Les pôles, miroirs géopolitiques inverses ?

Publié le 27 Juil 2018
Les pôles, miroirs géopolitiques inverses ? L'Homme Nouveau

Malgré leur appartenance commune au monde du froid, tout se passe comme si les pôles arctique et antarctique fonctionnaient comme deux miroirs géopolitiques inversés. Que l’on en juge : le pôle nord se présente comme un bassin océanique entouré de continents alors que le pôle sud se trouve être un continent entouré d’océans. 4 millions d’hommes peuplent les surfaces septentrionales alors que seuls de rares chercheurs se hasardent à la périphérie du continent austral. Le changement climatique affecte ces deux espaces, mais de façon différenciée : en effet si la glace fond au nord, elle gagne pour l’instant au sud, grâce aux fleuves souterrains qui l’alimentent. Si de nouvelles routes maritimes apparaissent au nord, il n’en est pas de même au sud. Le pôle nord se présente comme un centre énergétique militarisé, et peut être comme une nouvelle Arabie Saoudite pouvant receler jusqu’à 30% des réserves mondiales de pétrole. Le pôle sud à l’inverse représente l’une des dernières périphéries démilitarisées. Si les revendications territoriales sur le pôle nord sont exclusivement le fait de pays occidentaux (États-Unis, Canada, Danemark, Norvège et Russie), des puissances émergentes comme l’Argentine et le Chili réclament des droits souverains sur l’Antarctique. D’un point de vue juridique, une convention maritime régit l’Arctique, alors qu’une convention terrestre internationale s’applique à l’Antarctique. En ce qui concerne les représentations mentales, le pôle nord est perçu comme un véritable enjeu pour les puissances alors que l’Antarctique se situe hors de l’espace et du temps. L’explorateur Edward Wilson écrivait d’ailleurs dans son journal du 22 mai 1902 : « Le silence était presque inquiétant. On pouvait s’imaginer sur une autre planète, morte. Je pouvais facilement imaginer que nous n’étions pas sur la Terre, mais sur la surface de la Lune ». Pourtant, si les évolutions climatologiques se poursuivaient, la situation pourrait se renverser. Nous trouverons au nord, un pôle englouti, une nouvelle Atlantide a la surface de laquelle flotteront les carcasses rouillées des sous-marins russes ou américains d’une guerre froide oubliée, soudainement libérés par les eaux tièdes de leur étreinte de glace. Sur les terres australes à l’inverse les stations scientifiques se seront déplacées de plusieurs centaines de kilomètres vers le centre du pôle afin de poursuivre leurs observations. Quant à ses rivages désormais arborés, ils accueilleront leurs premiers habitants. S’agira t’il  de migrants ayant volontairement choisi de quitter les plaines chaudes d’Europe et leur bouillon de cultures au profit de grands espaces encore vierges et tempérés ? On peut l’imaginer peut être. Mais il est plus probable que ces migrations seront téléguidées par les puissances. Russes, Danois et Canadiens pourraient en effet rapatrier vers l’Antarctiques les peuples sans terre du Nord. Se combattront ils alors dans cette nouvelle arène des antipodes ou bien prêteront ils hommage à la Chine, en souvenir de leurs lointaines origines asiatiques communes ? Il est sans doute encore trop tôt pour le savoir mais Pékin n’y sera certainement pas hostile car entre-temps, l’Australie, demeurée libérale, aura été à moitié sinisée.

Ce contenu pourrait vous intéresser

A la uneTribune libre

De la nouvelle traduction du Pater

Tribune Libre | La mauvaise traduction du Notre Père dans la messe de Paul VI en français a fait en 2013 l’objet d’une juste rectification, entrée en vigueur en 2017. L’occasion pour les fidèles traditionalistes, restés attachés à l’ancienne formule, de faire un pas vers les autres catholiques en adoptant la nouvelle traduction, encore plus exacte.

+

pater
International

Au Niger : l’humiliation de Washington

Le 16 mars dernier, le Niger a décidé d'annuler l'accord de coopération militaire passé avec les États-Unis, mettant fin à douze ans de présence américaine dans le pays, après le départ des Français fin 2023.

+

niger
Tribune libreFiducia Supplicans

Liberté religieuse et licence morale

Tribune libre de Rémi Fontaine | Dans l’Église contemporaine on manifeste de plus en plus de répugnance à la désignation comme criminels de comportements gravement peccamineux, au nom de la dignité ontologique de la personne humaine. Une confusion qui découle du glissement de sens de la liberté religieuse.

+

wintzer liberté religieuse
EgliseTribune libreDoctrine sociale

La liberté religieuse, épine dans la chair

Tribune de l'Abbé Claude Barthe | Comment est-on passé dans l’Église du rejet de la liberté religieuse à son acceptation ? C’est le sujet de l’ouvrage de François Huguenin, La grande conversion. L’Église et la liberté de la Révolution à nos jours. Brillante explicitation sur cinq cents pages d’un changement de cap. L’adoption de la liberté religieuse s’intègre à un infléchissement de l’ecclésiologie consistant à voir hors de l’Église catholique des communautés surnaturelles secondes en quelque sorte.

+

liberté religieuse