution française. Interprétation simplistes, ces continuités ne résistent pas à l’examen. Quatrième volet de notre présentation de la philosophie nietzschéenne.

+

Friederich Nietzsche
ChroniquesPhilosophie

L’antichristianisme de Nietzsche : haine, mystifications et confusion (2)

IDÉES | Philosophie nietzschéenne 3 | Dans un curieux retournement de ses aspirations de jeunesse, le philosophe Friedrich Nietzsche déclare la guerre au christianisme, l’accusant d’inviter à la fuite du monde réel, de promouvoir une compassion débilitante, de déviriliser les hommes. Accusations non étayées et particulièrement injustes qu’il faut démonter. Deuxième volet de notre présentation de la philosophie nietzschéenne.Faisant un mauvais procès au christianisme, Nietzsche l’accuse d’être une religion de failles, accusation démontée par la vie même du Christ, celle de saint Paul et celle que mènent les moines. Troisième volet de notre présentation de la philosophie nitzschéenne (article 1 et article 2 à retrouver sur notre site).

+

Friederich Nietzsche
ChroniquesSociétéPhilosophie

D’où vient l’autorité que l’on invoque aujourd’hui ?

C'est logique de François-Marie Portes | Réagissant à une série de violences graves caractéristiques de la société française contemporaine, Gabriel Attal tentait récemment, sous l’œil des caméras, de démontrer son autorité devant des jeunes promis à un séjour en internat. Un exercice qui n’a pas enté couronné de succès. La notion claire de ce qu’est l’autorité permet de comprendre pourquoi. 

+

autorité auctoritas
ChroniquesPhilosophie

L’antichristianisme de Nietzsche : haine, mystifications et confusion (1)

IDÉES | Philosophie nietzschéenne 2 | Dans un curieux retournement de ses aspirations de jeunesse, le philosophe Friedrich Nietzsche déclare la guerre au christianisme, l’accusant d’inviter à la fuite du monde réel, de promouvoir une compassion débilitante, de déviriliser les hommes. Accusations non étayées et particulièrement injustes qu’il faut démonter. Deuxième volet de notre présentation de la philosophie nietzschéenne.

+

Friederich Nietzsche
Chroniques

L’amour doit remplacer le culte de la Raison

Carte blanche de Judith Cabaud | Depuis le Dieu de l’Ancien Testament qui dicta sa loi humaine et divine à Moïse, les hommes ont trouvé le moyen d’interpréter ces commandements à leur guise. Par des procédés légalistes et juridiques, ils se sont emparés du contrôle de la vie de leurs semblables des mains du Créateur. Cependant, on découvre que tout n’est pas explicable par la raison. À l’heure actuelle, la plus grande qualité de l’Église catholique reste l’humilité et la charité.

+

maires pour le bien commun principes de politique raison
ChroniquesCulture

L’exposition : Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin

La Vierge du Chancelier Rolin de Van Eyck, seul tableau du peintre à être conservé au Louvre, sort tout juste de restauration. Le musée lui consacre jusqu'en juin une exposition exceptionnelle, entouré de six autres œuvres de Van Eyck jamais présentées en France, et pour certaines prêtées pour la première fois. 

+

Revoir Van Eyck, La Vierge du Chancelier Rolin